Covid-19 : l'objectif est d'avoir vacciné 70 millions de personnes fin août, annonce Véran

, modifié à
  • A
  • A
Vaccin coronavirus vaccination
Le gouvernement veut vacciner 70 millions de personnes fin août (Véran sur TF1) © AFP
Partagez sur :
Avec près de 23.000 cas comptabilisés en 24 heures, la circulation du virus est toujours forte en France, à l'instar de la pression hospitalière. Invité du journal de 20 heures sur TF1, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé que l'objectif du gouvernement était de vacciner toute la population d'ici la fin du mois d'août. 
L'ESSENTIEL

Le virus continue de circuler en France. Selon un dernier bilan des autorités sanitaires, près de 23.000 nouveaux cas de Covid-19 ont été comptabilisés en 24 heures et la pression sur les services hospitaliers reste forte. Le gouvernement planche sur l'hypothèse d'un nouveau confinement, notamment face à la circulation du variant britannique, plus contagieux. Olivier Véran, ministre de la Santé, a indiqué lors de son passage au journal de 20 heures, sur TF1, que l'objectif du gouvernement était d'avoir vacciné 70 millions de personnes fin août.

Les principales infos à retenir

  • Olivier Véran a assuré sur TF1 que le gouvernement veut avoir vacciné la totalité de la population d'ici fin août 
  • Les épreuves de spécialité du nouveau baccalauréat sont annulées au profit du contrôle continu. 
  • 22.848 nouveaux cas en 24 heures, la pression hospitalière s'accentue.

L'objectif est d'avoir vacciné 70 millions de personnes fin août, annonce Véran

Le gouvernement sera "en mesure" de vacciner 70 millions de personnes d'ici fin août, "si la totalité des vaccins commandés sont validés par les autorités sanitaires européennes et mondiales", a assuré jeudi le ministre de la santé, Olivier Véran.

Le ministre, qui était l'invité du 20 heures de TF1, a dit s'attendre à ce que "probablement 1,3 à 1,4 million" de personnes soient vaccinées fin janvier, soit plus que le million annoncé. Ensuite, le nombre de personnes vaccinées monterait à "4 millions fin février, 9 millions au mois de mars, 20 millions à la fin d'avril, 30 millions à la fin mai, 43 millions à la fin du mois de juin, 57 millions à la fin du moins de juillet et 70 millions, c’est-à-dire la totalité de la population française, d’ici à la fin août", a-t-il énuméré.

Interrogé sur les reports de rendez-vous de vaccination constatés dans plusieurs régions, faute de doses, le ministre a tenu à rappeler que "dans 95% des cas, les choses de déroulent de manière remarquable". "Nous somme sur un rythme quotidien qui est le double de celui de nos voisins allemands", a-t-il poursuivi, avant de reconnaître que "ça ne veut pas dire que tout est simple pour tout le monde". 

Le gouvernement demande "de ne plus utiliser de masque artisanal"

Toujours sur TF1, Olivier Véran a indiqué que le gouvernement demandait aux Français de ne plus utiliser de masques faits maison, jugés insuffisamment filtrants face à l'apparition de nouveaux variants plus contagieux. "Le HCSP (Haut conseil de la santé publique, ndlr) recommande aux Français, et c'est la recommandation que je leur fais également, de ne plus utiliser le masque artisanal qu'on a fabriqué chez soi", a déclaré le ministre, qui demande d'éviter également les masques industriels en tissu les moins filtrants (dits "de catégorie 2"). Découvrez plus de détails ici.

Les épreuves de spécialité du nouveau bac annulées

Les premières épreuves de spécialité du nouveau baccalauréat, qui comptent pour un tiers de la note finale, sont annulées au profit du contrôle continu en raison de la crise sanitaire, selon un courrier de Jean-Michel Blanquer adressé jeudi soir aux enseignants.

Les enseignements de ces spécialités "ne seront pas évalués au travers d'épreuves au mois de mars mais sur la base des moyennes des trois trimestres de Terminale de ces enseignements", indique ce courrier. Depuis plusieurs semaines, professeurs, élèves, parents d'élèves et syndicats réclamaient l'annulation ou le report de ces épreuves prévues en mars, alors que 70% des lycées ont mis en place un enseignement hybride depuis neuf semaines.

Près de 23.000 nouveaux cas en 24 heures

Selon les données de Santé publique France, le nouveau bilan de l'épidémie de coronavirus s'établit à 71.998 décès en France, soit 346 en 24 heures. Le nombre de nouveaux cas positifs recensés quotidiennement continue d'être à un niveau d'élevé. Au total, 22.848 nouveaux cas positifs ont été recensés en 24 heures sur le territoire français. Un chiffre légèrement inférieur à celui de mercredi mais qui reste très élevé. Le taux de positivité des tests est lui stable à 6.67 % depuis le 17 janvier.

