Syrie : Thierry Mariani fanzouze de BaBachar el Assad

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le coup de patte est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Chaque jour, Nadia Daam vous présente son coup de patte personnel.

Vous avez peut-être profité du week-end de la Toussaint pour rendre visite à mémé à l’Ehpad ou emmener les enfants à Eurodisney faire des bisous à Tic et Tac, ce qui manque un peu de panache, contrairement à l’audacieux périple de Thierry Mariani, l’ancien député les Républicains et actuel Fanzouze de BaBa char el Assad et aussi visiblement agent de tourisme en free-lance.

Pour la cinquième fois, Thierry Mariani, s’est en effet rendu à Damas pour rencontrer le dictateur syrien. C’est son Tic et Tac à lui. Il a documenté son excursion sur Twitter avec ce premier message

"dans les souks de Damas, la fierté d’un artisan et la boutique qui a du vider la Caverne d’Ali baba". On passera sur l’orientalisation qui consiste, dès qu’il est question d’un pays arabo-musulman, à causer tapis, babouches et thé à la menthe. Heureusement que Twitter ne permet pas d’illustrer un tweet en musique sinon on aurait eu droit à la compil 1,2,3 soleil.

Suit ce second tweet : "#Syrie. Promenade nocturne, en toute sécurité, dans les rues de #Damas finalement bien plus propre que nos rues de Paris en fin de journée!"

Et c’est vrai qu’on le dit pas assez. On parle beaucoup trop des 500.000 morts, des millions de réfugiés, du gaz sarin. Et on ne vante pas suffisamment l’efficacité des services de voirie de la capitale syrienne. D’ailleurs, Nadia Daam aurait beaucoup aimé que Mariani nous dise si Damas a un meilleur système de recyclage de déchets parce que dans mon immeuble il n’y a même pas de poubelle jaune. Que fait Amnesty international ?

Pour aider Mariani à rester sur sa lancée des comparaisons dégueulasses, Nadia Daam a d’autres suggestions.

Damas contrairement à Paris, n’organise pas de fête de la musique, les syriens sont épargnés par les reprises de Téléphone au ukulélé.

Alep n’est pas confronté à cette saleté de fermetures des voies sur berge, les veinards, ils n’ont plus de routes. Quant à Homs, comme elle a été vidée de ses 900.000 habitants, ça règle les problèmes de surpopulation dans les transports en commun aux heures de pointe.

Syriens, syriennes, cessez de vous plaindre et ayez un peu de respect pour ceux qui vivent sous le joug des embouteillages, de la prolifération du port de Stan Smiths et des brunchs à 25 euros. De la décence que diable.