Coronavirus : 64.921 morts en France, le nombre de patients en réanimation augmente légèrement

, modifié à
  • A
  • A
Le nombre de patients en réanimation augmente légèrement.
Le nombre de patients en réanimation augmente légèrement. © AFP
Partagez sur :
Alors que le Covid-19 a imposé à de nombreux pays des célébrations réduites du passage à la nouvelle année, en France, quinze départements sont placés à partir de samedi sous couvre-feu avancé. Par ailleurs, les lieux culturels ne pourront pas rouvrir jeudi, a annoncé le porte-parole du gouvernement. 
L'ESSENTIEL

Ce samedi était marqué par l'entrée de quinze départements en couvre-feu avancé à 18 heures, principalement dans l'Est de la France. Dans ces zones, les indicateurs de suivi de l'épidémie de Covid-19 restent élevés. En Bretagne, la rave party sauvage qui se tenait depuis jeudi soir près de Rennes s'est terminée samedi matin. Par ailleurs, la campagne de vaccination en France, critiquée pour sa lenteur, devrait s'accélérer la semaine prochaine avec un élargissement des injections aux soignants de plus de 50 ans. Au total, 64.921 personnes sont mortes en France depuis le début de l'épidémie. 

Les informations à retenir :

  • Quinze départements sont entrés en couvre-feu avancé ce samedi
  • Les hospitalisations et réanimations sont en légère hausse
  • Les lieux culturels ne pourront pas rouvrir le 7 janvier
  • La vaccination à destination des publics prioritaires devrait s'accélérer dès lundi

Nouvelles restrictions en France

Le couvre-feu est avancé de 20 heures à 18 heures dans quinze départements de la partie Est de la France dès samedi dans le cadre de la lutte contre l'épidémie de Covid-19. Les départements concernés sont les Hautes-Alpes, les Alpes-Maritimes, les Ardennes, le Doubs, le Jura, la Marne, la Haute-Marne, la Meurthe-et-Moselle, la Meuse, la Haute-Saône, les Vosges, le Territoire de Belfort, la Moselle, la Nièvre et la Saône-et-Loire. Europe 1 s'est rendu à Reims ou la nouvelle a été accueillie avec résignation.

Invité d'Europe 1, le maire de la ville de la Marne, le LR Arnaud Robinet, s'est montré sceptique quant à l'efficacité de la mesure. Celui qui appelait depuis plusieurs semaines à un confinement après Noël estime ainsi que le gouvernement "n'a pas anticipé" l'évolution de l'épidémie, et est "dans la réaction". Retrouvez ici son interview

Gabriel Attal a confirmé par ailleurs que les établissements culturels (théâtres, cinémas, etc.) ne pourraient pas rouvrir le 7 janvier, date prévue pour le prochain point sur les conditions sanitaires. "C'est un tunnel sans fin", a réagi au micro d'Europe 1 le producteur Jean-Marc Dumontet, responsable de plusieurs salles parisiennes. Il a également estimé que le gouvernement était désormais incapable d'avancer une date de réouverture.

Le nombre de patients en réanimation en légère hausse

Le nombre de patients hospitalisés et de ceux en réanimation a légèrement augmenté en 24 heures samedi, après une baisse continue depuis quelques jours, selon les chiffres publiés par Santé Publique France. Avec 157 nouveaux décès à l'hôpital en 24 heures, le Covid-19 a désormais causé la mort de 64.921 personnes en France depuis le début de l'épidémie.

Le nombre de patients hospitalisés pour Covid-19 est de 24.458, soit 195 de plus que vendredi, avec 646 nouvelles admissions dans la journée. Le nombre de malades en réanimation ou soins intensifs est également en légère hausse, avec 2.632, soit 23 de plus que vendredi, et 101 nouvelles admissions en 24 heures.

Le taux de positivité, qui mesure le pourcentage de personnes positives au Covid-19 sur l'ensemble des personnes testées, est passé de 3,8% à 4,6% samedi. Le nombre de nouveaux cas enregistrés sur 24 heures a été de 3.466 contre 19.348 vendredi. En période de vacances, cette donnée quotidienne a énormément varié depuis la mi-décembre, oscillant entre quelque 3.000 et plus de 21.000. Mais toujours loin, en moyenne, de l'objectif gouvernemental de descendre à 5.000 cas par jour.

Fin de l'immense fête illégale en Bretagne, plus de 1.600 verbalisations

La rave party sauvage qui se tenait depuis jeudi soir avec environ 2.500 fêtards à Lieuron, au sud de Rennes, pour fêter le Nouvel An, s'est terminée samedi matin. C'est à partir de 5h30 samedi que les premiers fêtards ont commencé doucement à quitter le petit hameau de la campagne bretonne, selon la préfecture d'Ille-et-Vilaine.

Plus de 1.600 verbalisations ont été effectuées et du matériel a été saisi. "Les éléments recueillis ont permis de confirmer le caractère payant de la manifestation sous la forme d'une contribution et la présence importante de produits stupéfiants à l'occasion de cet évènement", a expliqué dans un communiqué le procureur de la République de Rennes Philippe Astruc.

L'enquête s'est concentrée sur l'identification des organisateurs, a précisé le procureur. Une intervention a eu lieu à cette fin samedi à 15H00 à Iffendic (Ille-et-Vilaine) et "deux personnes, nées en 1998, sans antécédent judiciaire, ont été interpellées et placées en garde à vue".

