Uruguay-France : "Les supporters montent en puissance, comme l’équipe"

  • A
  • A
Didier et les supporters français ont vibré contre l'Uruguay.
Didier et les supporters français ont vibré contre l'Uruguay. © Photos AFP et Europe1/IF
Partagez sur :
Les Irrésistibles en Russie (7) - Pendant la Coupe du monde, Europe1.fr suit les Irrésistibles français, le principal groupe de supporters tricolores. Didier nous raconte l’ambiance en tribunes lors de la victoire des Bleus contre l’Uruguay (2-0), vendredi en quarts de finale.

Pendant la Coupe du monde de football, du 14 juin au 15 juillet, Europe1.fr donne la parole à trois membres des Irrésistibles français, le principal groupe de supporters des Bleus, durant l'intégralité de leur périple en Russie.

  • Dans ce septième épisode, Didier nous raconte l’ambiance dans les tribunes lors de la belle victoire de l’équipe de France contre l’Uruguay, vendredi soir à Nijni Novgorod.   
  • Didier a vu tous les matches des Bleus en Russie.
  • À 56 ans, ce fervent supporter des Bleus, qui fait partie des membres fondateurs des Irrésistibles Français, assiste à sa septième Coupe du monde (oui oui !).

[Une qualification en demi-finales de Coupe du monde, ça fait quoi ?]

Ce n’est que du bonheur, c’est beau. Ils ont fait exactement le match qu’il fallait. Lloris a fait un super arrêt, et sur les buts, c’était la folie, on se sautait tous dessus. Les joueurs sont venus tout près de nous à la fin du match. En plus on nous a bien entendu, tout le monde chantait : ça fait plaisir de voir une vraie ambiance côté français ! On était un gros bloc de supporters bleus, avec une centaine de membres des Irrésistibles français. On était 2.000, contre 4.000 Uruguayens, mais on ne les a pas trop entendus.

On sentait une vraie solidarité entre les supporters français, qu’on ne sentait pas sur les premiers matches. Il y a eu quelques ‘Aux armes’ et des ‘Allez les Bleus’, notamment. On a fait dans la simplicité, pas dans le compliqué. C’était "plat du pied, sécurité" (rires). Je pense que les supporters sont comme l’équipe, ils montent en puissance. J’espère que ça va continuer.

[Tout s’est bien passé avec les supporters uruguayens ?]

Ah oui, l’ambiance en ville était conviviale, ça s’est très bien passé. J’ai de la famille basque et j’ai même rencontré des Uruguayens basques, on s’est donc payé des bières (rires).

[La Belgique en demi-finales, ça vous inspire quoi ?]

Les Belges ne lâchent rien, ce ne sera pas facile. Ce sera un match particulier pour les Irrésistibles français, parce que nous sommes jumelés avec l’association Ultras belgium, un des principaux groupes de supporters belges. On a fait un match contre eux lors d’un match amical et on est contact permanent. Ce sera top de se voir dans un contexte de demi-finales de Coupe du monde. En plus ce sera un derby !

[Il ne reste plus qu’un match avant la finale…]

Il faut être confiant. Mais maintenant, je suis sûr de faire sept matches de l’équipe de France. Même si je préfère que le dernier soit à Moscou (où aura lieu la finale) qu’à Saint-Pétersbourg (où aura lieu le match pour la troisième place) !

DANS LES ÉPISODES PRÉCÉDENTS… 

Dans l'épisode 1, Didier nous décrivait le contenu de sa valise

Dans l'épisode 2, Didier était déçu par l'ambiance de France-Australie

Dans l'épisode 3, Didier nous racontait le meilleur (et le pire) des sept Coupes du monde auxquelles il a assisté

Dans l'épisode 4, Didier se désolait de s'être retrouvé isolé au milieu de milliers de fans du Pérou

Dans l'épisode 5, Guillaume nous faisait vivre son premier match de Coupe du monde, contre le Danemark 

Dans l’épisode 6, Marina revenait sur la folle victoire contre l’Argentine en huitièmes de finale