Vert, orange ou rouge : les régions d'Europe bientôt classées par couleur face au Covid

  • A
  • A
Les pays européens tentent de mieux se coordonner face à l'épidémie. 0:58
Les pays européens tentent de mieux se coordonner face à l'épidémie. © AFP
Partagez sur :
Les pays européens tentent de mieux de se coordonner face au rebond de l'épidémie de coronavirus. Une carte établie par l'Agence européenne de contrôle des maladies va bientôt être mise en place. Selon la couleur d'un pays, les ressortissants de ce dernier se verront appliquer certaines restrictions lors de leurs voyages dans d'autres pays de l'Union européenne. 

Alors que l'épidémie de coronavirus repart de plus belle en Europe, les pays européens veulent mieux se coordonner. Car la première vague, au printemps, avait été marquée par une série de rapides fermetures de frontières, sans concertation. Les Européens se sont donc mis d'accord vendredi pour coordonner leurs restrictions de voyage.

Aujourd’hui, chaque pays décide dans son coin qui peut venir chez lui et à quelles conditions. Bientôt, une seule carte de l’Europe fera foi, avec trois couleurs pour les régions : vert, orange ou rouge. Ce sont les scientifiques de l’Agence européenne de contrôle des maladies qui vont établir cette carte, grâce aux données fournies par les capitales. 

Si votre région est verte, vous serez le bienvenu partout. Cela signifiera qu’il y a eu chez vous moins de 25 cas pour 100.000 habitants lors des 2 dernières semaines, ainsi que moins de 4% de tests positifs. Votre région virera à l’orange ou au rouge si ces seuils sont dépassés plus ou moins largement. Votre pays de destination pourra alors vous imposer des mesures proportionnées : quarantaine ou test.

Pas de durée unique de quarantaine

Tous ceux qui voyagent devront remplir un formulaire qui permettra de les suivre pendant leur séjour. Les Etats promettent aussi de se prévenir au moins 48 heures à l’avance des mesures qu’ils comptent appliquer.

C'est un premier pas, les 27 ont négocié des semaines pour en arriver là. En revanche, pas d’accord sur une durée unique de quarantaine ou sur quel seuil déclenche quel mesure. Le travail va donc devoir continuer.

Europe 1
Par Isabelle Ory, édité par Antoine Terrel