L'appel de l'Inserm pour tester des vaccins contre le covid-19 a été entendu

, modifié à
  • A
  • A
La France fait appel à 25.000 volontaires pour tester des vaccins. 1:30
La France fait appel à 25.000 volontaires pour tester des vaccins. © AFP
Partagez sur :
L'institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm),a ouvert jeudi la plateforme Covireivac afin de trouver 25.000 volontaires qui testeront de potentiels vaccins contre le Covid-19. Plus d'un millier de personnes sont déjà inscrites.

La France passe la vitesse supérieure dans la recherche d'un vaccin contre le covid-19. Depuis jeudi, l'Inserm, l'institut national de la santé et de la recherche médicale, a lancé un appel aux Français volontaires pour tester un des projets de vaccin contre le coronavirus. Il s'agit d'une plateforme internet, covireivac.fr, qui rencontre déjà du succès : plus d'un millier de personnes se sont inscrites en quelques heures. La France espère ainsi tester un ou plusieurs projets de vaccin contre le Covid développés actuellement dans le monde. Certains de ces tests ont déjà commencé.

Pas besoin d'être jeune ou en bonne santé

Donner un peu de son temps et de son corps pour la recherche, Joseph n'a pas hésité longtemps. Après une visite médicale très complète, première injection hier matin. "Après l'injection, on doit rester une heure sur place, on reprend les constantes, on revoit le médecin. Je n'ai aucun effet secondaire, ni physique, ni visible, tout se passe bien". Ce n'est qu'à la fin de l'essai clinique que Joseph saura s'il a reçu un placebo. 

Pour être candidat au vaccin, pas besoin d'être jeune et en bonne santé, au contraire. "95% des décès sont survenus chez les plus de 65 ans, donc on a absolument besoin de vérifier l'efficacité de ces traitements dans les populations qui sont les plus à risque d'être infectés par le virus et surtout de faire des formes graves", explique le Professeur Odile Launay, qui coordonne la plateforme de l'Inserm.

Le plus souvent, les volontaires le font par altruisme, ajoute-t-elle. Ils ne sont pas rémunérés, mais perçoivent une indemnisation pour le temps passé : quelques dizaines d'euros par essai. Ils doivent avoir 18 ans ou plus et sont invités à remplir un questionnaire de santé sur le site www.covireivac.fr, qui permettra ensuite aux chercheurs de les sélectionner selon les besoins des essais envisagés.

Europe 1
Par Jean-Gabriel Bourgeois, édité par Séverine Mermilliod