La pression hospitalière semble s'accentuer puisque les hospitalisations et réanimations sont en hausse pour la seconde journée consécutive. On recense 25.735 patients hospitalisés pour une infection au coronavirus, soit 49 de plus que la veille. 

Un troisième confinement envisagé

Certains médecins plaident pour un nouveau confinement afin de faire baisser drastiquement le nombre de nouvelles contaminations, notamment face au variant britannique du virus. "Il y a des mesures à prendre, c'est inéluctable", a prévenu Gilles Pialoux, chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Tenon à Paris, sur Europe 1.

Auditionné dans le cadre du projet de loi sur la prolongation de l'état d'urgence sanitaire par la Commission des lois du Sénat, le ministre de la Santé, Olivier Véran a également indiqué qu'un nouveau confinement "deviendrait probablement une nécessité absolue" si la circulation du variant anglais du coronavirus augmentait. Le gouvernement pourrait faire son annonce dès la semaine prochaine et l'instaurer à la fin du mois. Tous les détails ici.

Des mesures en faveur des étudiants 

Après une journée de mobilisation de la jeunesse mercredi, Emmanuel Macron a souhaité jeudi que les étudiants puissent, s'ils le souhaitent, retourner suivre des cours en présentiel à l'université un jour par semaine et avoir accès à deux repas par jour pour le prix d'un euro le repas dans les restos U. Au cours d'un échange avec des étudiants à l'université Paris-Saclay (Essonne), le chef de l'Etat a rappelé qu'"un étudiant doit avoir les mêmes droits qu'un salarié (...) S'il en a besoin, il doit pouvoir revenir à l'université un jour par semaine" dans des amphis avec une jauge maximum de 20%.

Le président de la République a également annoncé la création d'un "chèque psy" pour permettre aux étudiants en situation de mal-être à cause de la crise du Covid-19 de pouvoir consulter un psychologue et suivre des soins. Il sera disponible au 1er février. 

Si du côté des organisations syndicales, ces mesures sont plutôt bien accueillies, le nouveau dispositif sur le présentiel s'avère "insuffisant", selon l'Unef. Découvrez ici la réaction de la présidente du syndicat, Mélanie Luce. 

L'Europe sur ses gardes face au variant

L'agence européenne chargée des épidémies a appelé jeudi ses membres à se tenir prêts à prendre des mesures plus strictes "dans les semaines à venir" pour contenir la progression des nouveaux variants du coronavirus, en relevant d'un cran son niveau de vigilance. L'ECDC, qui regroupe les 27 pays de l'Union européenne ainsi que le Royaume-Uni, la Norvège et l'Islande, a relevé à "élevé/très élevé" son évaluation des risques sanitaires liés aux nouveaux variants, contre "élevé" dans sa première évaluation fin décembre.

Limitation des déplacements transfrontaliers, accélération de la vaccination, mise en place d'un certificat commun : les 27 de l'Union européenne se retrouvent par ailleurs jeudi soir pour un nouveau sommet par visioconférence pour coordonner la lutte contre la pandémie, face à la menace des nouveaux variants. Plusieurs pays ont déjà durci leurs mesures de restrictions, comme le Pays-Bas qui vient d'approuver la mise en place d'un couvre-feu.

Une quarantaine pour les personnes arrivant aux Etats-Unis

L'administration Biden dévoile jeudi une feuille de route détaillée pour lutter contre le Covid-19 en augmentant vaccinations et dépistages. Le démocrate va immédiatement signer dix décrets et autres directives pour lancer cette stratégie nationale qui manquait cruellement sous son prédécesseur Donald Trump, de l'avis de nombreux experts. L'administration Biden veut demander 1.900 milliards de fonds au Congrès, qui incluent 20 milliards pour les vaccins et 50 milliards pour les tests.

Le président américain a déjà annoncé qu'une quarantaine serait désormais obligatoire pour toute personne arrivant aux Etats-Unis par avion. Présentant son plan de lutte contre le Covid-19, le nouveau locataire de la Maison Blanche a également annoncé que les voyageurs devraient être en mesure de présenter un test négatif.

Plus de deux millions de morts

La pandémie a fait plus de 2,075 millions de morts dans le monde et plus de 96,8 millions de cas de contamination ont été diagnostiqués, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles. Les Etats-Unis sont le pays comptant le plus de morts (406.162), suivis par le Brésil (212.831), l'Inde (152.869), le Mexique (144.371) et le Royaume-Uni (93.290).