Popularité en forte baisse pour Emmanuel Macron et Édouard Philippe

, modifié à
  • A
  • A
La popularité d'Emmanuel Macron et d'Édouard Philippe est en baisse. © Yoan VALAT / POOL / AFP
Partagez sur :

La popularité du couple exécutif, empêtré dans la crise des "gilets jaunes", chute lourdement, selon un sondage Ipsos Game Changers. 

La popularité d'Emmanuel Macron chute de 6 points en un mois à 20% seulement et celle d'Édouard Philippe de 5 points, à 22%, en pleine crise des "gilets jaunes", selon un sondage Ipsos Game Changers diffusé mercredi.

Le chef de l'État atteint son plus bas niveau dans ce baromètre depuis son entrée en fonction. Trois Français sur quatre (76%, +6) portent désormais un jugement "défavorable" sur son action. Parmi ceux-ci, 50% (+6) exprime même une opinion "très défavorable".

Emmanuel Macron cède du terrain dans toutes les catégories d'opinion, dont 8 points parmi les sympathisants de La République en marche, selon cette enquête pour l'hebdomadaire Le Point, réalisée avant l'allocution d'Emmanuel Macron lundi.

Philippe décroche chez les proches de LR. La popularité d'Édouard Philippe recule de façon quasi-similaire à celle du chef de l'État et se situe également à son plus bas depuis le début du quinquennat. Parmi les Français interrogés, 72% (+7) portent un jugement "défavorable" sur son action, dont 39% (+2) ont désormais un avis "très défavorable". Le chef du gouvernement recule notamment auprès des proches des Républicains (-13), mais aussi de LREM (-4).

L'opposition n'en profite pas. Les oppositions ne profitent cependant guère des difficultés de l'exécutif et leur crédibilité auprès de l'opinion reste faible. Le Rassemblement national (ex-FN) ferait "mieux" que le gouvernement actuel s'il était au pouvoir pour seulement 21% des personnes interrogées (+3 par rapport à janvier 2018), La France insoumise (+3) et Les Républicains (+7) pour 19% et le Parti socialiste pour 11% (+3).

Enquête réalisée en ligne les 7 et 8 décembre auprès de 971 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1,4 à 3,1 points.