Mouvement des cheminots : "Les voyageurs se sont retrouvés devant un défaut d'information total"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Invité dimanche d'Europe 1, Bruno Gazeau, président de la Fédération nationale des associations d'usagers des transports (FNAUT), appelle la SNCF à rembourser les billets et à prolonger les cartes d'abonnement des clients dont les déplacements ont été perturbés par le mouvement des cheminots depuis jeudi.
RÉACTION

Pour la troisième journée consécutive, la circulation des trains restait perturbée dimanche, en raison du mouvement mené par les conducteurs et les contrôleurs ayant exercé leur droit de retrait depuis jeudi. Si la direction de la SNCF a noté une "reprise progressive" du trafic, dans les gares, de nombreux voyageurs voient leurs trajets perturbés. Invité d'Europe 1, Bruno Gazeau, président de la Fédération nationale des associations d'usagers des transports (FNAUT), dénonce "un défaut d'information absolument total" pour les voyageurs. 

"Les voyageurs se sont retrouvés devant un défaut de prévisibilité et d'information absolument total", regrette Bruno Gazeau, avant de réclamer des mesures de dédommagement de la part de la SNCF. "Quand les services ne sont pas exécutés, il est légitime d'être dédommagé", explique-t-il, "donc il faut que la SNCF rembourse les billets et que les cartes d'abonnement soient prolongées du nombre de jours où il n'y a pas eu de service". 

"Que les usagers soient mieux traités et respectés"

Alors que, face à un gouvernement et une direction dénonçant une "grève sauvage", les syndicats continuent de défendre le "droit de retrait", Bruno Gazeau demande qu'à l'avenir "la notion de droit de retrait soit mieux précisée par la loi, en particulier s'agissant d'un danger grave et imminent". Si ce danger est grave, "il ne peut pas rester grave très longtemps, donc ça ne peut pas durer éternellement", conclut-il, avant d'appeler à ce que "les usagers soient mieux traités et respectés". 

 

 

 

Europe 1
Par Yasmina Kattou, édité par Antoine Terrel