La Confédération des commerçants demande à "repousser" les soldes

, modifié à
  • A
  • A
Les commerces pourront rouvrir le 11 mai. 1:32
Les commerces pourront rouvrir le 11 mai. © PHILIPPE LOPEZ / AFP
Partagez sur :
Francis Palombi, président de la Confédération des commerçants, était l'invité de Bernard Poirette dans la matinale d'Europe 1, samedi. Il est revenu sur la réouverture des commerces le 11 mai, appelant à "repousser" les soldes.
INTERVIEW

Repousser les soldes, c'est l'une des demandes des commerçants, lourdement frappés par la crise sanitaire, mais qui pourront rouvrir leurs portes dès le 11 mai avec la levée du confinement. "Nous demandons que les soldes soient repoussées pour les catégories de commerces qui sont impactées par ce phénomène de soldes", a ainsi appelé Francis Palombi, président de la Confédération des commerçants au micro d'Europe 1 samedi matin. 

Il faut que "les promotions soient gelées un mois avant les soldes afin que les commerçants reprennent dans des conditions 'normales' sur le plan de la gestion, parce qu'ils ont reçu de la marchandise printemps-été qu'ils n'ont pas vendue pour grande partie. Et ils reçoivent la saison automne-hiver. Il a donc un mécanisme économique et financier qui est très difficile", ajoute-t-il. 

À propos des exonérations de loyers, Francis Palombi va plus loin, demandant à ce que "le montant des loyers au moment de la reprise soit progressif". Une disposition qui "est en train d'être mise en place", selon lui.

Les commerçants "sont dans les 'starting blocks'"

Le président de la Confédération des commerçants se veut également optimiste et confiant, expliquant que "pour l'instant, l'état d'esprit des commerçants, n'est pas à faire faillite. Au contraire, ils veulent ouvrir, ils sont dans les 'starting blocks'".

"Pour l'instant on est quand même dans l'effet de soutien fort : le plan de solidarité est augmenté, les entreprises qui étaient défaillantes ou en redressement momentané ou en observation seront quand même prises en compte, selon les directives du ministère de l'Economie. La somme que représente la solidarité a été versée et est prévue à nouveau pour le mois d'avril, et vraisemblablement pour le mois de mai. Donc il y a quand même un effet soutien", explique-t-il, regrettant toutefois un manque de clarté de la part des autorités.

"On est fermement décidés à ouvrir, on est mobilisés mais parfois très inquiets sur les conditions (de cette réouverture), car le gouvernement n'apporte pas toujours des réponses concrètes et immédiates". 

"Nous sommes en effervescence pour que les conditions soient respectées"

Car cette levée de rideau pour les commerçants s'accompagne de mesures strictes de précaution, le risque de contamination étant toujours présent. "Il faudra des moyens de protection et là, nous sommes en train d'être très incisifs auprès des pouvoirs publics pour que les règles du jeu soient bien avancées", précise Francis Palombi, qui ajoute qu'"il ne faudrait pas que la responsabilité du chef de commerce soit mise en cause parce qu'un employé serait contaminé". "Il y a des règles intraitables et un chiffre d'affaires qui va être moins important", conclut-il. 

Et le président de la Confédération des commerçants l'assure, tout est fait pour que les règles de protection soient respectées. "Nous nous activons pour que tout le monde ait les directives de l'Etat, que tout le monde ait des masques, des protections. Nous sommes vraiment en effervescence pour que les conditions soient respectées", assure-t-il. 

Europe 1
Par Coline Vazquez