Coronavirus : bilan en forte hausse en France, 4.095 contraventions dressées

, modifié à
  • A
  • A
L'épidémie de coronavirus continue de fortement progresser en France.
L'épidémie de coronavirus continue de fortement progresser en France. © FRANCOIS NASCIMBENI / AFP
Partagez sur :
L'épidémie de coronavirus continue de fortement progresser en France, avec 89 nouveaux décès en une journée et désormais plus de 9.000 cas. Alors que le pays vit son deuxième jour de confinement, le gouvernement a présenté un projet de loi visant à instaurer un "état d'urgence sanitaire" et les forces de l'ordre ont dressé 4.095 contraventions à 135 euros.

Le bilan du coronavirus continue de s'alourdir en France. L'épidémie a provoqué la mort de 89 personnes ces 24 dernières heures, selon le dernier bilan donné par le ministère de la santé. Au total, 9.134 cas de contamination ont été confirmés, dont 921 en réanimation. Alors que le pays connaît son deuxième jour de confinement, le gouvernement a présenté un projet de loi visant à instaurer un "état d'urgence sanitaire". 

Dans le monde, l'épidémie progresse également à grands pas, avec désormais 200.000 cas recensés. L'Italie a enregistré le record de décès sur une journée, avec 475 morts les 24 dernières heures. 

Les informations à retenir :

  • La France a enregistré 89 nouveaux décès en 24 heures et compte désormais 9.134 cas 
  • Plus de 200.000 cas de coronavirus dans le monde, l'Italie a enregistré 475 nouveaux décès 
  • Un projet de loi visant à instaurer un "état d'urgence sanitaire" est présenté mercredi après-midi
  • 4.095 contraventions à 135 euros ont été dressées depuis mercredi matin

Un bilan en forte hausse en France 

Le dernier bilan en France est en forte hausse, avec 89 nouveaux décès en 24 heures, soit 264 au total. Pas moins de 9.134 cas ont été officiellement détectés depuis le début de l'épidémie. 3.626 malades sont hospitalisés, dont 921 en réanimation. La moitié de ces 921 patients dans un état grave en France ont "moins de 60 ans", a indiqué mercredi le ministère de la Santé. Au total, 7% des 264 personnes décédées sont âgées de moins de 65 ans, a également détaillé le Pr Jérome Salomon.

Durant la journée de mercredi, 4.000 tests ont pu être pratiqués, soit 42.500 depuis le début de l'épidémie. Mais ceux-ci sont désormais réservés aux malades qui se plaignent de difficultés respiratoires, en plus des symptômes que sont la fièvre et la toux.

Vers un "état d'urgence sanitaire"

Un texte visant à instaurer un "état d'urgence sanitaire" a été présenté jeudi après-midi. "Ce projet de loi instaure un dispositif d'état d'urgence sanitaire", a expliqué Édouard Philippe après le conseil des ministres. Ce texte va inscrire "dans la loi l'organisation qui a été mise en place dans l'urgence. Il met en place un régime juridique donnant des bases juridiques à de telles mesures. Il s'inspire de la loi du 3 avril 1955 relative à l'état d'urgence (...) Il ne s'agit pas de prononcer des mesures individuelles restrictives de liberté mais de prendre mesures générales pour faire face à l'épidémie".

D'autres mesures ont être présentées lors du même Conseil des ministres : le gouvernement veut entre autres dispositions s'autoriser à prolonger par ordonnance la durée des titres de séjour, notamment ceux qui expirent dans les semaines à venir.

Le confinement s'installe, 4.095 contraventions dressées

L'amende en cas de non-respect du confinement est désormais de 135 euros, jusqu'à 375 euros avec majoration. Les 100.000 forces de l'ordre déployées pour faire appliquer le confinement seront également moins tolérantes. Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner sera l'invité de la matinale d'Europe 1, jeudi matin, pour faire le point sur la situation.

Mercredi soir, il a annoncé que "70.000 échanges" avaient eu lieu depuis le début du confinement, avec "4.095 contraventions" à 135 euros dressées depuis mercredi matin. Il a aussi indiqué invité "les maires à supprimer sur les marchés, les forains qui vendent autre chose que de la nourriture", alors que les images du marché très fréquenté de Barbès, à Paris, ont suscité la polémique.

"Plusieurs millions" de masques doivent être livrés mercredi dans les hôpitaux et dans les pharmacies (pour les médecins de villes, infirmières...), au plus tard jeudi, promet le gouvernement. Ils vont d'abord prendre la direction des 25 départements prioritaires des régions Grand Est, Ile-de-France et Hauts-de-France, les plus touchés par l'épidémie de coronavirus.

Mercredi soir, le gouvernement a reconnu des "difficultés logistiques" dans la fourniture de masques, alloués en priorité aux soignants. "Il y a eu récemment quelques difficultés logistiques, mais les masques arrivent dans les pharmacies depuis hier", a assuré la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye à l'issue du Conseil des ministres. Elle a aussi dénoncé des "vols inadmissibles" de masques dans les hôpitaux, qui finissent même en vente sur internet. "Des masques ont été volés en grande quantité dans des hôpitaux, notamment à Montpellier, où 15.000 masques qui ont disparu, c'est parfaitement inadmissible", a-t-elle dit.

Les économies du monde entier percutées de plein fouet

Quel sera l'impact définitif du coronavirus sur l'économie ? Il est encore trop tôt pour le dire. Mais selon l'Organisation internationale du travail, jusqu'à 25 millions de personnes pourraient perdre leur travail dans le monde en raison de cette crise, dans le scénario le plus pessimiste. Les plans de soutiens à l'économie se multiplient dans le monde. Celui des Etats-Unis devrait s'élever à au moins 850 milliards de dollars (780 milliards d'euros environ).

En France, l'état d'urgence sanitaire habilite le gouvernement à prendre par ordonnances une série de mesures pour soutenir les entreprises et notamment "limiter les cessations d'activité" et les licenciements. Sont prévues des mesures de "soutien à la trésorerie", "d'aide directe ou indirecte" et de facilitation du recours à l’activité partielle. Côté places financières, la Bourse de Paris finit en fort recul, à -5,94%.

Record de décès en Italie, 200.000 cas dans le monde 

Au total, l'AFP a recensé 200.000 cas de coronavirus dans le monde. Par ailleurs, l'Europe a dépassé l'Asie en nombre de décès dus au coronavirus. L'Italie a même enregistré un triste record, avec 475 morts en une journée, un chiffre jamais atteint depuis le début de l'épidémie. La péninsule a également annoncé 4.207 nouveaux cas dans les dernières 24 heures, un chiffre là encore jamais atteint auparavant. L'Italie compte désormais plus de 3.000 morts, un bilan proche de la Chine (3.200 morts). 

En Espagne, deuxième pays le plus touché en Europe, le bilan s'élève désormais à un total de 13.716 cas et 558 morts. Le Royaume-Uni a dépassé la barre des 100 morts et a décidé le fermeture des écoles à partir de vendredi. En revanche, en Chine, la contagion semble montrer un ralentissement, avec une seule nouvelle contamination mercredi, et 12 cas importés. 

Les Pays-Bas ont annoncé mercredi l'annulation de l'Eurovision, qui devait se tenir au mois de mai. En fin d'après-midi, les organisateurs des 24-Heures du Mans ont annoncé le report de la course automobile aux 19-20 septembre.

Europe 1
Par Europe 1 avec AFP