"Depuis le début de cette crise, le gouvernement a été dans une transparence totale", affirme Sibeth Ndiaye

, modifié à
  • A
  • A
Sibeth Ndiaye était l'invitée d'Europe 1. 2:42
Sibeth Ndiaye était l'invitée d'Europe 1. © Europe 1.
Partagez sur :
Selon un sondage réalisé par l'Ifop, 80% des Français pensent que le gouvernement a caché des informations dans sa gestion de la crise du coronavirus. Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement, le regrette vendredi sur Europe 1 et affirme au contraire que l'Etat a été transparent.
INTERVIEW

Selon un sondage réalisé le 7 mai par Ifop-Fiducial pour CNews et Sud Radio, 80% des Français pensent que le gouvernement a caché des informations dans sa gestion de la crise du coronavirus. "Je le regrette", a déploré vendredi Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement, au micro d'Europe 1. "Le gouvernement a été depuis le début de cette crise dans une transparence totale, y compris quand cela pouvait politiquement nous desservir", a-t-elle affirmé.

Pas d'"arrangements avec la vérité"

Sibeth Ndiaye a notamment donné l'exemple des masques, assurant que l'Etat a été transparent et a "dit très clairement de quoi nous disposions, soit 117 millions de masques non périmés au début de la crise", de même pour "le nombre de tests qui pouvaient être réalisés", ainsi que pour le nombre de décès liés au Covid-19.

"Je ne peux pas laisser dire que nous avons eu des arrangements avec la vérité : nous avons été dans la transparence vis-à-vis des Français, car la confiance qu'ils nous accordent est le bien le plus précieux que nous ayons pour gérer cette crise". D'après Sibeth Ndiaye, ces derniers "ont confiance dans les mesures sanitaires qui sont prises." Pourtant, selon ce même sondage de l'Ifop, 65% des Français ne font pas confiance au gouvernement pour préparer le déconfinement le 11 mai. 71% des sondés estiment d'ailleurs que le gouvernement n'a pas communiqué de manière claire.

"Encore des choses que nous ne connaissons pas"

La porte-parole du gouvernement a aussi appelé à la responsabilité individuelle pour réussir ce déconfinement, et rappelé qu'"il y a une vérité scientifique qui a évolué. Au début de la crise, nous ne savions pas que l'un des symptômes du coronavirus était la perte de goût et d'odorat", a-t-elle soutenu, ajoutant qu'il est "normal qu'on découvre des choses nouvelles, qu'on adapte les protocoles thérapeutiques".

Elle assure toutefois ne pas jeter la pierre aux scientifiques : "Je ne me défausse d'aucune responsabilité, et c'est d'ailleurs la position du gouvernement. Nous devons nous adapter en permanence et il y a encore des choses que nous ne connaissons pas."

Europe 1
Par Séverine Mermilliod