Plan de relance et PME : "Le gouvernement veut une solution pour chaque secteur"

, modifié à
  • A
  • A
Alain Griset était samedi l'invité d'Europe 1.
Alain Griset était samedi l'invité d'Europe 1. © AFP
Partagez sur :
Deux jours après l'annonce du plan de relance par le gouvernement, le ministre délégué chargé des PME Alain Griset a précisé au micro d'Europe 1 la stratégie d’accompagnement de l'Etat pour les petites et moyennes entreprises. "La volonté du gouvernement, c'est de trouver une solution pour chaque secteur", affirme-t-il. 
INTERVIEW

Le plan censé relancer l'économie française a été présenté jeudi par le gouvernement. "Au moins un quart" des 100 milliards d'euros mobilisés dans le contexte de crise sanitaire bénéficiera aux PME et aux TPE, avait annoncé la veille le Premier ministre. Invité d'Europe 1 samedi, le ministre délégué chargé des PME, Alain Griset, leur a promis un accompagnement durable de l'Etat. "La volonté du gouvernement, c'est de trouver une solution pour chaque secteur", affirme-t-il. 

 

Un "comité de suivi hebdomadaire"

"Depuis le début de la crise sanitaire, le gouvernement a tout mis en œuvre pour maintenir le tissu économique et accompagner toutes ces entreprises. On a beaucoup fait et on va continuer", a assuré le ministre, promettant un "comité de suivi" hebdomadaire assuré avec le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire. Avec le plan de relance, "l'Etat montre aux entrepreneurs qu'il est présent, qu'il leur donne une confiance totale". 

 

Alain Griset a rappelé des mesures annoncées ces derniers mois par l'exécutif dont bénéficient les PME, notamment le report de leurs cotisations et les prêts garantis par l'Etat dont le remboursement peut être étendu sur six ans. "Le gouvernement continue d'accompagner les PME. Mais il faudra en sortir, l'Etat n'a pas vocation à accompagner les entreprises sur le long terme. On ne pourra pas financièrement", explique Alain Gristet. Il ajoute : "Pour l'instant, nous sommes dans une sorte de bulle. Nous surveillons l'évolution de la situation, que j'espère positive pour nos 3 millions d'entreprises."

Europe 1
Par Laetitia Drevet