Un déconfinement progressif dans une France coupée en deux

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Le gouvernement a donné ce jeudi les détails du déconfinement, avec quatre régions du nord-est ainsi que Mayotte en rouge. De nombreuses restrictions resteront en vigueur, notamment dans les transports. Le bilan de la pandémie est de près de 26.000 morts dans le pays. 
L'ESSENTIEL

Edouard Philippe a dévoilé jeudi après-midi les détails du déconfinement. Le Premier ministre a déclaré que celui-ci allait pouvoir être entrepris "progressivement" à partir du 11 mai partout en France, sauf à Mayotte. Le quart nord-est (Île-de-France, Grand Est, Bourgogne-Franche-Comté et Hauts-de-France) est classé rouge sur la carte du déconfinement. Ce sont donc quatre régions où les collèges, les jardins et les parcs ne pourront pas rouvrir.

Pendant ce temps, les soignants continuent de lutter contre la pandémie, qui a désormais fait plus de 25.980 morts en France. Dans le monde, le bilan s'élève à près de 267.000 morts. 

Les principales informations à retenir :

  • Le déconfinement est validé sur toute la France, sauf à Mayotte où il va être retardé
  • Quatre régions sont classées en rouge sur la carte du déconfinement : Île-de-France, Grand Est, Bourgogne-Franche-Comté et les Hauts-de-France, ainsi que Mayotte
  • Les collèges, les jardins et les parcs ne seront pas rouverts dans les départements rouges 
  • Le bilan de la pandémie s’élève à 25.987 morts en France, mais les réanimations continuent de baisser

Près de 26.000 morts en France, les réanimations en baisse

Ce jeudi soir, la France compte 25.987 décès liés au coronavirus sur son territoire, soit 178 de plus sur les dernières 24 heures. Dans le détail, 16.386 personnes sont mortes en milieu hospitalier, et 9.601 dans les établissements sociaux et médico-sociaux. On dénombre désormais 23.208 hospitalisations pour Covid-19 et 2.961 personnes en réanimation. C'est la première fois depuis le début de l'épidémie que ce dernier chiffre passe sous la barre des 3.000. Quant aux soldes ils sont tout les deux à la baisse, avec 775 patients de moins pour les hôpitaux, et 186 personnes en moins dans les services de réanimation.  

À noter que la tension hospitalière reste forte dans l'Île de France, le Grand-Est, l'Auvergne-Rhône-Alpes, et les Hauts-de-France, ces quatre régions concentrant à elles-seules 72% des hospitalisations. 

Le déconfinement validé dans toute la France sauf à Mayotte

Le déconfinement va bel et bien pouvoir débuter le 11 mai partout en France, à l'exception de Mayotte. Edouard Philippe, qui a dévoilé les détails du déverrouillage du pays ce jeudi après-midi, a souligné que l’Île-de-France, et donc Mayotte, font l'objet d'une surveillance particulière. "A Mayotte nous allons retarder le déconfinement, en Île-de-France, nous pouvons déconfiner", a déclaré le Premier ministre. En Île-de-France, le nombre de cas "reste plus élevé qu'espéré", a ajouté Edouard Philippe. 

L’Île-de-France, le Grand Est, les Hauts-de-France, la Bourgogne-Franche-Comté et Mayotte en rouge 

Le ministre de la Santé Olivier Véran a également dévoilé la très attendue carte du déconfinement, avec une France coupée en deux. Un grand quart nord-est, c'est-à-dire les régions de l’Île-de-France, du Grand Est, des Hauts-de-France et de la Bourgogne-Franche-Comté, sont classées en rouge, tout comme Mayotte. Le reste de la France et des territoires d'outre-mer sont eux en vert. 

carte Twitter

 

Pas d'ouverture des collèges, des jardins et des parcs dans les départements en rouge

Comme l'avait déjà annoncé le gouvernement, les départements en rouge seront déconfinés avec des restrictions. Les collèges, les parcs et les jardins ne seront ainsi pas rouverts dans ces régions. Un retour en classe pour les élèves de 6e et 5e est envisagé à compter du 18 mai dans les départements classés vert, a précisé Edouard Philippe. 