Les forces de l'ordre ont aussi procédé samedi au contrôle systématique de tous ceux qui sortaient du périmètre, à pied ou en voiture. Trois personnes sont en garde à vue "pour infractions à la législation sur les stupéfiants", deux autres en tant que "détentrices de matériel" sonore, une autre pour recel de vol, a précisé le procureur. 

Comme vous pouvez le lire ici, la réactivité des forces de l'ordre face à cet événement a fait l'objet d'interrogations, samedi, une fois la fête terminée et alors que celle-ci a duré 36 heures selon le préfet d'Ille-et-Vilaine.

Bientôt un coup d'accélérateur dans la campagne de vaccination ?

En France, la campagne de vaccination - qui peine à décoller avec moins de 400 personnes vaccinées en cette fin de semaine contre des dizaines de milliers, voire plus dans d'autres pays européens - fait l'objet de nombreuses critiques. Lors de ses vœux aux Français jeudi, Emmanuel Macron a montré sa volonté d'accélérer en promettant qu'il "ne laisserai(t) pas, pour de mauvaises raisons, une lenteur injustifiée s’installer" dans le cadre de la campagne de vaccination. Ainsi, à partir de lundi les personnels soignants de plus de 50 ans pourront recevoir le vaccin, au même titre que les résidents d'Ehpad.

La planète a célébré discrètement 2021

De nombreux pays du monde ont mis la sourdine aux célébrations du Nouvel An, entrant vendredi en 2021 sous l'influence de la pandémie de Covid-19. A New York, où Times Square déborde habituellement de gens euphoriques sous une pluie de confettis, le quartier de Manhattan était bouclé.

Au Brésil, les festivités ont été annulées cette année à Rio de Janeiro, qui accueille habituellement l’une des plus grandes fêtes du Nouvel An au monde. Comme un symbole de ce réveillon très particulier, à Paris, l'avenue des Champs-Elysées, habituellement noire de monde le 31 décembre, est restée vide, à l'exception de rares véhicules ou livreurs à vélo.

Etats-Unis : plus de 20 millions d'infections

Les Etats-Unis ont débuté l'année 2021 en franchissant vendredi un nouveau seuil sinistre avec 20 millions de cas recensés de Covid-19 depuis le début de la pandémie, selon les chiffres de l'université Johns Hopkins, qui font référence. La première puissance mondiale déplore plus de 347.500 morts du coronavirus, ce qui en fait le pays le plus endeuillé au monde par l'épidémie, en valeur absolue.

Seuls 2,8 millions d'Américains avaient reçu vendredi la première dose de leur vaccin contre le Covid-19, loin de l'objectif affiché par l'administration Trump, de 20 millions de personnes vaccinées d'ici la fin de l'année. Un retard déploré par le président élu Joe Biden, qui s'est toutefois montré déterminé à accélérer la cadence. "Soyons clairs : l'administration Biden-Harris ne va pas ménager ses efforts pour faire en sorte que les gens soient vaccinés", a-t-il assuré vendredi.

BioNTech va augmenter sa production 

La société allemande BioNTech a expliqué prévoir d'augmenter rapidement en Europe la production de son vaccin développé avec son partenaire américain Pfizer, afin d'y combler un "manque" en l'absence d'autres vaccins approuvés. BioNTech compte faire tourner dès février une nouvelle unité de fabrication à Marburg (Allemagne).

La reine du Danemark vaccinée, les stations de ski ouvertes en Andorre

Margrethe II, la très populaire reine du Danemark, a reçu une première injection du vaccin contre le Covid-19, a annoncé vendredi la maison royale. La souveraine a fêté en 2020 ses 80 ans.

La Norvège, quant à elle, rend obligatoires samedi les tests de dépistage du Covid-19 à l'entrée sur son territoire. Cette décision intervient après la découverte de cinq cas de Covid-19 liés au nouveau variant du coronavirus apparu au Royaume-Uni.

Les stations de ski en Andorre ouvriront partiellement samedi mais uniquement pour les résidents de la principauté. Les voisins français et espagnols pourront peut-être profiter des pistes andorranes à partir du 9 janvier, en fonction de l'évolution des données épidémiologiques dans leur pays.

Le gouvernement de la Grèce a annoncé samedi une nouvelle prolongation jusqu'au 10 janvier du confinement strict imposé au pays depuis deux mois, mettant fin à l'assouplissement des mesures toléré pour les fêtes de fin d'année. Prévues initialement pour prendre fin le 7 janvier, "les mesures strictes vont recommencer dimanche et jusqu'au 10 janvier pour des raisons préventives", a annoncé le porte-parole du gouvernement grec Stelios Petsas lors d'un message radiotélévisé.

Plus de 1,8 million de morts 

La pandémie a fait au moins 1.827.565 morts dans le monde pour plus de 83,9 millions de personnes contaminées, selon un bilan établi par l'AFP samedi à 11H00 GMT d'après des chiffres officiels. Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 347.865 décès pour plus de 20 millions de cas. Suivent le Brésil (195.411 morts) et l'Inde (149.218 morts). 

Ces chiffres ne tiennent pas compte des révisions réalisées a posteriori par des organismes statistiques, comme en Russie, en Espagne et au Royaume-Uni.