Faut-il reconfiner "tout de suite" pour éviter le scénario britannique ?

  • A
  • A
L'exemple anglais fait craindre que le variant britannique du virus ne devienne incontrôlable (photo d'illustration). 1:41
L'exemple anglais fait craindre que le variant britannique du virus ne devienne incontrôlable (photo d'illustration). © TOLGA AKMEN / AFP
Partagez sur :
Au Royaume-Uni, le reconfinement décidé le 20 décembre ne ralentit que partiellement la propagation du variant, très contagieux, du coronavirus. Face à cet exemple inquiétant, des scientifiques français appellent le gouvernement à reconfiner le pays au plus vite pour éviter une nouvelle accélération de l'épidémie.

Reconfiner, ne pas reconfiner ? Le temps des arbitrages presse pour le gouvernement. La France pourrait en effet marcher dans les pas de la Grande-Bretagne, frappée de plein fouet par le variant du coronavirus apparu sur son sol. Plus contagieux, et même potentiellement plus mortel, il a poussé le gouvernement britannique à reconfiner le pays dès le 20 décembre.  Désormais, ce variant circule en France. Face à cette nouvelle menace, de nombreux scientifiques, à l'instar du président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy, appellent le gouvernement français à décider d'un reconfinement et ce, sans délai. Ils craignent en effet qu'"après", "il soit trop tard".

Ce variant britannique est d'autant plus préoccupant qu'au Royaume-Uni, le reconfinement n'a pas permis de faire baisser rapidement le taux de reproduction du virus, c'est à dire le nombre de personnes contaminées par un malade : il est actuellement de 0,8. Soit plus que le taux de reproduction observé en France lors du deuxième confinement : il atteignait 0,6 fin novembre.

Renforcer les gestes barrières

C'est la contagiosité du variant qui explique ces chiffres. Il suffit d'être exposé à une très petite quantité de ce virus pour être contaminé, ce qui le rend bien plus difficile à contrôler. "Cela veut dire qu'au lieu de respecter des distances entre les personnes de 1,5 mètres, il faut basculer vers des distances de 2,5 mètres, et abandonner les masques en tissu pour des masques plus efficaces", explique à Europe 1 le professeur Philippe Froguel, généticien à l'hôpital de Lille. Par ailleurs, il faut garder son masque quasiment constamment, même en famille. Il devient donc très difficile de se protéger en présence du variant britannique. En France, si on veut s'en sortir, il faut vraiment confiner tout de suite. Sinon, le virus sera partout en France."

Des arbitrages en cours

Reste à savoir si le gouvernement penchera pour une sorte de "confinement préventif", comme le souhaitent les scientifiques les plus prudents. Plusieurs scenarii sont actuellement examinés par l'exécutif concernant le déroulement des prochains jours. "Des décisions seront prises cette semaine", a fait valoir ce lundi le Premier ministre, Jean Castex.

Europe 1
Par Théo Maneval, édité par Océane Herrero