Le pouvoir d'achat baisse pour les Français, pas pour l'Insee

, modifié à
  • A
  • A
La précarité préoccupe 44% des Français, contre 37% en 2016.
La précarité préoccupe 44% des Français, contre 37% en 2016. © DAMIEN MEYER / AFP
Partagez sur :
Selon un sondage BVA pour la presse régionale, 66% des Français estiment que leur pouvoir d'achat a baissé en 2018. Un ressenti que ne partage pas l'Insee, puisqu'il assure au contraire qu'il a augmenté de 0,4% par unité de consommation sur la même période. 

Le pouvoir d'achat est comme la météo : il y a la température et le ressenti. Si l'Insee assure qu'il a augmenté de 0,4% par unité de consommation en 2018, un sondage de l'institut BVA pour la presse régionale publié ce samedi révèle que 66% des Français ont le sentiment que leur pouvoir d'achat a diminué durant les douze derniers mois.

57% des Français pensent que le pouvoir d'achat va continuer de baisser

Un ressenti qui grimpe à 81% chez les plus de 65 ans, concernés notamment par la hausse de la CSG. À l'inverse, seulement 11% des sondés estiment que leur pouvoir d'achat a augmenté. Une confiance qui grimpe à 24% chez les Français qui gagnent plus de 5.000 euros par mois. De manière générale, 57% des sondés pensent que leur pouvoir d'achat va continuer de baisser alors que d'après les calculs de l'Insee, il va bondir de 3% en 2019

88% jugent les mesures d'Emmanuel Macron inefficaces

Autre enseignement du sondage BVA, la précarité préoccupe 44% des Français, contre 37% en 2016. Les 25-34 ans sont les plus concernés par ce sentiment avec 54%. La consultation détaille également les principales difficultés financières des Français : 43% ont du mal à financer leur alimentation, 45% les actes médicaux, 59% les loisirs et 64% les vacances. Si 47% se disent concernés par les mesures d'Emmanuel Macron en faveur du pouvoir d'achat, 88% jugent qu'elles sont inefficaces.

De son côté, l'Insee estime que les 10 milliards d'euros obtenus grâce au mouvement des "gilets jaunes" a toutes les chances d'être réinjectée très vite dans la consommation, et donc de faire fonctionner l'économie. Notamment grâce à la revalorisation et l’élargissement de la prime d'activité, destinée aux personnes touchant 1,5 fois le Smic et versée désormais à 5 millions de foyers contre 3,8 auparavant.