Conséquence du confinement, les magasins d'ameublement vivent une période dorée

, modifié à
  • A
  • A
Roche Bobois 1:26
L'enseigne Roche-Bobois a connu le meilleur mois de juin de son histoire avec des ventes en hausse de 125% par rapport au même mois en 2019. © Craig Barritt / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Partagez sur :
Après avoir passé deux mois enfermés chez eux, les Français ont visiblement eu envie de réaménager un peu leur logement : les magasins d'ameublement ont rarement accueilli autant de monde que lors de ces quatre derniers mois. Dans le neuf ou dans l'occasion, certaines enseignes affichent même des records de ventes.

Deux mois à tourner en rond chez soi, ça donne des idées. Le confinement a poussé beaucoup d’entre nous à réfléchir sur notre travail, notre vie personnelle ou encore… notre chez-nous ! Quatre mois après le déconfinement, les magasins d’ameublement ne désemplissent pas et le secteur se porte comme un charme : +20% d’activité au printemps par rapport à l’an dernier. Et après un mois d'août plus "normal", c'est reparti de plus belle depuis la rentrée. Fauteuils confortables, chaises de bureau, tables à manger, décorations pour les murs… Plus question de subir le temps passé chez soi.

Hausse des ventes de 125% en un an chez Roche-Bobois

"Je venais juste d'emménager dans un nouvel appartement, tout neuf, tout blanc, quand on a été confiné. Donc à la sortie, je n'avais qu'une hâte, c'est de décorer les murs et de remplir un peu l'appartement." À l’image de Tanya, croisée à la sortie d'un magasin d'ameublement, les Français n’ont jamais été aussi mordus de déco ! Canapés, tables basses, lits, lampes… Ils achètent de tout pour se sentir mieux chez eux, avec forcément dans un coin de la tête, la vie en télétravail, voire un éventuel reconfinement.

L’enseigne Roche-Bobois, par exemple, a constaté une hausse des ventes de 125% en juin par rapport au même mois l'an dernier. C’est tout simplement le meilleur mois de juin de son histoire. "Les remontées de terrain de nos magasins sont très intéressantes. On a des clients, depuis le déconfinement, qui sont très qualifiés. Ils savent ce qu'ils veulent, ils ont étudié le catalogue, ils ont eu du temps pour penser à l'agencement de leur logement et ils viennent donc prêts à acheter", note Guillaume Demulier, patron de l’enseigne, invité de La France Bouge jeudi sur Europe 1.

Boom du neuf, de l'occasion et du bricolage

Pour faire de la place à leurs trouvailles, les Français ont aussi beaucoup vendu. Selency, un site d'achat et de vente de meubles de seconde main, connaît actuellement une croissance de près de 130% par rapport à l'été 2019. "Notre business plan a été un peu chamboulé au début du confinement. On se demandait ce qui allait bien pouvoir se passer, on avançait dans l'inconnu", raconte la fondatrice Charlotte Cadé. "On a été très surpris de voir que ça a repris très vite, que les gens ont repris confiance. On est sur des mois records en ce moment, on voit que la décoration refait partie des priorités", se réjouit-elle.

 

Avec une telle activité, certaines enseignes d'ameublement ont déjà compensé les pertes du confinement, avec l’espoir, invraisemblable il y a encore quelques mois, de finir l’année dans le vert. Une belle période dont profite également le secteur du bricolage : selon la Banque de France, les magasins spécialisés ont vu leur chiffre d'affaires grimper de 30% en juin par rapport à 2019, et de 19% en juillet.