Covid-19 : 59.619 décès en France, "l’évolution de l’épidémie est préoccupante"

, modifié à
  • A
  • A
Les vaccins vont pouvoir commencer en Europe le 27 décembre
Les vaccins vont pouvoir commencer en Europe le 27 décembre © Bertrand GUAY / AFP
Partagez sur :
La vaccination contre la Covid-19 va commencer dans l'UE les 27, 28 et 29 décembre, a annoncé jeudi Ursula von der Leyen. En France, Emmanuel Macron a été testé positif au virus. Jean Castex, cas contact du chef de l'État, s'est lui placé à l'isolement. Jérôme Salomon considère "préoccupante" l'évolution de l'épidémie qui a fait 59.619 morts dans l'Hexagone.
L'ESSENTIEL

La vaccination contre la Covid-19 va commencer dans l'UE les 27, 28 et 29 décembre, a annoncé jeudi la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. En France, Emmanuel Macron a été diagnostiqué positif au coronavirus. Alors que l'Hexagone poursuit son déconfinement, la situation sanitaire inquiète à l'approche des vacances : le nombre de patients hospitalisés repart à la hausse dans notre pays et Jérôme Salomon a considéré que "l'évolution de l'épidémie est préoccupante". 

Les informations à retenir :

  • Emmanuel Macron est positif au coronavirus, Castex "se place à l'isolement"
  • Castex envisage une vaccination "dès la dernière semaine de décembre"
  • 59.619 morts en France, "l’évolution de l’épidémie est préoccupante" selon Jérôme Salomon

Emmanuel Macron testé positif, Castex à l'isolement

Emmanuel Macron a été testé positif jeudi au Covid-19 et va s'isoler pendant sept jours, a annoncé l'Élysée. Après le diagnostic établi par "des tests RT-PCR réalisés dès l'apparition de premiers symptômes", le chef de l'Etat "s'isolera pendant 7 jours" mais "continuera de travailler et d'assurer ses activités à distance", ajoute la présidence dans un communiqué.

Jean Castex est cas contact d'Emmanuel Macron. Dès que le Premier ministre en a été informé, et bien qu’il ne présente aucun symptôme, il s’est placé à l’isolement pour respecter scrupuleusement les règles qui s’appliquent en la matière, indique l'entourage du Premier ministre à Europe 1. Il n'ira donc pas au Sénat. Le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, est lui aussi cas contact et s'est placé à l'isolement, tout comme Brigitte Macron. Elle a annoncé jeudi soir avoir été testée négative. 

Le président a quitté jeudi soir l'Elysée pour se rendre à la résidence officielle de La Lanterne, à Versailles, "où il pourra à la fois s'isoler et continuer à travailler", a indiqué l'Elysée à l'AFP. 

Plusieurs dirigeants européens à l'isolement

Après l'annonce du test positif d'Emmanuel Macron, le chef du gouvernement portugais Antonio Costa a été placé "à l'isolement préventif" après s'être entretenu mercredi avec le président français. Il restera à l'isolement jusqu'à "l'évaluation du niveau de risque de la part des autorités de santé", ont indiqué ses services dans un communiqué. Il "ne présente aucun symptôme" et s'est soumis à un test Covid-19 dans la matinée de jeudi, ont-ils précisé.

De son côté, le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel a annoncé qu'il se plaçait lui aussi en quarantaine. Jeudi et vendredi derniers, il avait participé à un sommet européen avec Emmanuel Macron. 

Parmi les dirigeants européens, le président du Conseil européen Charles Michel et le chef du gouvernement espagnol Pedro Sánchez se sont aussi mis en quarantaine par précaution après avoir rencontré le président français.

Les conclusions du rapport Fontanet sur les lieux de contamination

Europe 1 s'est procurée les conclusions d'une vaste étude menée auprès de 25.000 personnes par le professeur Arnaud Fontanet sur les lieux où les risques de contamination sont les plus élevés. Selon cette étude, la fréquentation des bars, des restaurants et des salles de sport multiplient les risques d'infections. Retrouvez les enseignements de cette étude dans cet article : 

Vaccins : le calendrier se précise en Europe

La vaccination contre la Covid-19 va commencer dans l'UE les 27, 28 et 29 décembre, a annoncé jeudi la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, dans un tweet. L'Agence européenne des médicaments (AEM) a annoncé qu'elle se pencherait le 21 décembre - une semaine plus tôt que prévu - sur le sort du vaccin Pfizer-BioNTech. La Commission avait précisé qu'elle donnerait ensuite son autorisation dans les deux jours suivant ce feu vert.

Jean Castex avait pour sa part dévoilé mercredi la stratégie vaccinale du gouvernement, en promettant la "transparence" pour susciter la "confiance". Il avait annoncé de premières vaccinations contre le Covid-19 "dès la dernière semaine de décembre", mais pas avant "la fin du printemps" pour la population non prioritaire.

