Razzi awards : le navet c’est un peu la nourriture de l’âme

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le coup de patte est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque jour, Nadia Daam vous présente son coup de patte personnel.

Depuis 1980 les Américains ont leurs Golden Rasberry awards, alias les Razzi Awards. C’est une cérémonie qui se déroule généralement juste avant les Oscars. Cette année, ce sera le samedi 3 mars.

Elle a ceci de particulier qu’elle récompense, façon de parler, le pire du cinéma. En distinguant les plus mauvais acteurs, scénaristes, réalisateurs et films de l’année. Mais dans un cadre assez mystérieux, puisqu’on ignore qui compose le jury, comment sont sélectionnés les nommés, et quelle est la ligne éditoriale de la cérémonie. Ce n’est pas très lisible.

Dans leur histoire, les Razzis ont par exemple distingué pêle-mêle "Shining" et les "La famille Pierrafeu", "Le Parrain" et "Tortue Ninja", "Scarface" et "Allo Maman ici Bébé". Ça n’a aucun sens. L’équivalent culinaire des razzi awards, c’est un peu la pizza hawaïenne : y a des trucs logiques (la pâte,  Ok, la sauce tomate, Ok, le jambon, Ok) et des trucs qui n’ont rien à faire là : la rondelle d’ananas. Stanley Kubrick, c’est l’ananas des razzi award.

Parce que dans le fond, l’objectif des razzi awards, c’est pas de faire de la critique ciné étayée et argumentée, mais juste de ricaner et de dauber sur des films à succès, qu’ils soient pointus ou populaires. De critiquer ce qui est mainstream.

Pourtant, dire du mal gratos, c’est un truc auquel Nadia Daam n’est philosophiquement pas opposée du tout. Au contraire. Ça ne la dérangerait pas que "50 shades of grey" reçoive "le Razzi award du film dont les comédiens auraient pu être remplacés par des poignées de porte ou du surimi, on aurait pas vu la différence dans le jeu d’acteur". Et Nadia Daam n’est pas la seule à ricaner comme une hyène quand un artiste se fait détruire. Si l’émission "on n’est pas couché" fait autant d’audience, c’est juste parce que des milliers de personnes attendent le moment ou Yann Moix et Christine Angot vont faire pleurer le chanteur Vianney.

Simplement, Nadia Daam profite de la tribune qui lui est offerte, pour plaider pour le droit au navet. Le droit inaliénable à aimer de mauvais films. Des films qui font saigner du nez les journalistes ciné de Telerama.

Nadia Daam le confesse ici ; son film préféré de tous les temps s’appelle Sharkanado. Le scénario est né d’une idée géniale : le scénariste s’est dit "les films avec des catastrophes naturelles de type tornade, ça marche. Les films avec des requins ça marche". On a qu’à faire un film sur une tornade avec des requins dedans. C’est le vrai pitch de sharknado. Un ouragan de requins s’abat sur Los Angeles.

Voilà pourquoi le 3 mars, Nadia Daam ne regardera pas les Razzi awards, mais "les Monstres de la mer", un film qui raconte comment des saumons nourris aux OGM envahissent la planète. Parce que le navet c’est un peu la nourriture de l’âme.