Le préfet de police Didier Lallement crée la polémique en liant hospitalisation et non-respect du confinement

, modifié à
  • A
  • A
Le préfet de police de Paris Didier Lallement a été vivement critiqué vendredi.
Le préfet de police de Paris Didier Lallement a été vivement critiqué vendredi. © ALAIN JOCARD / AFP
Partagez sur :
Le préfet de police de Paris Didier Lallement a estimé vendredi matin que les patients hospitalisés en réanimation "sont ceux qui n'ont pas respecté" le confinement. Sa phrase a immédiatement provoqué de vives critiques sur les réseaux sociaux et dans la classe politique, l'obligeant à s'excuser quelques heures plus tard. 

Didier Lallement est une nouvelle fois dans l’œil du cyclone. Le préfet de police de Paris s'est attiré de vives critiques en raison d'une phrase prononcée vendredi matin, lors d'un point presse. "Ceux qui sont aujourd'hui hospitalisés, ceux qu'on trouve dans les réanimations, ce sont ceux qui, au début du confinement, ne l'ont pas respecté", a-t-il déclaré lors d'une séquence filmée, qui a rapidement provoqué l'indignation sur les réseaux sociaux et dans la classe politique. Face au tollé, il a été obligé de s'excuser quelques heures plus tard, disant "regretter" ses propos. 

Une phrase choc sur les patients hospitalisés

Didier Lallement se trouvait vendredi matin à un point presse sur un contrôle routier pour répéter aux Français de ne pas partir sur les routes, à quelques heures des vacances scolaires de printemps. Mais c'est sa phrase sur les patients hospitalisés qui a provoqué de vives critiques. "Ceux qui sont aujourd'hui hospitalisés, ceux qu'on trouve dans les réanimations, ce sont ceux qui, au début du confinement, ne l'ont pas respecté, c'est très simple, il y a une corrélation très simple", a-t-il déclaré : 

De vives critiques sur les réseaux sociaux et dans la classe politique

Cette phrase a rapidement provoqué l'indignation sur les réseaux sociaux. Le nom de Didier Lallement est même devenu l'un des sujets les plus discutés sur Twitter, avec plus de 20.000 références sur le réseau social vendredi après-midi. Les critiques ont été vives dans la classe politique, jusque dans les rangs de la majorité, comme le député LREM Aurélien Taché :

"Il y a, en réanimation, des policiers et des personnels soignants sans protection adéquate, des caissières, des personnes âgées en Ehpad. Ces propos totalement stupides sont de surcroît d'une froideur et d'une méchanceté qui donnent la nausée", a pour sa part affirmé la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen. 

Didier Lallement dit "regretter" ses propos 

Face au tollé, Didier Lallement a été obligé de s'excuser publiquement, quelques heures plus tard. Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner l'a même appelé et lui a demandé de rédiger un communiqué, a rapporté à l'AFP une source proche du dossier.

"Sur le fond, cela est faux. Mais au-delà de l'inexactitude, c'est une erreur et je la regrette. Je sais avoir heurté de nombreuse personnes qui ont des proches en réanimation, à l'hôpital, ou qui ont perdu récemment un des leurs", a regretté le préfet de police de Paris :

Didier Lallement est depuis plusieurs mois vivement critiqué pour ses méthodes, qualifiées de "musclées", voire "brutales", aussi bien dans les médias que dans la classe politique. Plusieurs responsables ont demandé sa démission après cette nouvelle sortie de route du préfet de police de Paris.