Suffrage indirect et grands électeurs : comment fonctionne l'élection américaine ?

  • A
  • A
Trump Biden USA Election Etats
Le Républicain Donald Trump et le Démocrate Joe Biden s'affronte pour l'investiture suprême aux États-Unis. © JIM WATSON, SAUL LOEB / AFP
Partagez sur :
L'élection présidentielle américaine, l'un des moments forts de la vie démocratique outre-Atlantique, aura lieu le mardi 3 novembre. Convention nationale, "ticket", grands électeurs, vote par correspondance… Europe 1 vous dit tout ce qu'il faut savoir sur ce scrutin qui peut changer la face du monde.
DÉCRYPTAGE

Qui de Joe Biden ou Donald Trump sera le prochain président des États-Unis, de janvier prochain à janvier 2025 ? Le nom du futur locataire de la Maison-Blanche sera connu à l'issue de l'élection présidentielle américaine, qui va se dérouler le mardi 3 novembre prochain. Avant de prêter serment à Washington, mercredi 20 janvier 2021, le candidat victorieux aura franchi de nombreux obstacles. Voici quelques explications pour comprendre comment se déroule ce scrutin unique, complexe et riche en rebondissements.

Un vote par correspondance très important

Tout commence par une élection interne à chacun des deux grands partis américains, les Démocrates et les Républicains. Pour pouvoir se présenter face aux électeurs, le 3 novembre, Joe Biden et Donald Trump ont franchi l'étape de la primaire, souvent une formalité pour le président en exercice qui se représente. Côté démocrate, Joe Biden a affronté Bernie Sanders, Pete Buttigieg ou encore Elizabeth Warren. Il a été désigné officiellement candidat de son camp lors de la convention nationale démocrate, en août.

Il n'y a pas que Trump et Biden

Chaque camp propose aux électeurs un "ticket" composé d'un président et d'un vice-président : Kamala Harris complète l'attelage démocrate avec Joe Biden et Mike Pence seconde Donald Trump. D'autres candidats se présentent aussi sur la ligne de départ : la libertarienne Jo Jorgensen (avec Spike Cohen) et l'écologiste Howie Hawkins (avec Angela Nicole Walker), même si leurs chances de peser sur la désignation du prochain président sont minces. 

Traditionnellement, l'élection présidentielle américaine a lieu le mardi qui suit le premier lundi de novembre. Cette année, cette élection aura lieu le 3 novembre. Mais avant cette date, de nombreux Américains recourent au vote par correspondance, davantage prisé que d'habitude à cause de la crise du Covid-19. Les disparités sont fortes selon les Etats : les électeurs californiens, arizoniens ou floridiens sont particulièrement friands de cette pratique, majoritaire dans ces régions. Une polémique a éclaté cette année sur le vote par correspondance, pour lequel Donald Trump estime que le risque de fraude est grand.

Le système du "winner-take-all"

Contrairement au président français, le président américain est élu au suffrage indirect, un peu comme les élections sénatoriales en France. Le futur locataire de la Maison-Blanche sera désigné par un collège électoral de 538 grands électeurs. Chacun des États américains se voit attribuer un nombre de grands électeurs équivalent au nombre de parlementaires (représentants et sénateurs) qu'il a au Congrès. L'Etat qui dispose le plus grand nombre de grands électeurs est la Californie, avec 55 votants. Le Vermont, le Wyoming, l'Alaska ou le Montana n'en comptent que trois chacun, comme Washington (district de Columbia). 

Dans chaque État, le candidat arrivé en tête rafle l'ensemble des grands électeurs. C'est le système du "winner-take-all" ("le vainqueur remporte tout"), sans répartition proportionnelle des grands électeurs. Les États du Maine et du Nebraska font exception, avec une répartition plus complexe.

Un chiffre à retenir : 270

Le soutien de 270 délégués est nécessaire pour devenir le nouveau président des États-Unis. Il s'agit de la majorité du collège électoral (269) + 1. Et si Donald Trump et Joe Biden recueillent tous les deux 269 grands électeurs le soir de l'élection, il reviendra à la Chambre des représentants de désigner le nouveau président et au Sénat de choisir le vice-président.

Mais les résultats définitifs ne seront pas disponibles le 3 novembre au soir pour les Américains, le 4 novembre au matin en France métropolitaine. De nombreux Etats ont indiqué que le comptage des votes pourrait prendre plusieurs jours, en raison du nombre important de bulletins envoyés par voie postale. Donald Trump a pourtant insisté sur sa volonté de voir les résultats proclamés dès l'"election night", la nuit de l'élection.

Représentants, gouverneurs… Les autres élections du 3 novembre

Aux Etats-Unis, d'autres scrutins se tiennent le 3 novembre. À commencer par le renouvellement de l'intégralité de la Chambre des représentants, aujourd'hui à majorité démocrate. Un tiers des postes de sénateurs seront également renouvelés, alors que cette assemblée est aujourd'hui républicaine. Les électeurs de onze Etats et deux territoires (Porto Rico et Samoa américaines) désigneront leur nouveau gouverneur lors de ce scrutin, tandis que d'autres élections locales et référendums se tiendront également ce mardi 3 novembre.