Le gouvernement souhaite mettre fin à l'état d'urgence sanitaire au 10 juillet

, modifié à
  • A
  • A
Edouard Philippe
Le gouvernement veut mettre fin à l'état d'urgence sanitaire au 10 juillet. © AFP
Partagez sur :
Le parquet de Paris a ouvert mardi une vaste enquête sur la gestion critiquée de la crise du coronavirus, qui a a fait 29.296 morts en France. Le gouvernement veut mettre fin à l'état d'urgence sanitaire au 10 juillet, tandis que sur le plan sportif, les relégations d'Amiens et Toulouse en Ligue 2 ont été suspendues par le Conseil d'État. Le gouvernement a présenté un plan très attendu de soutien au secteur de l'aéronautique, fortement touché.

Le coronavirus s'invite sur le terrain judiciaire. Le parquet de Paris a ouvert mardi une vaste enquête sur la gestion critiquée de la crise liée au coronavirus. Sur le plan économique, la crise inquiète, elle aussi. Le gouvernement, qui souhaite mettre fin à l'état d'urgence sanitaire le 10 juillet, tente de résoudre celle du secteur aéronautique avec la présentation d'un plan de 15 milliards d'euros au total. Sur le plan sportif, Amiens et Toulouse resteront en Ligue 1, comme l'a décidé le Conseil d'État. Sur le front épidémique, la situation s'améliore en France avec un reflux qui se poursuit mais s'aggrave dans d'autres zones du monde, comme en Amérique latine.

Les informations principales à retenir : 

  • Nouveau bilan de 29.296 morts en France après réactualisation des chiffres en Ehpad
  • Le gouvernement veut mettre fin à l'état d'urgence sanitaire au 10 juillet
  • Le parquet de Paris ouvre une enquête sur la gestion de la crise
  • Le gouvernement a dévoilé son plan pour l'aéronautique en début de matinée
  • Les relégations d'Amiens et Toulouse en L2 suspendues, pas de reprise de la L1

La fin de l'état d'urgence sanitaire au 10 juillet ?

Le gouvernement souhaite mettre fin au 10 juillet à l'état d'urgence sanitaire mis en place fin mars pour lutter contre l'épidémie de coronavirus, a indiqué mardi soir Matignon, en insistant sur "l'évolution à ce stade positive de la situation sanitaire". "Pour autant, cette sortie de l'état d'urgence sanitaire doit être organisée rigoureusement et progressivement", et le gouvernement présentera donc mercredi au Conseil des ministres un projet de loi qui permettra, pendant quatre mois, de réglementer au besoin l'accès aux transports, de limiter ou d'interdire certains rassemblements et de fermer à nouveau certains établissements accueillant du public.

29.296 morts en France, les chiffres en Ehpad réactualisés

Le nombre total de décès du coronavirus s'élève désormais à 29.296 en France depuis le début de l'épidémie, dont 18.912 à l'hôpital. Lundi, 955 personnes étaient toujours en réanimation, soit 69 de moins dans les dernières 24 heures. À l'heure actuelle, 11.961 personnes sont hospitalisées pour une infection au coronavirus, contre 14.028 lundi dernier.

Les données concernant les Ehpad et autres établissements ou services sociaux ou médico-sociaux (ESMS) ont été actualisées lundi pour la première fois depuis le 2 juin : selon le dernier bilan, la France recense 10.384 décès de résidents en ESMS (contre 10.350 lundi dernier).

Covid-19 : le parquet de Paris ouvre une vaste enquête sur la gestion critiquée de la crise

Le procureur de Paris Rémy Heitz a annoncé mardi l'ouverture lundi d'une vaste enquête préliminaire sur la gestion critiquée de la crise du Covid-19 en France, visant notamment les chefs d'"homicides involontaires" ou "mise en danger de la vie d'autrui". 

