5G : six mois après le lancement, l’engouement des clients n’est pas au rendez-vous

, modifié à
  • A
  • A
5G 1:29
La 5G représente actuellement moins de 1% du trafic mobile. © PHILIPPE LOPEZ / AFP
Partagez sur :
Lancée en France décembre, la 5G n’a depuis pas convaincu les clients : le nouveau réseau représente moins de 1% du trafic mobile. Selon les opérateurs, cela s’explique par le manque de mobilité du aux confinements, mais aussi par un déploiement trop restreint. Actuellement, la 5G est seulement activée dans une quarantaine de grandes agglomérations.

Début décembre, les quatre opérateurs téléphoniques - Orange, SFR, Bouygues et Free - lançaient en grande pompe la 5G en France, un nouveau réseau mobile censé succéder progressivement à une 4G de plus en plus saturée. Mais six mois plus tard, l’engouement populaire attendu n’est pas là. "L’appétit des clients n’est pas au rendez-vous", constatait récemment Olivier Roussat, le patron de Bouygues Telecom, dans une interview au Figaro.

En effet, à l’heure de dresser un premier bilan de la 5G, les opérateurs font la grimace. Le nouveau réseau représente ainsi "moins de 1% du trafic mobile" chez Bouygues Telecom. Et ce n’est pas un problème d’équipement. Chez Orange, près d’un téléphone sur deux vendu en boutique est compatible avec la 5G, selon des chiffres communiqués par l'entreprise à Europe 1 mardi. Sauf que les clients ne prennent pas les forfaits qui vont avec et préfèrent rester en 4G pour le moment.

"Les clients se sont plutôt reportés sur les demandes de fibre"

Selon Fabienne Dulac, la patronne d’Orange France, cela s’explique notamment par la crise du Covid-19 et les multiples confinements : on se déplace moins, on est plus chez soi donc on a moins besoin de réseau mobile. "Nous n’avons pas pris de retard dans le déploiement de la 5G. Nous avons continué à travailler dessus mais on voit que l’appétence des clients s’est plutôt reportée sur les demandes de fibre, où on voit les demandes exploser : +50% par rapport à avant la crise sanitaire. Ce que je pressens, c’est que l’appétence client pour la 5G va plutôt émerger à partir du mois de septembre, quand nous aurons récupéré notre capacité de mobilité", développe-t-elle au micro d’Europe 1.

La 5G encore très peu développée en zone rurale

Fabienne Dulac ajoute également que la 5G n'est "pas un sujet pour 2021" et ne deviendra vraiment intéressante pour les consommateurs qu’en 2022, voire en 2023, quand ce nouveau réseau sera plus qu’une 4G améliorée et surtout quand le territoire sera mieux couvert. Actuellement, la 5G est principalement activée dans une quarantaine de grandes agglomérations mais très peu, voire pas du tout, en zone rurale. Seul Free dispose d'une couverture importante mais avec des antennes de fréquence 700 MHz, alors que la 5G est censée passer par de nouvelles bandes en 3,5 GHz.