Violences policières : un an après George Floyd, "la voie du changement" aux États-Unis ?

, modifié à
  • A
  • A
black lives matter 1:33
Une manifestante photographiée dimanche, dans les rues de Minneapolis. © KEREM YUCEL / AFP
Partagez sur :
Dimanche, à New York et dans d'autres villes, des manifestants ont commencé à célébrer la mémoire de George Floyd, tué le 25 mai 2020. Au micro d'Europe 1, ils sont beaucoup à estimer que ce drame à fait avancer le pays dans la lutte contre les violences policières et le racisme.
REPORTAGE

Aux États-Unis, on se prépare à commémorer le premier anniversaire de la mort de George Floyd, le 25 mai 2020. Après les grandes manifestations de l'été dernier et le verdict dans le procès Chauvin le mois dernier, des rassemblements étaient organisés, dimanche, dans plusieurs villes américaines en mémoire de cet afro-américain, devenu un symbole de la lutte outre-Atlantique contre les violences policières et le racisme. 

À New York, des manifestants ont scandé le nom de George Floyd. Pour son frère, Terrence Floyd, la mobilisation doit continuer : "Restez éveillés pour que le nom de mon frère et de toutes les autres victimes résonnent encore. Tant que nous continuerons à faire résonner leurs noms, la justice restera sur la voie du changement", a-t-il harangué.

"Le chemin est encore long"

Il y a un mois, le policier Derek Chauvin était reconnu coupable du meurtre de George Floyd. Courtney, une manifestante, salue le virage entamé par son pays. "L’obligation de rendre des comptes s’est imposée. Comme le fait de reconnaître qu’il y a un vrai problème ici. Nous faisons les changements appropriés et nécessaires", se félicite-t-elle.

Pour Kim, le verdict du procès Chauvin a été un soulagement. Mais selon elle, les avancées des dernières semaines ne sont pas suffisantes : "C'est léger, mais je vois qu’on est en train d’essayer. D’essayer de s’unir. Mais le chemin est encore long". Un avis partagé par Yuno, venu avec son jeune fils. Il a de l’espoir pour l’avenir, et il attend beaucoup de Joe Biden. "Je crois qu’il peut changer quelque chose. Ça demandera plus qu’un président. Il faut que l’on s’y mette nous aussi. Plus que jamais, il faut que l’on s’unisse et qu’on se rassemble", enjoint-il.

Ce changement attendu passera également par une réforme de la police, actuellement en discussion au Congrès à Washington.

Europe 1
Par Alexis Guilleux, édité par Romain David