Covid : 69.313 morts en France, l'épidémie se stabilise à un niveau élevé

, modifié à
  • A
  • A
Le couvre-feu à 18h entre en vigueur samedi en France.
Le couvre-feu à 18h entre en vigueur samedi en France. © AFP
Partagez sur :
Le Premier ministre Jean Castex a annoncé un couvre-feu avancé à 18h dans l'ensemble du pays, à partir de samedi. Le gouvernement a également dévoilé des mesures à destination des écoles et des étudiants. Ce jeudi, la France compte 69.313 morts du coronavirus sur son territoire, soit 282 de plus que la veille. Les données hospitalières sont en légère progression.
L'ESSENTIEL

Le gouvernement serre la vis face à la propagation de la pandémie. Le Premier ministre Jean Castex a annoncé jeudi soir un couvre-feu avancé à 18h sur l'ensemble du territoire national, à partir de samedi. Le gouvernement a également présenté des mesures en faveur des écoles et des étudiants. Les aides aux entreprises sont elles renforcées, notamment le Fonds de solidarité. Par ailleurs, les voyageurs arrivant d'un pays hors de l'Union européenne devront désormais présenter un test négatif pour entrer sur le territoire. 

L'Organisation mondiale de la santé a de son côté estimé que le variant britannique du virus était présent dans une cinquantaine de pays.

Les informations principales à retenir :

  • Le couvre-feu est étendu à 18h dans tout le pays à partir de samedi 
  • Le gouvernement a présenté un protocole sanitaire renforcé dans les écoles et des mesures pour les étudiants 
  • La vaccination va être ouverte lundi pour des personnes présentant des pathologies à risque
  • Les aides aux entreprises sont renforcées
  • Un test négatif va être exigé pour tous les voyageurs arrivant en France d'un pays hors UE
  • 69.313 morts : l'épidémie se stabilise à un niveau élevé

Le couvre-feu à 18h dans tout le pays à partir de samedi

Comme attendu, Jean Castex a annoncé l'extension du couvre-feu à 18h dans l'ensemble du pays, à partir de samedi soir, et ce pour au moins 15 jours. "Sauf les exceptions liées aux missions de service public, tous les lieux, commerces ou service recevant du public seront fermés à 18h", a précisé le chef du gouvernement.

"Cette mesure a une efficacité sanitaire. Dans les 15 premiers départements qui ont mis en œuvre ce couvre-feu, la hausse des nouveaux cas y est de deux à trois fois moins élevée que dans les autres départements", a justifié le Premier ministre. "La circulation virale concerne désormais tous les territoires. Plus aucun département ne présente un taux d'incidence inférieur au taux de 50/100.000 habitants", a-t-il poursuivi. 

Un confinement pas écarté en cas de "dégradation épidémique"

Jean Castex a également prévenu : si la situation sanitaire venait à se dégrader, le gouvernement serait contraint de procéder à un nouveau confinement. "Je veux être clair avec tous : si nous constatons une dégradation épidémique, nous déciderons d'un nouveau confinement", a-t-il mis en garde. 

Protocole sanitaire renforcé dans les cantines scolaires, le sport en intérieur suspendu

Le gouvernement a annoncé un renforcement du protocole sanitaire en vigueur dans les écoles, notamment dans les cantines scolaires. Les activités sportives scolaires et extrascolaires en intérieur vont par ailleurs être suspendues jusqu'à nouvel ordre. 

Les autorités vont également procéder à une campagne massive de dépistage dans les écoles. L'objectif est de faire 300.000 tests par semaine parmi les élèves et les enseignants, avec un objectif à un million de tests d'ici la fin du mois. "Nous souhaitons tout faire pour éviter" la fermeture des écoles, a redit le chef du gouvernement. 

Retour progressif des étudiants à l'université 

L'exécutif a également dévoilé des mesures en faveur des étudiants, privés de cours depuis de longs mois. Les travaux dirigés (TD) vont ainsi pouvoir reprendre en demi-groupe pour les étudiants de première année à partir du 25 janvier. 

Cette mesure s'étendra ensuite, "si la situation sanitaire le permet, aux étudiants des autres niveaux", a ajouté le Premier ministre, en exprimant la "préoccupation" du gouvernement face au "profond sentiment d’isolement, mais aussi les vraies difficultés pédagogiques" des étudiants.

Ouverture de la vaccination aux personnes présentant des pathologies à risque à partir de lundi 

La vaccination va être ouverte aux personnes présentant des pathologies à risque à partir de lundi. "Conformément à notre stratégie de priorisation des plus fragiles, et en accord avec les autorités scientifiques et associations de patients, j’ai décidé d’ouvrir, dès lundi 18 janvier également, la vaccination aux personnes présentant une des six pathologies conduisant à un très haut risque de forme grave de la maladie, qui apparaissent sur votre écran, et ce quel que soit leur âge", a détaillé Jean Castex. 

"Plus de 700 centres" de vaccination seront ouverts lundi, a également annoncé le Premier ministre. 

