Coronavirus : 32.684 morts, réanimations et hospitalisations en hausse

, modifié à
  • A
  • A
Coronavirus Covid PCR Réa Réanimation Hospitalisation
Le nombre de personnes hospitalisées en réanimation croît une nouvelle fois. © JOEL SAGET / AFP
Partagez sur :
La situation inquiète en Europe, où l'Espagne a décrété l'état d'alerte sanitaire à Madrid, et où les réanimations et les hospitalisations sont toujours en hausse en France. Samedi, Lyon, Lille, Grenoble et Saint-Etienne passent en zone d'alerte maximale, et doivent notamment fermer leurs bars.
L'ESSENTIEL

En Europe, et notamment en France, l'épidémie de coronavirus repart de plus belle. Près de 27.000 nouveaux cas ont ainsi été recensés en France samedi, un nouveau record, tandis que les hospitalisations et les réanimations continuent de grimper. En Espagne, l'état d'alerte sanitaire a été décrété à Madrid. Outre-Atlantique, quelques jours après avoir quitté l'hôpital où il était soigné après sa contamination au Covid-19, le président américain Donald Trump va reprendre sa campagne dès samedi, avant un meeting lundi.

Les principales informations à retenir : 

  • Nouveaux cas, taux de positivité, réanimations… Les indicateurs épidémiques se détériorent nettement
  • De nouvelles restrictions sont mises en place en Europe, comme en Allemagne et en Espagne
  • Aux États-Unis, Trump va continuer sa campagne, mais son prochain débat avec Biden est annulé

En France, l'épidémie gagne encore du terrain

La situation se dégrade nettement en France. Le nombre de cas recensés en 24 heures est de 26.896, soit 6.000 que la précédente variation de jeudi à vendredi, qui constituait déjà un record. Au total, 718.873 cas ont été confirmés depuis le début de l'épidémie, sachant que la politique de dépistages massifs a été déployée en mai, après le début de la première vague. Le taux de positivité des tests (proportion des personnes positives sur l'ensemble des personnes testées) atteint pour la première 11%, contre 10,4% la veille.

La hausse du nombre de malades en réanimation s'est poursuivie samedi, selon des chiffres publiés par Santé Publique France. Le nombre de malades du Covid-19 en réanimation a de nouveau légèrement augmenté. Au total 1.456 personnes étaient en réanimation, soit 17 de plus que la veille, au plus haut depuis mai. 928 personnes ont été admises en réanimation ces sept derniers jours.

Le nombre total de malades hospitalisés, qui englobe également des formes moins graves de la maladie, poursuit son augmentation continue, à 7.976 samedi, en hausse de 133 par rapport à la veille. Santé Publique France recense 4.999 nouvelles hospitalisations sur les sept derniers jours. Au total, le nombre total de décès à l'hôpital ou en Ehpad depuis le début de l'épidémie s'élevait au moins à 32.684, avec 54 morts de plus que la veille.

Lyon, Lille, Grenoble et Saint-Étienne en zone d'alerte maximale

En raison de la dégradation des indicateurs, Lille, Lyon, Grenoble et Saint-Étienne passent samedi en zone d'alerte maximale. Ce classement en alerte maximale, déjà valable pour Aix-Marseille, Paris et la Guadeloupe, implique des mesures sanitaires renforcées, comme la fermeture des bars. Dans les restaurants, qui peuvent rester ouverts, les gérants doivent respecter de nouvelles règles, comme l'accueil de six personnes maximum par table, le paiement à table, et la prise des coordonnées des clients, fortement recommandée. Au micro d'Europe 1, Nicolas Gauthier, gérant d'un bistrot d'Armentières, près de Lille, préfère en tout cas s'accommoder de ces nouvelles contraintes, plutôt que de devoir fermer. "On met tout en place pour que ça se passe bien et que les gens soient en sécurité", explique-t-il. Et de conclure : "On risque de le payer tous très cher si on doit refermer".

