Comment Mourenx, 6.500 habitants, aide ses demandeurs d'emploi à se déplacer pour trouver du travail

, modifié à
  • A
  • A
À Mourenx, 15,4% de la population active est au chômage.
À Mourenx, 15,4% de la population active est au chômage. © Théo Maneval / Europe 1
Partagez sur :
EN DIRECT DE MOURENX, JOUR 2 - Comme dans d'autres secteurs ruraux, la question de la mobilité est cruciale pour les demandeurs d'emploi de Mourenx, commune de 6.500 habitants dans les Pyrénées-Atlantiques, sur laquelle Europe 1 a décidé de se pencher cette semaine.
EN DIRECT DE MOURENX

>> Toute la semaine, deux reporters d'Europe 1 posent leurs valises à Mourenx, une commune de 6.500 habitants située dans les Pyrénées-Atlantiques. Le but ? Vous donner la parole et entendre vos problématiques quotidiennes. Retrouvez nos reporters en direct de Mourenx tous les jours à 7h12, dans les journaux de la matinale ainsi que ceux de Raphaëlle Duchemin et Pierre de Vilno entre 12h et 14h et de Matthieu Belliard de 17h et 20h. Lors du Tour de la question, mardi, le Mourenxois Olivier Béral a raconté son travail de directeur d'une association pour l'insertion des chômeurs en milieu rural.

 

>> De 9h à 11h, c’est le tour de la question avec Wendy Bouchard. Retrouvez le replay de l’émission ici

"À Mourenx, on n'a pas de transports en commun, on a quelques bus mais il n'y a pas de transport collectif comme dans les grandes villes." Voilà, en quelques mots, la situation de cette commune de 6.500 habitants située à vingt kilomètres d'Orthez et trente de Pau, dans les Pyrénées-Atlantiques. Mais si Olivier Béral a déploré mardi dans Le Tour de la question une situation délicate sur le front de la mobilité pour la ville béarnaise, rien n'est perdu pour autant : l'association Transition, qu'il dirige, "a mis en place une plateforme mobilité" avec "deux conseillères mobilité" qui accompagnent les demandeurs d'emploi dans l'ouest du Béarn.

"Des combinaisons de solutions". Concrètement, "on les accompagne par rapport à leur connaissance de la mobilité et des capacités qu'ils ont à se mouvoir en fonction de ce qui existe. La voiture fait partie des possibilités, mais on veut ouvrir le champ des possibles. On fait des ateliers pour faire découvrir des véhicules sans permis B, des vélos, des vélos électriques, des scooters…  On essaye de leur trouver des solutions pragmatiques de terrain en travaillant aussi sur les combinaisons de solutions de mobilités."

Entendu sur europe1 :
On se rend compte que pour beaucoup d'entre eux, ils ne connaissent pas les offres de services qui existent, les lignes de bus du département

"Une personne sans permis dans un petit village de 500 habitants va être complètement bloquée dans sa recherche d'emploi", explique le professionnel. Et comme l'observe le démographe et historien Hervé Le Bras, invité lui aussi de Wendy Bouchard sur Europe 1 mardi, "rien n'a été mis au point dans les petites villes comme Mourenx et dans les villages encore plus petits" en matière de gratuité des transports pour les demandeurs d'emploi, alors que la gare la plus proche est à 25 minutes de route.

La voiture, "une solution de long terme". Sans voiture, donc, point de salut pour celui ou celle qui fait partie des 15,4% de chômeurs dans la commune béarnaise ? "Nous, on va lui dire que la voiture sera une solution de long terme, mais qu'à court terme, pour le débloquer dans sa recherche d'emploi, on peut trouver d'autres choses pour qu'il ait une mobilité de 2, 3 ou 5 kilomètres", détaille Olivier Béral. "Il va pouvoir répondre à des offres d'emploi auxquelles il ne répondait pas jusqu'à présent, car il se considérait complètement exclu du monde économique." Et le directeur de l'association Transition d'avancer les quelque "350 audits mobilités de personnes bloquées dans leurs recherches d'emploi par rapport à leur mobilité". 

Reste que, malheureusement, "on se rend compte que pour beaucoup d'entre eux, ils ne connaissent pas les offres de services qui existent, les lignes de bus du département" comme la seule ligne qui passe par Mourenx, le car 802, constate Olivier Béral. "Toute l'offre du service va disparaître parce que les gens ne l'utilisent pas."