Noël, restaurants, climat : que retenir de l'interview de Castex sur Europe 1 ?

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Alors que le couvre-feu entre en vigueur mardi, à 20 heures, Jean Castex était l'invité exceptionnel de la matinale d'Europe 1 mardi. Le Premier ministre est notamment revenu au micro de Sonia Mabrouk sur les mesures prises par le gouvernement pour faire face à l'épidémie de coronavirus. Il s'est aussi exprimé sur les violences policières, la loi luttant contre les séparatismes et l'action du gouvernement sur le climat.
L'ESSENTIEL

Le Premier ministre, Jean Castex, était l'invité exceptionnel de la matinale d'Europe 1, mardi. Le chef du gouvernement, qui répondait aux questions de Sonia Mabrouk, s'est exprimé sur la situation sanitaire liée à l'épidémie de coronavirus, balayant "toute infantilisation" des Français et refusant de "garantir" la réouverture des restaurants pour le 20 janvier. Il a également confirmé une rallonge de 35 millions d'euros pour le ministère de la Culture, ainsi que l'autorisation faites aux familles de ne pas envoyer leurs enfants à l'école jeudi et vendredi. Le Premier ministre a aussi indiqué que les policiers étaient les "premières victimes" des violences. Voici ce qu'il faut retenir de cet entretien.

Noël : Castex encourage l'auto-confinement plutôt que le test automatique

À l'approche des fêtes de fin d'année, à dix jours de Noël, le chef du gouvernement a encouragé les Français à s'auto-confiner plutôt que de recourir à un test automatique, attitude qui pourrait engorger les laboratoires et les pharmacies. Il a aussi indiqué que les enfants pourront ne pas aller à l'école jeudi et vendredi, dans l'optique de cet auto-reconfinement.

"Pas d'autres alternatives" à la fermeture des lieux culturels

Interrogé sur la réouverture repoussée des lieux culturels en raison de la stagnation de l'épidémie, Jean Castex a estimé qu'"il n'y avait pas d'autres alternatives" à cette fermeture maintenue. Dans ce contexte, voir les magasins bondés pour les courses de Noël alors que les théâtres et les cinémas restent fermés "est une injustice que je peux comprendre", a-t-il concédé.

"On va accompagner ce secteur culturel", a poursuivi le Premier ministre, qui a annoncé une rallonge de 35 millions d'euros au ministère de la Culture. "On leur a fixé une clause de revoyure le 7 janvier, ils vont y travailler avec la ministre et voir comment, si les conditions épidémiologiques se stabilisent et s'améliorent, on pourra envisager progressivement leur réouverture", a-t-il prévenu.

Restaurants : pas de "garantie" de réouverture le 20 janvier

Comme sur le secteur de la culture, la non-réouverture des restaurants et des bars est un "crève-cœur" pour Jean Castex, qui maintient cependant une ligne de fermeté dans ce domaine : "Est-ce qu'on peut leur garantir aujourd'hui qu'ils rouvriront le 20 janvier ? La réponse est non." Selon le chef du gouvernement, cette réouverture "va dépendre de la façon dont nous aurons passé la période de fêtes, dont j'ai déjà dit qu'elle pouvait être propice à une circulation accélérée" du virus.

Vaccins : Castex balaie la perspective d'une pénurie

La campagne de vaccination va débuter début 2021, a confirmé Jean Castex, qui a assuré les Français d'une absence de pénurie si les approvisionnements étaient bien livrés : "Nous dépendons des approvisionnements en vaccins qu'achète l'Europe, mais si tout se déroule comme nous l'avons contractuellement prévu, nous nous mettons en état de ne manquer ni de doses vaccinales ni de logistique pour assurer leur diffusion, selon les priorités fixées par la Haute autorité de santé." Pour assurer le succès de ces campagnes successives de vaccination, "toutes les précautions sont prises, dans la plus grande transparence", a-t-il assuré.

Les policiers, "premières victimes des violences" selon Castex

Dix jours après la reconnaissance de "violences par des policiers" par Emmanuel Macron, Jean Castex a appelé à ne pas "jeter l'opprobre" sur "l'ensemble des forces de sécurité". "Il s'agirait-là d'une position scandaleuse, que je récuse." Le Premier ministre estime que "les policiers sont les premières victimes des violences, de part la profession qu'ils exercent". 

Séparatismes : l'amendement sur l'interdiction du voile pour les fillettes refusé

La députée de la majorité Aurore Bergé a proposé un amendement au projet de loi confortant les principes républicains (ex-loi contre les séparatismes), afin d'interdire le port du voile pour les très jeunes enfants. Cet amendement a été rejeté par le gouvernement. "Ce n'est pas l'objectif de ce texte que de rouvrir le débat sur le voile", s'est justifié Jean Castex.

Référendum sur le climat : "Un honneur pour Macron"

Lundi, Emmanuel Macron a ouvert la voie à la tenue d'un référendum sur l'introduction de la défense de l'environnement dans la Constitution, au cours d'une rencontre avec les membres de la Convention citoyenne pour le climat (CCC). Sur Europe 1, Jean Castex a évoqué "l'illustration d'une formidable innovation politique". Il s'agit d'un "honneur pour le président de la République", selon le Premier ministre, et cela représente "la quintessence de la démocratie" que de faire appel aux citoyens sur cette question.