Renforcement des mesures d'aides aux entreprises

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a annoncé un renforcement des mesures d'aides à destination des entreprises. Les coûts fixes des entreprises fermées à cause de l'épidémie de Covid-19 et de celles des secteurs qui leurs sont liés, réalisant plus d'un million d'euros de chiffre d'affaires par mois, seront pris en charge à 70%. Concernant les prêts garantis par l'Etat, les entreprises pourront bénéficier d'un an de plus pour commercer à procéder à leur remboursement. 

Par ailleurs, les viticulteurs touchés par les sanctions douanières américaines pourront accéder au fonds de solidarité. Tous les détails sur les nouvelles aides aux entreprises par ici

Maintien de la fermeture des lieux culturels, pas de date de réouverture

La fermeture des lieux culturels va se poursuivre, a annoncé sans surprise la ministre de la Culture Roselyne Bachelot. "Pour l’instant, la situation est trop dégradée et trop instable pour envisager une date ferme de réouverture" des lieux culturels, a-t-elle déclaré. Les dispositifs d'aide mis en place par le gouvernement à destination du secteur culturel, très touché par la pandémie, vont également être prolongés. 

Un test négatif exigé pour les voyageurs arrivant d'un pays hors UE, restrictions complémentaires en Guyane, à Mayotte et à la Réunion

Un test négatif va désormais être exigé pour tous les voyageurs arrivant en France d'un pays hors de l'Union européenne. Ces personnes devront également "s'engager sur l'honneur à s’isoler pendant sept jours une fois arrivées en France, puis à refaire un deuxième test PCR à l’issue", a ajouté le Premier ministre.

Des mesures de restrictions d'urgence vont également être mises en place en Guyane ainsi qu'à Mayotte et à la Réunion, pour les protéger des variants à risque du Covid-19 qui circulent dans ces régions. En Guyane, "le contrôle des frontières sera renforcé et des tests négatifs seront exigés" pour rejoindre les Antilles et la métropole. De la même manière des "tests négatifs seront exigés pour les vols en provenance de Mayotte ou de la Réunion".

"Notre situation reste préoccupante"

Jean Castex a commencé la conférence de presse par un traditionnel point de situation sanitaire. Le Premier ministre s'est tout d'abord félicité que les fêtes de fin d'année n'aient pas donné lieu à une "flambée épidémique". "Les premières données que nous avons montrent que nous avons pu passer les fêtes de fin d’année sans flambée épidémique. Notre situation reste préoccupante même si elle s’est globalement stabilisée", a-t-il tout de même prévenu. "Nous sommes sur un plateau élevé, la pression sur les hôpitaux reste à peu près stable mais reste aussi à un niveau élevé", a-t-il détaillé. 

"Notre situation est maîtrisée mais reste fragile parce que le virus continue de circuler activement sur le territoire. D’autant plus que de nouveaux variants circulent sur le territoire", a poursuivi le Premier ministre. Le ministre de la Santé Olivier Véran a précisé que chaque jour 200 à 300 cas du variant britannique du coronavirus sont détectés en France. 

69.313 morts, l'épidémie se stabilise à un niveau élevé

La France comptait jeudi soir 69.313 morts du coronavirus, soit 282 de plus que la veille. Les données hospitalières sont en légère progression, avec 25.017 patients hospitalisés à cause du coronavirus, soit 248 de plus en 24 heures. Quant aux cas graves en réanimation, on en dénombre désormais 2.726, soit 25 de plus par rapport au dernier pointage.

Plus de 21.000 nouveaux cas ont été détectés en 24h, contre près de 24.000 mercredi.

Le variant britannique repéré dans 50 pays

L'Organisation mondiale de la Santé estime que le variant britannique du coronavirus a été repéré dans 50 pays, tandis que celui venu d'Afrique du Sud serait présent dans 20 d'entre eux. Une troisième mutation, dont le Japon a annoncé dimanche la découverte, nécessite encore d'être étudiée, explique l'OMS dans son bulletin hebdomadaire. Le comité d'urgence de l'OMS se penche dessus, jeudi.

Plus de 1,97 million de morts dans le monde

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 1.979.596 morts dans le monde depuis que le bureau de l'OMS en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP. Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 384.784 décès, suivis par le Brésil (205.964), l'Inde (151.727), le Mexique (136.917) et le Royaume-Uni (84.767). Le nombre de victimes à l'échelle mondiale est globalement sous-évalué. Il se fonde sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé.

La Chine a par ailleurs enregistré le premier décès dû au Covid sur son territoire depuis mai 2020. Ce décès s'est produit dans la province du Hebei, où plusieurs villes ont été dernièrement soumises à un confinement après l'apparition de contaminations. Par ailleurs, l'équipe d'experts de l'OMS chargée d'enquêter sur l'origine du coronavirus est arrivée jeudi à Wuhan, un temps berceau de l'épidémie. Initialement prévue la semaine dernière, elle avait été annulée à la dernière minute faute de toutes les autorisations nécessaires pour l'équipe.