Municipales : "Agnès Buzyn répondra aux attaques injustes dont elle a fait l’objet", assure Stanislas Guerini

, modifié à
  • A
  • A
2:01
© EUROPE 1
Partagez sur :
Le délégué général de La République en marche, également député de Paris, affirme qu’Agnès Buzyn, candidate de la majorité à Paris, reste "déterminée" à remporter les municipales dans la capitale, malgré la situation largement fragilisée de l’ancienne ministre de la Santé.  
INTERVIEW

 Alors que le déconfinement se poursuit, la vie quotidienne des Français reprend progressivement son cours. C’est aussi vrai de la vie politique. Alors que le second tour des élections municipales a été fixé au 28 juin, des campagnes vont reprendre peu à peu au niveau local. Et comme avant la crise sanitaire liée au coronavirus, Paris retiendra particulièrement l’attention. Avec comme candidate pour La République en marche Agnès Buzyn. L’ancienne ministre de la Santé est fragilisée. Par son ancien poste d’abord, par son score au premier tour (17,3%), par ses déclarations enfin, quand elle avait glissé au Monde que le maintien du premier tour, le 15 mars, avait été une "mascarade".

"Elle aura l’occasion de s’exprimer, elle dira exactement sa vérité", a commenté lundi sur Europe 1 Stanislas Guerini, délégué général de La République en marche et député de paris. "Elle se défendra, aussi. Elle répondra aux attaques extrêmement injustes dont elle a fait l’objet."

 

Pour redorer le blason de sa candidate Stanislas Guerini a rappelé qu’elle avait à nouveau enfilé sa blouse de médecin pendant la crise. "Elle a été utile pendant cette crise, elle a soigné des gens, comme ceux qui ont été admirables pendant cette crise sanitaire. Elle a fait ce qu’elle pensait le plus utile", a assuré le député de Paris. " Dans cette période-là, les Parisiennes et les Parisiens regarderont ceux qui ont été utiles ou ceux qui ont fait des propositions pour exister dans le combat politique. Nous, le collectif que nous portons pour Paris, avons été utiles, présents."

 

Et à l’entendre, le combat politique va reprendre. "Je ne me résous pas à ce que cette campagne soit l’affrontement entre une Rachida Dati qui ne rêve que de s’opposer à Anne Hidalgo toute la journée, on l’a vu pendant la crise, et une Anne Hidalgo qui fait tout seule dans son coin", a attaqué Stanislas Guerini. "Nous devons proposer pour l’avenir des Parisiens, le bien de Paris, ce projet alternatif. Je crois qu’il y a cet espace politique-là, et nous feront des propositions dans les jours et les semaines qui viennent."