Discours d'Édouard Philippe : "On va regarder comment la droite va voter", analyse Michaël Darmon

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Alors que le Premier ministre doit prononcer mardi sa deuxième déclaration de politique générale, Michaël Darmon estime qu'Édouard Philippe doit renouer avec certains députés de la majorité avec lesquels les relations sont compliquées. 
ANALYSE

>> Cette prise de parole sera-t-elle le point de départ d'un "acte II" du quinquennat d'Emmanuel Macron ? Mercredi, le Premier ministre Édouard Philippe doit prononcer sa deuxième déclaration de politique générale, au lendemain des élections européennes, mais aussi après sept mois de crise des "gilets jaunes". Pour l'éditorialiste d'Europe 1 Michaël Darmon, le chef du gouvernement devra profiter de son discours pour unifier derrière lui les troupes de La République en marche, et "séduire un parti majoritaire qu'il n’a pas rejoint".

>> De 5h à 7h, c’est "Debout les copains" avec Matthieu Noël sur Europe 1. Retrouvez le replay de l'émission ici

"Confirmé à son poste, Édouard Philippe doit changer sa méthode, comme lui a demandé le président de la République. Il faut que le discours soit dense et présente une vision politique et ne se contente pas d’égrener un catalogue de mesures, a fixé comme feuille de route Emmanuel Macron. 

Édouard Philippe doit devenir le metteur en scène de l'acte 2 présidentiel

Si le Premier ministre devrait obtenir sans difficulté la confiance des députés, son discours de politique générale n'en est pas moins chargé d'enjeux. Alors que le principe de la déclaration a été décidé au cœur de l'hiver, en plein "grand débat national", Édouard Philippe doit tout d'abord étrenner sa nouvelle mission de Premier ministre. 

En restant à sa place, il doit faire vivre un programme de gouvernement voulu par Emmanuel Macron, devenir le metteur en scène de l'acte 2 présidentiel, et non plus seulement être le directeur général du macronisme. L'ancien maire du Havre devra également porter la dimension politique de cette nouvelle phase, avec notamment quelques textes très sensibles sur les retraites et la PMA. 

Comment vont voter les députés LR ? 

Le vote de confiance pourrait aussi être riche d'enseignements. On regardera de près comment la droite va voter : qui s’abstient, qui vote pour chez Agir, alors que LR est en pleine crise depuis la déroute aux européennes, entre départ de Valérie Pécresse et appels d'élus à soutenir Emmanuel Macron. Les votes au sein de la majorité seront également à surveiller. Car Édouard Philippe, venu de la droite, est un Premier ministre sans étiquette. Il doit réussir à déclencher la confiance chez des députés marcheurs avec lesquels il a des relations compliquées. Lui qui n’a pas porté le programme de la campagne présidentielle (...) doit séduire un parti majoritaire qu'il n’a pas rejoint".

Europe 1
Par Antoine Terrel