Comment (et pourquoi) limiter notre consommation de sel

  • A
  • A
Partagez sur :
Indispensable au fonctionnement du corps humain, le sel peut s'avérer nocif s'il est consommé en trop grande quantité. Or, selon plusieurs études, les Français ont une consommation journalière trop élevée. Le docteur Jimmy Mohamed, consultant santé d'Europe 1, livre quelques conseils pour limiter l'excès.

Les Français auraient-ils la main trop lourde sur la salière ? Des études montrent qu'ils consomment trop de sel, en moyenne de 8 à 9 grammes par jour, alors qu'une dose de quatre grammes serait amplement suffisante. Car, si le sel est indispensable au bon fonctionnement du corps, absorbé en trop grosse quantité il peut entraîner de la rétention d'eau, une fragilité osseuse ou encore des maladies cardio-vasculaire. Mais la solution ne passe pas uniquement par une maitrise de la salière...

À quoi sert le sel ?

Le sel est indispensable au bon fonctionnement de notre organisme. On en a besoin pour faire fonctionner notre cerveau. Ça permet de réguler les entrées et les sorties d'eau grâce à nos reins, cela régule la tension artérielle et on en a aussi besoin pour le bon fonctionnement des muscles. Sauf qu'une consommation de 4 grammes par jour est largement suffisante pour tout faire marcher correctement. Et en réalité les Français en consommeraient 8 à 9 grammes par jour, c'est à dire le double, voire plus du double.

Pourquoi l'excès de sel est-il dangereux ?

Le problème, c'est que ce sel consommé en excès va entraîner de l'hypertension artérielle, source de maladies cardiovasculaires. Cela peut également entrainer de la rétention d'eau qui va aggraver la situation des patients qui vont souffrir d'insuffisance cardiaque. Et puis, à long terme, on sait que l'excès de sel va fragiliser les os. Il peut donc être source d'ostéoporose.

Comment limiter notre consommation de sel ? 

Attention aux idées reçues. La consommation de sel n'est pas uniquement liée à la salière. Le sel que l'on ajoute dans ses plats représentent 10 à 20% des apports quotidiens. Cela signifie que 80% de nos apports proviennent des aliments, d'un sel qui est donc caché. Une part de pizza, une tranche de jambon et une poignée de chips contiennent déjà un gramme de sel chacune, soit 20% de vos apports journalier. Il faut donc essayer d'en limiter la consommation.

Autre astuce : attention aux fromages, en général très salés. Mais pour ceux qui ne peuvent s'en passer, privilégiez la ricotta, le gouda, l'emmental ou encore le Saint-Nectaire, faiblement salés.

Dernier point, concernant le sel de table. Il faudrait d'abord ne pas avoir la salière sur la table, pour ne pas avoir la tentation d'en prendre. Mais il est également possible de remplacer le sel par d'autres épices comme du curcuma, de l'estragon ou du basilic, ou même choisir des herbes aromatiques qui vont contenir un peu de sel et beaucoup d'herbes pour donner goût à vos plats. Donc, d'une façon générale, vous pouvez sublimer vos plats sans sel. Encore faut il savoir cuisinier. Mais ça, c'est une autre question !

Europe 1
Par Jimmy Mohamed