Covid-19 : les premières vaccinations dans la région Grand Est sont prévues lundi

, modifié à
  • A
  • A
Les premières vaccinations sont prévues lundi dans le Grand Est.
Les premières vaccinations sont prévues lundi dans le Grand Est. © FRANCOIS LO PRESTI / AFP
Partagez sur :
La région Grand Est, particulièrement touchée par le coronavirus, s'apprête à recevoir ses premiers vaccins. La directrice générale de l'Agence régionale de santé (ARS) Virginie Cayré a annoncé que les premières vaccinations auraient lieu lundi dans une "trentaines de sites pilotes".

La vaccination contre le Covid-19 débutera lundi dans la région Grand Est, où l'épidémie est de nouveau "préoccupante". Il y aura "une trentaine de sites pilotes dès lundi prochain à l'échelle de la région Grand Est, établissements sociaux et médico-sociaux et unités de soins de longue durée", a indiqué mercredi la directrice générale de l'Agence régionale de santé (ARS) Virginie Cayré, sans détailler les sites concernés. Cette première étape préfigure une vaccination dans l'ensemble de la région d'ici la première quinzaine de janvier.

650 sites de vaccination potentiels d'ici le 15 janvier

"Le travail est en train de se finaliser pour les consultations pré-vaccinales et le recueil des consentements pour que les vaccinations puissent avoir lieu à compter du 4 janvier", a ajouté la directrice générale de l'ARS, lors d'une conférence de presse conjointe avec la préfète de la région Grand Est, Josiane Chevalier.

"A partir du 11 et surtout du 15 janvier", la vaccination sera étendue "à l'ensemble des établissements concernés : Ehpad et unités de soins de longue durée", soit "plus de 650 sites de vaccination potentiels", a ajouté Mme Cayré, indiquant que les vaccins étaient livrés ce jour dans la région.

Une situation préoccupante dans le Grand Est

Déjà particulièrement frappée par l'épidémie de Covid-19 au printemps, la région Grand Est s'inquiète d'une remontée inquiétante des contaminations, en particulier chez les personnes âgées. "La circulation du virus dans la région Grand Est ne faiblit pas, mais au contraire progresse", a résumé Virginie Cayré, évoquant une "situation préoccupante".

A l'exception du Bas-Rhin, les neuf autres départements de la région Grand Est sont concernés par un avancement du couvre-feu à 18 heures envisagé par le gouvernement, en raison d'un taux d'incidence, dans la population en général ou chez les plus de 65 ans, supérieur à 200 pour 100.000. La préfète du Bas-Rhin, également préfète de la région Grand Est, Josiane Chevalier, a confirmé que les concertations entre préfets et élus locaux avaient débuté mercredi et que les annonces auraient lieu "aujourd'hui ou demain".

Europe 1
Par Europe 1 avec AFP