Pochettino retrouve le Parc des princes : "Ça va être une soirée particulière"

  • A
  • A
Pochettino, Mauricio, Paris Saint-Germain, football
Mauricio Pochettino a foulé la pelouse du Parc des Princes pour la dernière fois en tant que joueur du PSG le 20 mai 2003. © Philippe DESMAZES / AFP
Partagez sur :
Le nouvel entraîneur du PSG, Mauricio Pochettino va retrouver le stade du Parc des princes, dans lequel il avait évolué en tant que joueur… mais à huis-clos. Supporters ou pas, les retrouvailles seront réussies seulement en cas de victoire. 

Alors que s’achève la phase aller du championnat de football de Ligue 1, le Paris Saint-Germain a un infime espoir de prendre la tête du championnat. Il faudra battre Brest et espérer dans le même temps la défaite de Lyon sur la pelouse de Rennes. Mais ce match marque surtout les retrouvailles de Mauricio Pochettino avec le Parc des Princes. "Ça va être une soirée particulière", concède l’entraineur argentin.

"Les supporters vont me manquer"

Il a foulé la pelouse du Parc des Princes pour la dernière fois en tant que joueur du PSG le 20 mai 2003 lors d’un triste 0-0 contre le Stade Rennais. A l'époque, les virage Auteuil et Boulogne donnaient de la voix tous en cœur, les tribunes étaient pleines. Même si ce samedi soir, Covid-19 oblige, le stade sera vide et silencieux, l'entraîneur ne boude pas son plaisir de retrouver l'enceinte de la porte de Saint-Cloud : "Cela fait quasiment 18 ans que j'ai joué mon dernier match au Parc sous le maillot du PSG, mais ça va être très différent car ce sera sans nos supporters. Ils vont me manquer, vraiment beaucoup...", déplore-t-il au micro d’Europe 1.

Les retrouvailles doivent obligatoirement se solder par une victoire pour enfin lancer l'ère Pochettino. Après le match nul concédé contre Saint-Etienne, il ne veut pas devenir le premier entraîneur à s'incliner à domicile pour son premier match depuis Philippe Bergeroo. Le 3 avril 1999, ce dernier avait débuté par une défaite 1-0 contre Montpellier.

Europe 1
Par Julien Froment, édité par Antoine Cuny-Le Callet