Après 4 semaines de confinement, la Nouvelle-Calédonie débarrassée du Covid-19

, modifié à
  • A
  • A
La Nouvelle-Calédonie s'est débarrassée du coronavirus (photo d'illustration). 1:19
La Nouvelle-Calédonie s'est débarrassée du coronavirus (photo d'illustration). © Theo Rouby / AFP
Partagez sur :
L'archipel français du Pacifique a été déconfiné, ce week-end, après un mois de mesures drastiques et une intense campagne de vaccination. Plus aucun cas n'y a été recensé depuis le 25 mars et la vie "normale" semble reprendre son cours. 

Il existe, à 22.000 km de Paris, un territoire français débarrassé du Covid-19. Ce territoire, c'est la Nouvelle-Calédonie, qui a vu s'achever ce week-end quatre semaines de confinement drastique. Doublées d'une grosse campagne de vaccination, elles ont permis un résultat sans appel : plus aucun cas n'a été recensé depuis 25 mars. Et dans l'archipel français du Pacifique, on semble déjà reprendre ce qui ressemble à une vie "normale".

"On a tout de suite retrouvé notre liberté"

Face au lagon turquoise, Jérôme ressort ainsi ses planches à voile, qui dormaient depuis près d'un mois sur la plage de Nouméa. "Il y a un grand soleil aujourd'hui, le vent se lève tout doucement", sourit ce moniteur de sports nautiques, soulagé de pouvoir enfin reprendre son activité. "On a eu l'annonce jeudi dernier, nous disant qu'on avait plus de souci à faire quasiment au niveau du coronavirus. On a tout de suite retrouvé, entre guillemets, notre liberté."

Comme lui, beaucoup de Calédoniens, habitués à vivre dehors sur l'île, respirent : le pari du confinement pour éradiquer le virus a été réussi. "On peut être fiers de nous, on a été vite confinés et ça qui nous a sauvés, qui nous a permis de vivre aujourd'hui normalement, de prendre une boisson dehors ou de manger dehors au restaurant", poursuit le moniteur. Des restaurants qui doivent cependant encore fermer à minuit, assurer le service à table et mettre en place des cahiers de rappel.

Autres restrictions : les boîtes de nuit sont fermées jusqu'à dimanche et le masque reste obligatoire sur les lieux de travail ou recevant du public. 

Europe 1
Par Caroline Baudry, édité par Margaux Lannuzel