Jean Castex : "Si vous le pouvez, auto-confinez vous huit jours avant Noël !"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Invité mardi d'Europe Matin, le Premier ministre Jean Castex a expliqué qu'il n'était pas nécessaire de se faire tester avant Noël en l'absence de symptôme. Il invite toutefois les Français qui le peuvent à s'isoler au moins une semaine avant de retrouver les membres de leur famille.
INTERVIEW

À partir de mardi soir, l'utilisation d'un justificatif de déplacement prend fin, mais un couvre-feu entre en vigueur de 20 heures à 6 heures, sauf pour la nuit de Noël, lors de laquelle les Français seront autorisés à circuler. Mais quelles précautions devront-ils prendre pour limiter les risques de contamination face au Covid-19 ? "Nous avons demandé, sur cette échéance, un guide de recommandations au Conseil scientifique. Il est sorti hier. Que dit-il ? Quelque chose de très raisonnable : si vous le pouvez, [...] auto-confinez-vous huit jours avant Noël, surtout s'il l'on doit recevoir des personnes vulnérables", a expliqué le Premier ministre Jean Castex, mardi au micro d'Europe Matin.

Le Premier ministre a insisté sur le fait qu'il ne s'agissait que d'une recommandation, à suivre dans la mesure du possible. Il a aussi suggéré que les enfants qui le peuvent ne se rendent pas à l'école jeudi et vendredi .

Jean Castex a également estimé qu'en l'absence de symptômes, il n'était pas nécessaire de réaliser un dépistage avant de se retrouver en famille. "Le test n'est pas un totem", explique-t-il. Face aux risques de contamination, "il faudrait presqu'en faire un tous les deux jours, ça n'est pas raisonnable d'autant que nous n'en avons pas la capacité".

Trois cas de figure pour un test préventif avant Noël

"Les tests sont utiles si vous êtes symptomatiques", rappelle le chef du gouvernement. Il les recommande également aux Français "qui ont été dans la période précédant le réveillon en contact avec de nombreuses personnes, certaines présentant des symptômes", et à ceux qui "vont passer Noël avec des personnes vulnérables."

Europe 1
Par Romain David