Coronavirus : plus de 21.000 nouveaux cas, hospitalisations en baisse

, modifié à
  • A
  • A
Les réanimations sont en baisse en France.
Les réanimations sont en baisse en France. © LUCAS BARIOULET / AFP
Partagez sur :
Le Premier ministre Jean Castex a annoncé que les lieux culturels et les établissements sportifs resteront fermés jusqu' à fin janvier, alors que les bars et restaurants ne rouvriront pas au moins avant la mi-février. Dix départements supplémentaires pourraient passer sous  couvre-feu à 18h. Près de 21.000 nouveaux cas ont été enregistrés en 24h. 
L'ESSENTIEL

Pas d'assouplissement dans les prochaines semaines. C'est le message passé par le Premier ministre Jean Castex, jeudi soir lors d'une conférence de presse du gouvernement sur la situation sanitaire face au coronavirus. Les lieux culturels, établissements sportifs et stations de ski resteront ainsi fermés jusqu'à fin janvier, alors que les bars et restaurants ne rouvriront pas au moins d'ici la mi-février. 10 départements supplémentaires pourraient passer au couvre-feu à 18h. Le gouvernement a également répondu aux critiques sur la lenteur de la campagne de vaccination, précisant que 45.000 personnes ont été vaccinées au cours des cinq derniers jours, avec un objectif fixé à un million d'ici la fin du mois de janvier. 

Le dernier bilan des autorités fait état de 21.000 nouveaux cas en 24h, alors que les hospitalisations et réanimations sont encore en baisse. Deux clusters "à risque" du variant britannique ont par ailleurs été détectés en Bretagne et en Île-de-France. La frontière avec le Royaume-Uni restera ainsi fermée "jusqu'à nouvel ordre". Suivez l'évolution de la situation en direct. 

Les informations à retenir

  • Les lieux culturels, établissements sportifs et stations de ski resteront fermés jusqu'à fin janvier au moins
  • Les bars et restaurants ne pourront rouvrir avant au moins la mi-février
  • 10 départements supplémentaires pourraient passer au couvre-feu à 18h
  • 45.000 personnes vaccinées au cours des cinq derniers jours, les plus de 75 ans pourront se faire vacciner à partir du 18 janvier
  • Plus de 21.000 nouveaux cas en 24h, les hospitalisations et réanimations en baisse 
  • "Deux clusters à risque" du variant britannique ont été détectés en France, la frontière avec le Royaume-Uni fermée jusqu'à nouvel ordre

Les lieux culturels, établissements sportifs et stations de ski resteront fermés jusqu'à la fin du mois

Face à la circulation du coronavirus, le gouvernement a décidé de prolonger la fermeture des lieux culturels, notamment les musées, cinémas et théâtre, jusqu'à la fin du mois de janvier. Les établissements et équipements sportifs sont également concernés, tout comme les remontées mécaniques des stations de ski. Un point sera fait le 20 janvier pour déterminer s'il est possible, ou non, de rouvrir ces établissements. 

"Les conditions d'une reprise à compter de début février seront ainsi concertées avec les représentants de ces secteurs. Nous souhaitons leur donner de la visibilité en travaillant avec eux à l'élaboration d'une méthode d'ouverture encadrée et progressive", a précisé Jean Castex. 

Pas de réouverture des bars et restaurants avant "a minima mi-février" 

Autre secteur en grande souffrance : les bars et restaurants. Fermés depuis le début du deuxième confinement fin octobre, ils ne rouvriront pas avant au moins la mi-février, a annoncé Jean Castex. Pendant "toute cette période de fermeture ou d'activités, le gouvernement continuera à soutenir économiquement l'ensemble des secteurs" concernés, a affirmé le Premier ministre : activité partielle, Fonds de solidarité rénové et aides sectorielles, tous les dispositifs "seront maintenus dans les mêmes conditions".

Extension du couvre-feu à 18h envisagée pour 10 départements

Le Premier ministre a également dit envisager une extension du couvre-feu à 18h pour 10 départements. Une décision sur ce point sera prise vendredi, a-t-il précisé. Actuellement, 15 départements de l'Est de la France sont concernés par un couvre-feu avancé à 18h, en raison de la situation sanitaire locale.

45.000 personnes vaccinées ces cinq derniers jours, les plus de 75 ans pourront se faire vacciner à partir du 18 janvier

Le gouvernement a également répondu aux vives critiques contre la lenteur de la campagne de vaccination dans le pays. Olivier Véran a assuré que 45.000 personnes ont été vaccinées en France dans les cinq derniers jours, marquant ainsi un net coup d'accélérateur. Les plus de 75 ans pourront de leur côté se faire vacciner à partir du lundi 18 janvier. La vaccination est désormais ouverte aux personnes handicapées hébergées dans des établissements spécialisés et aux personnels de 50 ans et plus qui y travaillent. 

Ces vaccinations "se dérouleront dans des centres de vaccination" puisque "un centre par département a déjà été ouvert" soit "100 sur le territoire", a ajouté le Premier ministre. "A partir de lundi il y en aura 300, puis 600 progressivement jusqu'à la fin du mois de janvier", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse. Le gouvernement veut ainsi pouvoir vacciner un million de personnes d'ici la fin du mois. 