Les départements verts pourraient également rouvrir les restaurants et les cafés dans un second temps. "S'ils se maintiennent en vert les trois prochaines semaines, nous pourrons envisager une nouvelle étape du déconfinement avec l'ouverture des lycées, l'ouverture des cafés, l'ouverture des restaurants", a assuré le Premier ministre. L'ouverture "des plages et lacs" sera elle possible au cas par cas, sur autorisation du préfet, a précisé Christophe Castaner.

Un million d'écoliers accueillis avec 130.000 professeurs dès la semaine prochaine

L'un des sujets épineux de ce déconfinement concerne la réouverture des écoles, qui a fait polémique ces dernières semaines. Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a annoncé qu'un million d'élèves seront accueillis avec 130.000 professeurs dès la semaine prochaine. Ce sont entre "80% et 85%" des 50.500 écoles de France qui seront ouvertes, "dès le 12 mai", a précisé le ministre. 

Pas de déconfinement dans les Ehpad, une prime pour tous les salariés

Le déconfinement ne va cependant pas concerner les Ehpad, qui ont été fortement touchés par la pandémie, avec près de 10.000 morts depuis le début de la crise. Cette décision a été prise afin de "continuer à tout faire pour protéger les personnes âgées vulnérables", a déclaré le ministre de la Santé. "Les visites des proches pourront se poursuivre si la situation de l'établissement le permet", a-t-il poursuivi. 

Olivier Véran a également annoncé le versement d'une prime pour tous les salariés des maisons de retraite. La prime sera de 1.500 euros "dans les 33 départements dans lesquels l'épidémie est la plus de forte, et de 1.000 euros ailleurs". 

Les nouvelles règles de déplacement : une nouvelle attestation, le port du masque obligatoire dans les transports en commun

De nouvelles règles de déplacement vont être mises en place à partir du 11 mai. Conformément à ce qu'avait déjà annoncé Edouard Philippe, les Français pourront se déplacer librement dans une limite de 100 km "à vol d'oiseau" autour du lieu de résidence. Nouveauté : une attestation papier et numérique va être disponible pour les déplacements de plus de 100 km. 

Le port du masque va lui être obligatoire dans les transports en commun sur l'ensemble du territoire français, pour toute personne ayant plus de 11 ans. Les contrevenants seront passibles d'une amende de 135 euros. En Île-de-France, l'accès aux transports en commun sera par ailleurs "réservé aux heures de pointe aux personnes détenant une attestation de leur employeur ou ayant un motif impérieux pour se déplacer". 

Sur le front économique : 400.000 entreprises vont rouvrir, les centres commerciaux également sauf en Île-de-France

Au premier jour du déconfinement le 11 mai, ce sont "400.000 entreprises qui représentent 875.000 emplois qui vont rouvrir", a lui déclaré jeudi le ministre de l'Economie Bruno Le Maire à Matignon. "Ce sont 77.000 salons de coiffure, 33.000 commerces d'habillement, 15.000 fleuristes, 3.300 libraires qui vont rouvrir, c'est la vie sociale et économique qui va pouvoir redémarrer", a ajouté le ministre. 

Les centres commerciaux de plus de 40.000 mètres carrés en France, dont la réouverture était incertaine, "pourront rouvrir" le 11 mai "en accord avec les préfets". Ils resteront cependant fermés en Île-de-France "en raison de risques sanitaires persistants". 

Le déconfinement "ne doit pas être le signe d'un relâchement de notre vigilance"

Mais après toutes ces annonces, Edouard Philippe a prévenu les Français : le déconfinement "ne doit pas être le signe d'un relâchement de notre vigilance". Lundi "sera le début d'une nouvelle phase", celle d'un "redémarrage d'une partie de notre vie sociale", s'est réjoui le Premier ministre. Mais "elle demandera de la part de chacun de la discipline et de la responsabilité", car "ce sera sur la durée que nous réussirons à maîtriser l'épidémie", a-t-il dit. 

Près de 267.000 décès dans le monde

La pandémie du nouveau coronavirus a fait environ 267.000 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine. Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu'une fraction du nombre réel de contaminations, un grand nombre de pays ne testant que les cas nécessitant une prise en charge hospitalière.

Les États-Unis, qui ont recensé leur premier décès lié au coronavirus début février, sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 73.431 décès pour 1.228.609 cas. Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Royaume-Uni avec 30.076 morts pour 201.101 cas, l'Italie avec 29.684 morts (214.457 cas), l'Espagne avec 26.070 morts (221.447 cas) et la France avec 25.809 morts (174.191 cas).