Cette enquête, réponse judiciaire à l'essentiel des plaintes reçues par le parquet de Paris pendant le confinement, "n'est pas là pour définir des responsabilités politiques ou administratives", a toutefois expliqué Rémy Heitz, "mais pour mettre au jour d'éventuelles infractions pénales" de décideurs nationaux. À l'exception du chef de l'État, irresponsable pénalement, et des membres du gouvernement, dont la responsabilité relève de la Cour de la justice de la République, saisie de 80 plaintes. On vous explique dans cet article pourquoi l'enquête s'annonce hors normes.

Un plan décisif pour l'aéronautique

Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a présenté mardi matin le plan de soutien du gouvernement au secteur de l'aéronautique. Le plan de soutien à la filière aéronautique, frappée de plein fouet par la crise du coronavirus, représente "un effort total de 15 milliards d'euros de la nation", a annoncé mardi le ministre. "Nous décrétons l'état d'urgence pour sauver notre industrie aéronautique pour lui permettre d'être plus compétitive" et "plus décarbonée" en produisant l'"avion vert" de demain, a affirmé le ministre. Quelque 1,5 milliard d'euros de financement public seront notamment consacrés dans les trois prochaines années à la recherche-développement dans le but de "parvenir à un avion neutre en carbone en 2035".

Le ministère des Armées va en outre passer dès cet année des commandes d'aéronefs militaires prévues plus tardivement, à hauteur de 600 millions d'euros, soit environ 5% de son budget d'équipements, afin de soutenir les entreprises du secteur, a annoncé mardi la ministre Florence Parly.

"Si nous n'étions pas intervenus tout de suite, c'est un tiers des emplois de la filière qui auraient disparu (...) 100.000 environ sur les 300.000 emplois directs et indirects de la filière", a indiqué Bruno Le Maire, estimant avoir évité un "drame social et territorial", tout en demandant "aux industriels de tout faire pour éviter les départs contraints".

La pire crise économique depuis 150 ans

L'économie a été violemment percutée en France, mais elle l'est également en dehors de nos frontières : la crise engendrée par la pandémie est la plus vaste par le nombre de pays qui vont se retrouver en récession, depuis la Grande Dépression des années 1870, a souligné lundi la Banque mondiale.

L'économie planétaire doit se contracter de 5,2% cette année, du jamais vu depuis la Seconde Guerre mondiale. De 70 à 100 millions de personnes pourraient basculer dans l'extrême pauvreté, selon les prévisions de cette institution.

Les relégations d'Amiens et Toulouse en Ligue 2 suspendues, le recours de Lyon rejeté

Le Conseil d'État a suspendu dans l'après-midi les relégations des clubs d'Amiens et Toulouse en Ligue 2, mais a dans le même temps rejeté le recours de Lyon pour une reprise de la saison 2019-2020 de la Ligue 1. Le championnat de France reprendra donc pour une nouvelle saison 2020-2021 à partir de la fin du mois d'août.

Plus de 406.000 morts dans le monde

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 406.466 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine. Plus de 7.130.550 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués dans 196 pays et territoires depuis le début de l'épidémie, dont au moins 3.124.800 sont aujourd'hui considérés comme guéris.

Les États-Unis, qui ont recensé leur premier décès lié au coronavirus début février, sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 111.007 décès pour 1.961.185 cas. Au moins 518.522 personnes ont été déclarées guéries.

Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Royaume-Uni avec 40.597 morts pour 287.399 cas, le Brésil avec 37.134 morts (707.412 cas), l'Italie avec 33.964 morts (235.278 cas), et la France avec 29.209 morts (191.185 cas). La Chine (sans les territoires de Hong Kong et Macao), où l'épidémie a débuté fin décembre, a officiellement dénombré au total 83.043 cas (trois nouveaux entre lundi et mardi), dont 4.634 décès et 78.351 guérisons.

Le Brésil est donc désormais le troisième pays au monde déplorant le plus de décès liés au, coronavirus. Les spécialistes estiment toutefois que les chiffres officiels sont largement sous-estimés : la taille du pays, la difficulté de dépister en Amazonie ou encore dans les favelas rendent l'épidémie difficile à suivre. Plus d'informations sur la situation en Amérique latine dans notre article ici