Coronavirus : comment France Médias Monde a diffusé des messages de prévention jusqu'en Afrique

  • A
  • A
France Médias Monde siège 2:37
Marie-Christine Saragosse, la présidente de France Médias Monde, et d'autres présidents de médias publics internationaux, ont signé un texte soulignant leur rôle dans la lutte contre les fake news durant la crise du coronavirus. © KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Partagez sur :
Sept présidentes et présidents de médias publics internationaux, dont Marie-Christine Saragosse, la présidente de France Médias Monde, ont signé un texte pour mettre en avant leur rôle dans la lutte contre les fake news durant la crise du coronavirus. France Médias Monde a notamment joué un rôle très important en Afrique comme le souligne sa présidente dans "Culture Médias" mercredi.

Sept présidentes et présidents de médias publics internationaux signent un texte soulignant leur rôle dans la lutte contre les fake news durant la crise du coronavirus qui a frappé le monde entier. Marie-Christine Saragosse, la présidente de France Médias Monde, est la signataire de la France. Dans l'émission "Culture Médias" mercredi, elle revient sur le rôle spécifique joué par la chaîne France 24 et la radio RFI durant cette période exceptionnelle. 

L'importance de la dimensions mondiale et plurilingue

"On a une spécificité dans cette dimension mondiale et plurilingue et très axée sur l'information. Ce n'est pas forcément perçu dans chacun des pays comme un enjeu parce qu'on est plus loin, qu'on est à la fois partout mais un peu moins dans chaque pays. On parle 20 langues mais certains parlent jusqu'à 60 langues", note-t-elle. "Vous ne vous adressez pas aux gens de la même manière parce que vous parlez leur langue maternelle et du coup vous avez de la proximité", constate Marie-Christine Saragosse. "On parle aussi dans des pays où il n'y a pas une liberté d'informations ou des capacités. Par exemple, RFI et France 24 sont très présents en Afrique, y compris dans des coins très reculés."

La présidente de France Médias Monde explique qu'ils ont augmenté leur diffusion en ondes courtes pour parler en zone rurale et traduire les messages sanitaires dans ces langues. "C'est très utile pour lutter contre les infox qui naissent un peu partout et dans toutes les langues, surtout quand il y a des situations de crises", souligne-t-elle. "Là, ça prenait une dimension particulière parce que casser une fausse info sur une maladie et ses traitements, c'est sauver des vies. D'habitude c'est toujours très important mais là, ça devenait vital", résume-t-elle.

Le rôle important de France Médias Monde en Afrique

Marie-Christine Saragosse le dit, son groupe joue un rôle très important en Afrique. Un continent qui, si l'on en croit les chiffres, est pour le moment relativement épargné par la pandémie. Pour faire passer les consignes sanitaires, les équipes de France Médias Monde ont travaillé avec leur réseau de clubs RFI. "On a un réseau de clubs RFI très important en Afrique qui fait énormément de prévention parce qu'il ne suffit pas de délivrer le message, il faut l'adapter au contexte et dans la langue. On a beaucoup traduit dans les langues africaines", raconte Marie-Christine Saragosse.

France Médias Monde a également pu compter sur le soutien de "l'AFD (Agence française de développement), et le ministère pour faire des traductions en haoussa, en swahili, en mandingue, en peul…". "Nos clubs RFI d'auditeurs ont eu un rôle de premier plan dans cette lutte", appuie la présidente du groupe. Les équipes ont également mis en place "des journées dédiées parce que l'Afrique a été très imaginative. Ils ont inventé des tas de techniques pour faire des masques, pour se protéger... Ils ont appliqué le confinement dans beaucoup de pays très sérieusement".

Comme pour les autres canaux d’information, France Médias Monde a battu tous ses scores d’audience : 220 millions de visites pour les mois de mars et d’avril sur les sites du groupe, c’est trois fois de plus que d’habitude. Idem pour le nombre de vidéos vues, multiplié par deux au cours de ces deux mois. 

Europe 1
Par Cyril Lacarrière, édité par Céline Brégand