"Les annulations de charges pour la restauration et les arts et spectacles vont représenter plus de 750 millions d'euros", affirme Gérald Darmanin

, modifié à
  • A
  • A
Gérlad Darmanin était l'invité d'Europe 1
Gérlad Darmanin était l'invité d'Europe 1 © Europe 1
Partagez sur :
Invité d'Europe 1, Gérald Darmanin,​ ministre de l’Action et des Comptes Publics, a affirmé que pour les annulations de charges pour les secteurs de la restauration et des arts et spectacles vont représenter plus de 750 millions d'euros.
INTERVIEW

A l'issue des annonces d'Emmanuel Macron lundi soir, une chose est sûre, les bars et restaurants restent fermés jusqu'à nouvel ordre. Le secteur de l'hôtellerie-restauration est l'un des plus touchés par la crise du coronavirus et Gérald Darmanin,​ ministre de l’Action et des Comptes Publics, a annoncé mercredi sur Europe 1 que le ministère travaillait à annuler 750 millions de charges déjà reportées qui concernent l'hôtellerie restauration et les arts et spectacles, parmi les 12 milliards de charges déjà reportées.

"Nous travaillons à l'annulation de ces charges"

"L’Etat annulera à la demande du Président les charges pour les secteurs les plus touchés", a assuré le ministre. "Le président a appelé l'annulation de charges. Pour les secteurs de l'hébergement, restauration, des arts et spectacles, notamment, les annulations de charges vont représenter plus de 750 millions d'euros", a rappelé le ministre.

Aujourd’hui, les Urssaf autorisent le report de charges pour toutes les entreprises concernées qui le demandent, "soit environ 12 milliards d'euros de charges reportées". Parmi ces 12 milliards, 750 millions environ concernent les secteurs évoqués par Emmanuel Macron lundi, "notamment la restauration mais aussi les arts et spectacles qui ne peuvent pas se dérouler", précise Gérald Darmanin.

Le ministre rappelle aussi que le report de charges "n’est accepté que pour aider les entreprises à survivre et pas pour des mesures de trésorerie" puisque selon lui "aujourd'hui, une partie de l'économie fonctionne, qui récupère de la TVA. Ces charges, pour les autres secteurs, comme ceux de la grande distribution ou des banques, il n'y a pas a priori de raisons d'accepter leur report".

Europe 1
Par Séverine Mermilliod