Coronavirus : pourquoi le vaccin de Sanofi ne sera pas disponible avant la fin 2021

  • A
  • A
Le vaccin développé par Sanofi présente des résultats décevants chez les plus de 49 ans. 0:59
Le vaccin développé par Sanofi présente des résultats décevants chez les plus de 49 ans. © AFP
Partagez sur :
Le laboratoire français Sanofi a révélé que les résultats de son vaccin au cours des essais cliniques étaient insuffisants pour entamer la phase 3, c'est-à-dire une inoculation à grande échelle. Une nouvelle formule va être étudiée, avec pour objectif une homologation du vaccin à la fin de l'année 2021. Explications.

Revers pour le laboratoire français Sanofi : le vaccin contre le coronavirus qu'il prépare avec le britannique GSK ne sera prêt avant la fin de l'année 2021, en raison de résultats moins bons qu'attendu au cours des premiers essais cliniques, ont-ils annoncé vendredi. Concrètement, le vaccin est efficace pour les patients âgés de 18 à 49 ans, mais beaucoup moins pour ceux qui dépassent cet âge.

Une nouvelle formule

Sanofi espérait pourtant que son vaccin puisse être homologué au premier semestre 2021, afin de distribuer des milliards de doses au cours de cette même année. Un nouvel essai de phase 2 va donc débuter avec une formule dans laquelle la concentration d'antigénique va être révisée. Cette nouvelle étape retarde le début de la phase 3 des essais, qui consiste en un test du vaccin à grande échelle.

Aucun impact sur la campagne de vaccination en France

Pour autant, la campagne de vaccination en France n'est pas compromise, dans la mesure où l'Etat va distribuer les vaccins produits par le laboratoire américain Pfizer et de l'allemand BioNTech, puis la formule du laboratoire, américain là encore, Moderna.

La campagne de vaccination française va donc débuter comme prévu en janvier 2021 en ciblant en priorité les 1,5 million de résidents et personnels à risque présents dans les Ehpad, avait expliqué Alain Fischer, pédiatre chargé par le gouvernement d'orchestrer la vaccination dans les colonnes du JDD le 6 décembre. Celle-ci va ensuite être élargie en février pour concerner les personnes fragiles, avait également détaillé le pédiatre. Au printemps, la France devrait entamer la phase 3 de la vaccination, qui sera autorisé pour toutes les personnes volontaires mais sans obligation.

Europe 1
Par Eve Roger, édité par Océane Herrero