Pour une meilleure alimentation des jeunes enfants, Edumiam propose des conseils personnalisés

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Avec Edumiam, Eléonore de Saint-Seine se penche sur la problématique de l'alimentation des jeunes enfants. Grâce à l'aide de spécialistes de la nutrition, Edumiam prodigue aux parents des conseils personnalisés. Au micro d'Europe 1, la fondatrice explique sa démarche dans "La France bouge".
LA FRANCE BOUGE

Les chiffre sont alarmants. Un enfant sur cinq est en situation de surpoids ou d'obésité, deux sur cinq le sont dans les quartiers défavorisés et 30% des enfants de deux ans consomment des sodas. "Ces chiffres ne sont pas acceptables", s'indigne Eléonore de Saint-Seine dans "La France bouge", animée par Raphaëlle Duchemin sur Europe 1.

Pour pallier les problèmes de malnutrition des jeunes enfants, la jeune femme a crée avec son amie d'enfance Caroline Le Viet l'entreprise sociale Edumiam. Afin d'étudier ce projet, Fleur Pellerin, ancienne ministre déléguée aux PME, à l'innovation et à l'économie numérique des gouvernements Ayrault et présidente du fonds Korelia Capital est accompagnée de Marie Eloy, responsable et fondatrice du réseau Bouge ta Boîte, un "réseau business 100% féminin".

Edumiam, c'est quoi ?

C'est des conseils personnalisés aux parents, livrés par des professionnels de nutrition via l'interface de messagerie de Facebook. "Edumiam regroupe des outils qui donnent des conseils gratuits d’experts de manière extrêmement ludique. Il suffit d’aller sur Facebook Messenger et de taper Edumiam dans la barre de recherche. A ce moment-là, le 'coach Edumiam' va vous envoyer une à deux notifications par semaine, totalement personnalisées en fonction de l’âge de l’enfant et donc de ses besoins", détaille Eléonore de Saint-Seine. Ainsi, vous pourrez recevoir des conseils comme : "Ton enfant vient d’avoir six mois, pense à lui donner de l’œuf. Ça peut prévenir des risques d’allergie. Pas plus de deux cuillères à café, il n’a pas besoin de plus".

La fondatrice d'Edumiam explique à quel point il est important de bien nourrir ses enfants : "Aujourd’hui, ce n’est pas si simple d’avoir accès à de l’information de qualité et qui soit ludique. Par exemple, j’ai appris après coup qu’il ne fallait pas donner de miel à un enfant avant 1 an. C’est incroyable lorsque l’on sait que la qualité de l’alimentation qui est donnée pendant la petite enfance est clef pour le développement physique mais aussi cérébral et qu'elle a des conséquences sur toute la vie d’adulte".

De 12h à 14h, c'est La France bouge avec Raphaëlle Duchemin sur Europe 1. Retrouvez le replay de l'émission ici

Qu'en ont pensé Fleur Pellerin et Marie Eloy ?

Les premières questions qui viennent à Marie Eloy : qui sont les spécialistes qui prodiguent les conseils et quel est le modèle économique d'Edumiam ? Pour la première question, "toutes les informations sont issues du Programme national nutrition santé (PNNS)", assure Eléonore de Saint-Seine. Les informations sont ensuite revalidées par un comité d'experts, composé de pédiatres, de diététiciens-nutritionnistes et de psychologues spécialisés dans la petite enfance. Le modèle économique, lui, "se base sur une deuxième activité". La fondatrice explique : "Nous faisons aussi des formations autour du sujet de la nutrition pour les professionnels de la petite enfance". Les formations sont proposées sur mobile, pour être adaptées au mieux à la disponibilité de chacun. Le prix ? 150 euros par formation par apprenant. La cible ? Les 700.000 professionnels, en France, de la petite enfance.

Fleur Pellerin, elle, s'interroge sur la valeur ajoutée de ce service : "Les informations que vous donnez proviennent du PNNS, elles relèvent donc du service public et sont accessibles publiquement. Êtes-vous sûre que vous apportez une valeur ajoutée ?". Réponse : "Ce genre d’informations provient soit du pédiatre, soit d'internet. Le site 'manger-bouger' par exemple est très bien mais ce n'est pas très digeste, il faut tout lire. Quant aux réseaux sociaux, tout le monde les utilise mais on y trouve de tout. Nous, nous proposons du sur-mesure, vous n'avez même plus besoin de chercher".

Les perspectives d'avenir pour Edumiam relèvent de l'intelligence artificielle. Grâce à cette technologie, l'entreprise espère personnaliser toujours un peu plus son service. 

Europe 1
Par Maxime Dewilder