Etats-Unis : pourquoi il faudra peut-être attendre avant de connaître le nouveau président

  • A
  • A
Comment Joe Biden et Donald Trump vont-ils accueillir les premières estimations, le soir du mardi 3 novembre ?
Comment Joe Biden et Donald Trump vont-ils accueillir les premières estimations, le soir du mardi 3 novembre ? © CHANDAN KHANNA / AFP
Partagez sur :
En raison d'un vote par correspondance plus important que jamais, les estimations diffusées dès le jour de l'élection présidentielle américaine seront largement incomplètes. Chacun des camps engagés pourrait s'en servir pour repousser le plus possible la perspective d'une défaite.
DÉCRYPTAGE

C'est l'une des incertitudes les plus saillantes d'un scrutin qui n'en manque pas : les résultats de l'élection présidentielle américaine seront-ils connus sitôt les derniers bureaux de vote clôturés, mardi 3 novembre au soir (dans la nuit du mardi au mercredi pour les Européens) ? Au petit matin, en France, connaîtra-t-on avec certitude le visage du prochain locataire de la Maison-Blanche jusqu'en 2024, ou faudra-t-il attendre plusieurs heures, jours, voire semaines avant d'être certain que Donald Trump ou Joe Biden l'a emporté ?

Une des raisons à ce flou concerne la situation du pays elle-même : contrairement à la France, où l'écrasante majorité des bureaux de vote sont situés sous le même fuseau horaire, les bureaux de vote californiens ferment leurs portes à 20h en Californie (heure locale, 5h en France), quand ceux de la côte est sont déjà fermés depuis trois ou quatre heures. Les estimations ne sont donc pas nationales, mais État par État, ce qui rend difficile d'avoir une vue d'ensemble sur la course aux 270 grands électeurs nécessaires pour l'emporter.

Le bouleversement du Covid-19

Ensuite, l'épidémie de coronavirus a fortement perturbé l'organisation de l'élection cette année. Alors que le vote par correspondance était auparavant réservé à certaines catégories de la population comme les malades ou les seniors, de nombreux États ont décidé d'assouplir ces règles afin d'éviter des attroupements dans les bureaux de vote le 3 novembre.

Plusieurs problèmes ont émergé : les prévisions font état d'environ 80 millions de votes par correspondance cette année, soit le double de ce qu'ils représentaient en 2016. Dans le même temps, le service postal américain a connu d'importantes réductions de budget. Cela menace donc le traitement efficace et rapide de ces dizaines de millions de votes, qui pourraient logiquement faire pencher la balance en faveur de l'un des deux candidats. Il faut aussi davantage de temps pour compter les votes postaux que les votes physiques, avec une signature à vérifier.

Des règles différentes selon les États

Ensuite, les votes par correspondance sont différemment pris en compte selon les États. Dans l'État-clé de la Floride, par exemple, les bulletins seront comptés avant le jour de l'élection, le 3 novembre. Ce qui n'est pas le cas dans d'autres États, comme le Wisconsin ou la Pennsylvanie, où les votes de correspondance sont comptabilisés à partir de la fermeture des bureaux de vote. En Californie, les électeurs peuvent même envoyer leur vote jusqu'au 3 novembre, sans se soucier du fait que leur bulletin arrive le jour de l'élection. En définitive, il faut plus d'un mois pour aboutir au décompte final des voix. 

Le soir de l'élection, les observateurs de la politique américaine et le grand public devront donc se contenter d'estimations. Seront-elles suffisantes pour assurer la victoire d'un camp sur l'autre ? Ce n'est pas sûr, surtout si l'écart de grands électeurs est faible entre chaque camp.

Deux vainqueurs autoproclamés ?

On pourrait donc aboutir à une situation où les deux candidats affirment avoir remporté l'élection. Il est donc possible que vous receviez une notification d'Europe 1, le mercredi matin, indiquant que "Joe Biden et Donald Trump se déclarent vainqueurs" de cette élection. En 2016, les résultats avaient été proclamés vers 9h30 heure française, lorsque le Wisconsin avait apporté la totalité de ses grands électeurs au candidat républicain.

Découvrez le podcast Mister President par Europe 1 Studio

La politique américaine vous passionne ? Vous vous demandez encore comment Donald Trump a pu être élu ? Découvrez "Mister President par Europe 1 Studio", le podcast d'Olivier Duhamel. De Truman à Obama, de Kennedy à Clinton en passant par les Bush, père et fils… le politologue vous raconte l'incroyable histoire des élections présidentielles américaines depuis 1948.

>>> Retrouvez les 12 épisodes sur notre site Europe1.fr, sur Apple PodcastsGoogle PodcastsSoundCloud ou vos plateformes habituelles d’écoute.

Enfin, rien ne dit que Donald Trump ou Joe Biden ne concède sa défaite le soir du 3 novembre, ni même dans la journée du mercredi 4 novembre. S'il a dit pleinement accepter le résultat du scrutin, Joe Biden a insisté sur la nécessité de "compter chaque vote".

Accusant le système de vote par correspondance de favoriser des "fraudes", Donald Trump veut quant à lui que les résultats soient proclamés le soir de l'élection, quitte à donner du crédit à des résultats largement provisoires. Il s'est aussi refusé à garantir une transition pacifique du pouvoir en cas de défaite. Signe que de nombreux rebondissements devraient intervenir avant l'investiture du prochain président, prévue le mercredi 20 janvier 2021.