Trump veut reprendre sa campagne, le débat avec Biden annulé 

Malgré les doutes persistants sur sa santé, Donald Trump va reprendre la campagne interrompue par son infection au Covid-19 dès samedi à la Maison Blanche, avant un meeting lundi en Floride. Amateur des foules, Donald Trump, 74 ans, espérait initialement tenir un meeting dès samedi en Floride, Etat-clé pour décrocher la victoire le 3 novembre. Finalement, il va organiser ce premier événement en public depuis son diagnostic à la Maison Blanche, malgré le nombre croissant de cas de coronavirus parmi ses employés et les critiques sur le mélange des genres que représente l'utilisation de ce bâtiment officiel emblématique pour un rassemblement partisan.

Cette fois, tous les invités devront porter leur masque, après s'être faits prendre leur température, selon une source proche de l'organisation qui n'a pas mentionné de dépistage. Le président-candidat se rendra ensuite lundi à Sanford, en Floride, pour son premier meeting depuis l'annonce de son test positif au Covid-19, il y a une semaine.

En revanche, le prochain débat télévisé Trump-Biden du 15 octobre a été annulé vendredi. Le président refusait qu'il soit virtuel, comme l'avaient décidé les organisateurs par précaution sanitaire. Des électeurs devaient cette fois poser des questions aux candidats. Donald Trump "n'a évidemment pas le courage de répondre de son bilan" aux Américains, a réagi un porte-parole de Joe Biden, Andrew Bates. L'équipe Trump a elle accusé les organisateurs de vouloir "protéger" le démocrate en lui évitant une confrontation directe. Et l'a défié d'accepter un duel télévisé "seul à seul", "sans l'ingérence" des organisateurs. 

Etat d'alerte à Madrid, nouvelles restrictions en Allemagne

Le gouvernement espagnol a décrété vendredi l'état d'alerte dans la région de Madrid pour tenter de freiner l'augmentation du nombre de cas, rétablissant ainsi un bouclage partiel de la capitale qui avait été annulé la veille par la justice. Cet état d'alerte - qui équivaut à un état d'urgence sanitaire - est entré en vigueur avec effet immédiat et pour une durée de 15 jours, a-t-il indiqué. L'Espagne, avec quelque 850.000 cas et près de 33.000 morts depuis jeudi soir, est l'un des mauvais élèves de l'Europe.

En Allemagne, la chancelière Angela Merkel a prévenu vendredi que de nouvelles restrictions seraient prises prochainement si les contaminations (plus de 4.000 nouveaux cas quotidiens, un record depuis avril) ne se stabilisaient pas dans les 10 jours. La veille, son ministre de la Santé avait dit craindre une propagation "incontrôlée" dans son pays, jusqu'ici moins touché que ses voisins. A Berlin, la plupart des magasins ainsi que tous les restaurants et bars devront fermer de 23 heures à 6 heures à partir de samedi et au moins jusqu'au 31 octobre.

En Pologne, les seniors pourront à nouveau faire leurs courses sans contact avec le reste de la population, des magasins leur étant réservés pendant deux heures chaque jour. 

Par ailleurs, face à la montée de l'épidémie, les pays européens vont tenter de mieux coordonner leurs restrictions de voyages, avec un classement des zones en vert, orange, ou rouge. Plus de détails dans cet article.

Plus d'un million de morts dans le monde

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 1.069.029 morts dans le monde depuis que le bureau de l'OMS en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles samedi à 11H00 GMT.

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 213.795 décès pour 7.665.150 cas recensés, selon le comptage de l'université Johns Hopkins. Au moins 3.039.089 personnes ont été déclarées guéries. Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil avec 149.639 morts et 5.055.888 cas, l'Inde avec 107.416 morts (6.979.423 cas), le Mexique avec 83.507 morts (809.751 cas) et le Royaume-Uni avec 42.679 morts (575.679 cas).