La situation sanitaire "loin d'être revenue à la normale", "la deuxième vague est toujours là"

Jean Castex a débuté la conférence de presse par un traditionnel point sur la situation sanitaire. "Même si le virus circule légèrement moins en France que chez nos voisins, la situation est loin d’être revenue à la normale", a prévenu le chef du gouvernement. "Nous sommes aujourd'hui à un peu plus de 15.000 cas quotidiens, soit trois fois plus que l’objectif que nous nous étions fixés", a-t-il poursuivi, notant que les cas de contaminations sont moins élevées en France que chez ses voisins européens, comme le Royaume-Uni et l'Allemagne. "La deuxième vague est toujours là", a résumé le Premier ministre. 

"Deux clusters à risque" du variant britannique détectés en Bretagne et en Île-de-France

Deux "clusters à risques" du variant britannique du coronavirus, plus transmissible et qui inquiète la communauté internationale, ont été détectés en France, en Bretagne et en Ile-de-France, a indiqué jeudi le ministère de la Santé. Au total, 19 cas de contamination par ce variant sont pour l'instant avérés dans toute la France, ainsi que trois autres par un variant différent initialement repéré en Afrique du Sud, a précisé le ministère dans un communiqué. "Nous prenons toutes les mesures si le virus venait à circuler sur le territoire national", a assuré Olivier Véran. 

Face à ce risque, le gouvernement a décidé de prolonger la fermeture de la frontière avec le Royaume-Uni "jusqu'à nouvel ordre". 

Plus de 21.000 nouvelles contaminations en 24 heures

Selon le dernier bilan de Santé publique France, 21.000 nouveaux cas ont été enregistrés en 24h. Le nombre de cas confirmés a été de 21.703, contre 25.379 la veille et près de 20.000 cas sept jours auparavant. Cette donnée quotidienne a énormément varié depuis la mi-décembre, oscillant entre quelque 3.000 et plus de 21.000. Mais toujours loin, en moyenne, de l'objectif gouvernemental de descendre à 5.000 cas par jour. 

Le nombre de patients hospitalisés s'élève à 24.488, soit 260 de moins que le total de la veille, avec 1.441 nouvelles hospitalisations en 24 heures. Le nombre de malades en réanimation, où un lit sur deux est occupé par un malade du Covid selon le Premier ministre, est de 2.573, soit 34 de moins que la veille, avec 181 nouvelles admissions en 24 heures. Avec 277 décès à l'hôpital, la maladie a désormais tué 66.841 personnes depuis le début de l'épidémie.

L'Europe doit "faire plus" face au variant du Covid-19

L'Europe doit "faire plus" face à "une situation alarmante", en raison de la circulation dans la région d'une nouvelle variante plus contagieuse du coronavirus, d'abord décelée au Royaume-Uni, a appelé jeudi la direction régionale de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). "Ce sont les mesures de base, que nous connaissons tous, qui doivent être intensifiées pour faire baisser la transmission, soulager nos services Covid-19 et sauver des vies", a dit le directeur Europe de l'OMS, Hans Kluge, lors d'un point presse en ligne.

Il importe de généraliser le port du masque, limiter le nombre de rassemblements sociaux, respecter l'éloignement physique et le lavage des mains, et associer ces mesures à des systèmes de dépistage et de traçage adéquats et à l'isolement des malades, a-t-il détaillé. Selon les estimations de l'organisation, la nouvelle souche "pourrait progressivement remplacer les autres en circulation à travers la région, comme observé au Royaume-Uni et de plus en plus au Danemark". Vingt-deux pays de la zone Europe, laquelle en comprend 53 dont la Russie, ont désormais enregistré des cas liés à cette nouvelle souche, a précisé l'OMS.

L'Angleterre et le Liban se reconfinent, restrictions en Amérique du Sud

Les députés britanniques ont officiellement adopté mercredi le troisième confinement réclamé par le Premier ministre Boris Johnson, selon qui l'Angleterre n'avait d'autre choix face à la flambée des contaminations par le nouveau coronavirus attribuée à un variant plus contagieux. Les 56 millions d'habitants ne peuvent plus sortir de chez eux que pour des raisons essentielles. Les écoles ont fermé et le Premier ministre Boris Johnson n'a pu garantir mercredi qu'elles rouvriraient après les vacances de février. Le Liban se calfeutre également jusqu'à fin janvier, après avoir recensé mercredi 4.166 nouvelles contaminations au Covid-19, un record quotidien.

En Amérique du Sud, le Pérou a prolongé jusqu'au 21 janvier la suspension des vols en provenance d'Europe afin d'éviter l'entrée de passagers pouvant être infectés par la nouvelle souche de coronavirus découverte au Royaume-Uni, a indiqué mercredi le gouvernement. L'Uruguay prolonge jusqu'au 30 janvier l'interdiction d'entrée dans le pays, une mesure visant à contenir l'augmentation de cas de Covid-19.

Au Japon, le Premier ministre a déclaré jeudi un nouvel état d'urgence dans le grand Tokyo pour contrer la progression de la pandémie. A bientôt six mois de l'ouverture prévue des Jeux olympiques de Tokyo-2020, reportés l'an dernier à cause de la pandémie, l'état d'urgence risque de refroidir encore la population japonaise, déjà majoritairement en faveur d'un nouveau report ou de l'annulation des JO.