Covid : les différents scénarios sur la circulation du variant anglais

  • A
  • A
Une étude de l'Inserm inquiète quant à la propagation du variant anglais du coronavirus en France (photo d'illustration). 2:06
Une étude de l'Inserm inquiète quant à la propagation du variant anglais du coronavirus en France (photo d'illustration). © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Partagez sur :
Une étude de l'Inserm tire la sonnette d'alarme quant à la circulation du variant anglais du coronavirus en France. La propagation rapide de cette forme plus contagieuse pourrait, selon l'Institut, menacer la relative stabilisation des chiffres de l'épidémie sur le territoire. 
DÉCRYPTAGE

Un nouveau record du nombre de morts au Portugal, malgré un confinement général, des restrictions durcies et prolongées en Allemagne et plus de 1.600 morts en 24 heures au Royaume-Uni… Dans un tableau européen de l'épidémie de coronavirus catastrophique, la France fait figure d'exception, avec des chiffres relativement stables. Mais pour combien de temps ? C'est la question qui se pose après la publication d'une étude de l'Inserm sur la circulation du variant anglais sur le territoire. 

200 à 300 nouveaux cas du variant britannique par jour

La France se situe actuellement sur un "plateau haut", selon l'expression employée par les autorités, qui gravite autour de 20.000 contaminations par jour. Mais ce qui inquiète l'Inserm, c'est la part de cas du fameux variant en provenance du Royaume-Uni, estimée autour de 200 à 300 par jour, ce qui représente à peu près 1,4% des tests PCR positifs.

Et comme ce variant est beaucoup plus contagieux, les projections dans les prochaines sont assez pessimistes. "On peut avoir une croissance qui va aller assez vite dans les semaines à venir, en doublant tous les huit à onze jours… Et donc se retrouver dans une situation où ce variant devient dominant dès fin février-début mars", craint Vittoria Colizza, directrice de recherches à l’Inserm et spécialiste en modélisation des maladies infectieuses, interrogée sur Europe 1.

Peu de marge dans les hôpitaux français

Un constat d’autant plus pessimiste qu’il y a très peu de marge dans les hôpitaux français. Actuellement, 25.000 personnes sont hospitalisées à cause du Covid-19 et 2.800 patients sont dans des services de réanimation. Or, si le variant anglais se propage comme le prévoient les projections de l’Inserm, cela voudrait dire que le nombre actuel d’hospitalisations pourrait doubler d’ici la fin février - en l'absence de mesures sanitaires plus restrictives.

Face à cette perspective inquiétante, les spécialistes de l'Inserm rappellent aussi l’importance d’une accélération de la campagne de vaccination dès maintenant pour limiter au plus possible l’explosion de contaminations.

Europe 1
Par Victor Dhollande, édité par Margaux Lannuzel