Bac philo 2018 : les sujets des épreuves en série ES

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
La traditionnelle épreuve de philosophie du baccalauréat a commencé à 8 heures lundi matin, avec, au choix, deux sujet de dissertation et un commentaire de texte. 

La philosophie est peut-être l'épreuve plus redoutée des lycéens qui entament leurs écrits du baccalauréat. Depuis 8 heures, lundi, quelque 753.000 élèves de terminale générale ou technologique planchent sur une dissertation ou un commentaire de texte. Pour ceux qui sont en série ES, l'enjeu est déjà grand : la matière représente un coefficient 4. L'occasion, aussi, de bien se lancer et d'engranger de la confiance.

  • Voici les sujets qui leur ont été proposés :

Sujet 1 : Toute vérité est-elle définitive ? 

Découvrez le corrigé "à chaud" de Raphaël Enthoven sur ce sujet :

Sujet 2 : Peut-on être insensible à l'art ? 

Découvrez le corrigé "à chaud" de Raphaël Enthoven sur ce sujet :

Sujet 3 : Commentaire de texte - Les Formes élémentaires de la vie religieuse d'Emile Durkheim (1912)

"Quand nous obéissons à une personne en raison de l'autorité morale que nous lui reconnaissons, nous suivons ses avis, non parce qu'ils nous semblent sages, mais parce qu'à l'idée que nous nous faisons de cette personne, une énergie psychique d'un certain genre est immanente, qui fait plier notre volonté et l'incline dans le sens indiqué. Le respect est l'émotion que nous éprouvons quand nous sentons cette pression intérieure et toute spirituelle se produire en nous. Ce qui nous détermine alors, ce ne sont pas les avantages ou les inconvénients de l'attitude qui nous est prescrite ou recommandée ; c'est la façon dont nous nous représentons celui qui nous la recommande ou qui nous la prescrit. Voilà pourquoi le commandement affecte généralement des formes brèves, tranchantes, qui ne laissent pas de place à l'hésitation ; c'est que, dans la mesure où il est lui-même et agit par ses seules forces, il exclut toute idée de délibération et de calcul ; il tient son efficacité de l'intensité de l'état mental dans lequel il est donné. C'est cette intensité qui constitue ce qu'on appelle l'ascendant moral. Or, les manières d'agir auxquelles la société est assez fortement attachée pour les imposer à ses membres se trouvent, par cela même, marquées du signe distinctif qui provoque le respect."

Europe 1
Par Europe1.fr