En Côte d'Ivoire, une trêve de Noël loin des grèves pour Emmanuel Macron

, modifié à
  • A
  • A
Armée Côte d'Ivoire Macron 1:30
Le chef de l'État va rendre visite aux forces basées au camp de Port-Bouët, à Abidjan. © Ludovic MARIN / AFP
Partagez sur :
Emmanuel Macron entame vendredi une visite de trois jours en Côte d'Ivoire. Pour le président de la République, il s'agit de s'adresser à des soldats durement frappés par la mort de treize d'entre eux en opération au Mali, fin novembre, et de prendre un peu de champ avec le contexte social très agité en France.

Pour Emmanuel Macron, c'est une parenthèse africaine avant Noël dans un contexte de mouvement social contre la réforme des retraites en France. Le chef de l'État entame vendredi une visite de trois jours en Côte d'Ivoire, avec une première étape vendredi soir, à Abidjan. Il y rencontrera les troupes françaises pour un dîner de Noël loin de la métropole, après le Niger en 2017 et le Tchad en 2018. Pour le chef de l'État, c'est avant tout l'occasion de soutenir les armées, durement touchées par la mort de treize soldats en opération au Mali, fin novembre.

"Une discussion les yeux dans les yeux"

Avant le grand dîner organisé par l'Élysée sur la base française d'Abidjan, ils seront une dizaine de parachutistes de retour du Sahel autour du Président, vendredi soir. Ce sont des hommes notamment mobilisés sur l’opération où treize soldats ont trouvé la mort, fin novembre, lors de la collision accidentelle de deux hélicoptères au Mali. "Le Président, chef des armées, veut avoir une discussion les yeux dans les yeux avec eux", confie à Europe 1 le chef d’état-major des forces françaises en Côte d'Ivoire.

Cette rencontre se fera au camp de Port-Bouët, où 1.000 soldats français sont prépositionnés aux portes du Sahel, ce qui constitue une base arrière importante pour l’opération Barkhane. Plusieurs fois par an, des convois partent d'ici pour ravitailler en armes et en vivres les positions françaises de Gao jusqu'à Niamey, avec quatre à cinq semaines de route très éprouvantes dans le désert.

Cinq tonnes de nourriture

C'est à cet engagement contre le terrorisme et à ces hommes et ces femmes loin de leurs familles, même pendant les fêtes de fin d'année, que le président de la République va rendre hommage. L'Élysée a donc affrété cinq tonnes de nourriture et de boissons pour l'occasion.

Le chef Guillaume Gomez, cuisinier personnel d'Emmanuel Macron, sera en cuisine. Le menu est traditionnel : pâté en croûte et foie gras, volaille des Landes aux morilles, assortiment de fromages de toutes les régions de France, gâteau au chocolat et mandarines corses. La visite du chef de l'État "est un événement qui n'arrive qu’une fois dans la vie d'un soldat", se réjouit par avance un gradé.