Crise du Covid-19 : comment la chaîne Hugo Décrypte tente d'aider les jeunes

, modifié à
  • A
  • A
Hugo Travers a notamment interviewé la ministre Frédérique Vidal sur Twitch. 5:36
Hugo Travers a notamment interviewé la ministre Frédérique Vidal sur Twitch. © Capture d'écran Youtube
Partagez sur :
Suivi par un public majoritairement composé de jeunes, le Youtubeur Hugo Travers, qui anime la chaîne "Hugo Décrypte", reçoit des témoignages de souffrance psychologique depuis le début de la crise sanitaire. Une détresse qu'il relaie, et envisage désormais de combattre concrètement. 
INTERVIEW

C'est une vidéo d'un peu plus de trois minutes, avec un écran noir et, en fond sonore, des témoignages d'étudiants et d'étudiantes dont le quotidien est bouleversé par la crise du Covid-19. La production, intitulée "l'appel à l'aide de notre génération", est l'une des idées du Youtubeur Hugo Travers, qui anime la chaîne "Hugo Décrypte", pour relayer le mal-être des jeunes, qui constituent l'essentiel de son public. "Ce sont des cas représentatifs d'une détresse grandissante", explique-t-il dans Culture Médias, sur Europe 1. 

"Des milliers de notes vocales" d'étudiants

Cette vidéo, Hugo Travers l'a réalisée grâce à un appel à témoins publié sur son compte Instagram. "On a reçu des milliers de notes vocales, et on a essayer de les compiler", détaille-t-il. "Il y a des troubles anxiogènes généralisés chez les jeunes (…) C'est ce qu'on a voulu illustrer."

Des troubles liés, selon Hugo Travers, "à l'isolement, au fait de suivre les cours à distance, de ne pas pouvoir voir ses amis", mais aussi à la disparition de nombreux petits boulots en raison des restrictions sanitaires. "C'est ce qui rend la réponse particulièrement compliquée : il faut essayer de répondre sur toutes ces dimensions là, la dimension psychologique, économique, et scolaire."

Un "décalage" entre mal-être et réponse politique

Aux yeux du Youtubeur, cette réponse n'est pour l'instant pas à la hauteur. "Ces témoignages sont venus après les annonces d'Emmanuel Macron [d'un "chèque psy" et de repas à un euro notamment, ndlr], ce qui montre bien qu'elles ne sont pas suffisantes aujourd'hui."

Un "décalage" qu'Hugo Travers a pu observer lorsque BFMTV l'a récemment invité à échanger avec la secrétaire d'Etat chargée de la jeunesse, Sarah El Hairy. "J'ai été assez frappé par le discours de la secrétaire d'Etat à ce moment-là et j'ai vu dans les commentaires que je n'étais pas le seul", souligne-t-il. "On parle de jeunes qui tentent de mettre fin à leurs jours, qui sont dans une situation de détresse immense, et on a un membre du gouvernement qui va dire : 'Engagez vous, c'est important' [la secrétaire d'Etat a notamment évoqué la possibilité de faire un service civique, ndlr]". 

"Des actions très concrètes dans les jours à venir"

Dans le même souci de relai du message de la jeunesse, Hugo Travers a récemment interrogé la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, sur la plateforme Twitch. Une démarche logique, selon lui : "On a un positionnement de média et on est suivi par des jeunes". "A la fin de l'interview, j'ai pris une petite demi-heure pour discuter avec ceux qui me suivaient sur Twitch, on s'est posés, on a réfléchi", explique-t-il. 

Car outre ce rôle d'alerte, "Hugo Décrypte" confie désormais "se poser la question de savoir ce qu'on peut faire concrètement pour agir". "Je pense qu'au-delà d'alerter et de sensibiliser, un média, ça a une audience, et on peut aussi faire bouger les choses." Sans plus de précision, Hugo Travers indique que sa chaîne devrait "essayer de travailler avec des associations qui sont sur le terrain, d'aide alimentaire, ou avec des psychologues, pour essayer de mettre des actions très concrètes en place dans les jours à venir."

Europe 1
Par Margaux Lannuzel