Hill sceptique sur les tests massifs dans les métropoles

Invitée jeudi de la matinale d'Europe 1, l'épidémiologiste Catherine Hill a exprimé ses réticences sur les tests massifs menés dans plusieurs métropoles, au premier rang desquelles Le Havre et Charleville-Mézières. "Leurs ambitions étaient relativement modestes", pointe la spécialiste. Quoi qu'il arrive, "dépister la moitié de la population" ne permettra pas de "contrôler l’épidémie". Voici un extrait de son interview sur Europe 1 : 

Catherine Hill a aussi dénoncé le "fiasco colossal" de la gestion de l'épidémie dans les Ehpad, où plus de 18.000 personnes sont mortes depuis le début de l'épidémie.  

Progression de l'épidémie en France

Selon les chiffres communiqués jeudi soir par Jérôme Salomon, le directeur général de la Santé, la France compte 59.619 morts du coronavirus. La hausse des nouveaux cas recensés de coronavirus sur les dernières 24 heures se poursuit, avec 18.254 nouveaux malades confirmés. "Cette augmentation du nombre de cas invite à la plus grande vigilance afin d’éviter une flambée épidémique. La prévention reste la pierre angulaire de notre stratégie", a rappelé Jérôme Salomon. 

Il a ainsi reconnu que la tendance était à la hausse à partir d'un plateau haut, et que "l’évolution de l’épidémie est préoccupante". En effet, le taux de positivité des tests est légèrement supérieur à 1. Au total, 25.182 personnes sont hospitalisées en France, contre 25.315 hier. On recense notamment 2.808 en réanimation soit 42 de moins qu'hier, a également précisé le directeur général de la Santé.

Situation sanitaire "tendue" au CHU de Besançon, qui transfère des patients

L'épidémie est en "recrudescence" dans le Doubs, où le CHU de Besançon a effectué de nouveaux transferts de patients vers d'autres régions pour répondre à une situation sanitaire "tendue", a-t-on appris de sources préfectorale et hospitalière. Le Centre hospitalier universitaire de Besançon a procédé mercredi et jeudi à trois nouveaux transferts par avion de patients atteints par le Covid-19, vers des hôpitaux d'Ile-de-France et de Nouvelle Aquitaine, a indiqué l'établissement dans un communiqué.

"La situation sanitaire ne s'améliore pas en Bourgogne-Franche-Comté, qui reste l'une des deux régions de France les plus impactées par l'épidémie de Covid-19", relève l'établissement de santé au sein duquel "la décrue du nombre d'hospitalisations ne se confirme pas".

La préfecture du Doubs a par ailleurs alerté jeudi, dans un autre communiqué, sur la "recrudescence de l'épidémie" dans le Doubs, "département le plus touché de Bourgogne-Franche-Comté et le deuxième de France métropolitaine", derrière les Ardennes. Pour la semaine du 6 au 12 décembre, le taux d'incidence dans la population générale s'établit à 265 (+46 en une semaine) et il est de 337 (+94) chez les personnes de plus de 65 ans. Le taux de positivité des tests s'établit quant à lui à 11,6%, soit près du double de la moyenne nationale (6,09%).

L'Allemagne enregistre un record d'infections en 24h

L'Allemagne a enregistré un record d'infections au Covid-19 en seulement 24 heures, dépassant le seuil des 30.000. Après avoir annoncé dans un premier temps 26.923 nouvelles infections au cours des dernières 24 heures, l'institut national de veille sanitaire Robert-Koch (RKI) a indiqué qu'il fallait ajouter 3.500 cas nouvellement enregistrés dans la région du Bade-Wurtemberg et qui n'avait pas été encore comptabilisés pour des raisons techniques. 

Cela porte à 30.423 le nombre de nouvelles infections en une journée, soit un niveau jamais atteint jusqu'ici alors que l'Allemagne est confrontée à une deuxième vague épidémique beaucoup moins maîtrisée que la première, au printemps. Au total, le virus a coûté la vie à 24.125 personnes, selon le RKI.

Nouveau confinement en Irlande du Nord après Noël 

Le gouvernement nord-irlandais a décidé jeudi soir d'instaurer après Noël, et pour six semaines, un nouveau confinement face à la forte progression de l'épidémie dans la province britannique.

Après ceux qui ont été instaurés au printemps et à l'automne, l'Irlande du Nord connaîtra ainsi son troisième confinement. Les nouvelles restrictions entreront en vigueur à partir du 26 décembre et feront l'objet d'une évaluation au bout de quatre semaines, a annoncé la vice-Première ministre Michelle O'Neill, soulignant que la propagation du virus imposait "une intervention urgente".

Les commerces non-essentiels devront fermer, tout comme les pubs et restaurants, qui pourront toutefois faire de la vente à emporter. La première des six semaines de confinement sera encore plus stricte, avec interdiction de tous les événements sportifs et fermeture des magasins avant 20H00.

 

Plus de 1,6 million de morts

La pandémie a fait au moins 1.652.977 morts dans le monde, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles jeudi. L'Europe est la première région du monde à enregistrer plus d'un demi-million de morts. 

Les Etats-Unis ont enregistré mercredi un très lourd bilan de 3.784 morts et 250.458 cas de Covid-19 en une seule journée, un double record depuis le début de la pandémie, selon les chiffres de l'université Johns Hopkins.Les Etats-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 307.770 décès pour plus de 16,98 millions de cas recensés. Suivent le Brésil avec 183.735 morts, l'Inde (144.451), le Mexique (115.769) et l'Italie (66.537).