Après le coronavirus, une recrudescence des accidents du travail dans le BTP ?

  • A
  • A
1:33
© STR / AFP
Partagez sur :
Longtemps à l’arrêt en raison du confinement, les chantiers ont repris quasiment normalement en France. Mais les professionnels et le ministère du Travail craignent une hausse des accidents du travail, et appellent à une grande vigilance dans cette période post-Covid-19.

Alors que l’activité a retrouvé un niveau presque normal dans le bâtiment et les travaux publics (BTP), va-t-on vers une recrudescence des accidents du travail sur les chantiers ? C’est la crainte qu’expriment à la fois les directions territoriales du ministère du Travail (Direccte) et les acteurs de la prévention des risques professionnels, près de deux mois après la fin du confinement imposé pour lutter contre l’épidémie de coronavirus. Dans certaines régions, la fréquence des accidents s’est accrue depuis la mi-mai, date de la fin du confinement, avec parfois des conséquences mortelles. Pour contrer cette tendance, une campagne nationale de prévention va être déployée tout au long de l’été.

Ce sont les services du ministère du Travail dans les Hauts-de-France qui ont donné l’alerte au début du mois. En quelques semaines, trois accidents mortels se sont produits sur des chantiers dans le Nord, le Pas-de-Calais et la Somme, à comparer aux huit accidents mortels du travail recensés sur toute l’année précédente dans la région. Cette tendance se retrouve-t-elle au niveau national ? Il est trop tôt pour le savoir. Mais les spécialistes s’inquiètent. Le risque est réel, disent-ils, de voir les bonnes pratiques se relâcher. Surtout après des semaines de campagne centrées sur la prévention contre l’épidémie de Covid-19.

Attention à la volonté de rattraper les retards

"Cette focalisation sur ce risque spécifique peut avoir pour conséquence un déficit d’attention par rapport aux risques traditionnels (chutes de hauteur, heurts d’engins, charges trop lourdes)", s’inquiète sur Europe 1 Paul Duphil, secrétaire général de l’Organisme professionnel de prévention du BTP (OPPBTP), qui identifie deux autres facteurs possibles :  la tentation d’engager les travaux alors que les équipes ne sont pas complètes ou les équipements adaptés pas disponibles sur le chantier, et la volonté de rattraper les retards. "Il ne faut pas que les compagnons ou les entreprises prennent des raccourcis, et oublient les règles de l’art de la construction, dont les règles de l’art en prévention", insiste-t-il.  

D’où le lancement la semaine dernière par l’OPPBTP d’une campagne nationale auprès des entreprises et des salariés du bâtiment et des travaux publics. Une campagne qui rappelle les bonnes pratiques et les réflexes à retrouver en matière de prévention sur les chantiers, avec des messages qui vont être diffusés sur les réseaux sociaux jusqu’à la fin de l’été.

Europe 1
Par Olivier Samain, édité par Rémi Duchemin