Mauricio Pochettino arrive sur le banc du PSG : 5 choses à savoir sur le coach argentin

  • A
  • A
Pochettino, PSG
International argentin passé par le PSG, Mauricio Pochettino revient à Paris comme entraîneur. © ANDREJ ISAKOVIC / AFP
Partagez sur :
Ancien joueur du PSG s’étant taillé un costume d’entraîneur star en Angleterre, Mauricio Pochettino a été officiellement nommé entraîneur du Paris-Saint-Germain, en remplacement de l'Allemand Thomas Tuchel. Europe 1 dresse le portrait de l’Argentin, en cinq faits marquants.

A 48 ans, Mauricio Pochettino, qui succède officiellement à Thomas Tuchel sur le banc du Paris Saint-Germain, a déjà une belle expérience de joueur et d’entraîneur derrière lui. Surtout, un élément joue en sa faveur : il est loin d’être inconnu des spectateurs du Parc des Princes. Voici cinq choses à savoir sur le nouvel entraîneur du club de la capitale.

Passé par le PSG en tant que joueur

Défenseur central de métier, Pochettino a passé deux saisons sous le maillot parisien, entre 2001 et 2003. Attaché au club, il porte même le brassard de capitaine durant la fin de sa deuxième saison. En tout, il dispute 81 matchs de Ligue 1 avec le PSG, marquant 5 buts. Son palmarès reste cependant vierge, n’ayant réussi à atteindre qu’une fois la finale de la Coupe de France en 2003, perdue face à Auxerre (2-1).

Par ailleurs, Mauricio Pochettino laisse une marque indélébile en Espagne, au club de l’Espanyol de Barcelone. Il y fait deux séjours, avant et après ses années parisiennes, dispute plus de 300 matchs et remporte deux Coupe d'Espagne ("Copa del Rey") avec les "Blanquiazules". International argentin, il dispute la Coupe du monde en Corée du Sud et au Japon en 2002.

Fin tacticien… sans palmarès

Pochettino embrasse la carrière d’entraîneur en 2009, coachant l’équipe avec laquelle il avait disputé son dernier match : l’Espanyol de Barcelone. Il part ensuite pour l’Angleterre, d’abord à Southampton puis à Londres, du côté de Tottenham. Au poste d’entraîneur, il impose sa marque pendant 5 ans. Les "Spurs" comptent parmi les meilleures équipes de Premier League et d’Europe. Si son palmarès demeure vierge en tant qu'entraîneur, il atteint la finale de la Ligue des Champions en 2019, perdue face à Liverpool (2-0), et termine vice-champion d'Angleterre au cours de l'exercice 2016-2017.

L'idylle entre l'Argentin et le club londonien s'était pourtant mal terminée. En novembre 2019, suite à début de saison catastrophique, et notamment une claque reçue contre le Bayern Munich en Ligue des champions (2-7), il était licencié par la direction. Il était sans club depuis plus d'un an.

Admirateur de Marcelo Bielsa

Autre Argentin bien connu en France, Marcelo Bielsa jouit de l’admiration de Pochettino. Les deux hommes se sont maintes fois côtoyés : Bielsa entraîne Pochettino au début de sa carrière dans le club argentin des Newell's Old Boys, puis à l’Espanyol de Barcelone et en sélection argentine. Le nouveau coach parisien semble avoir emprunté à son aîné ses préparations extrêmement dures et son sens tactique acéré.

Acteur et Dieu du stade

Lors de ses années à Paris, Pochettino a su sortir de sa zone de confort. Il a ainsi fait une apparition dans le film "3 zéros" où un jeune prodige Hongrois incarné par Lorant Deutsch rêve d’enfiler le maillot de l’équipe de France. Outre le rappeur Stomy Bugsy, Pochettino épaule ses coéquipiers du PSG, Ronaldinho et Jay Jay Okocha. 

On notera aussi son apparition dans son plus simple appareil dans le calendrier des Dieux du Stade en 2003, aux côtés des rugbymen du Stade français.

Une lourde tâche à Paris

Nombreux sont les supporters et anciens joueurs du club de la capitale à voir cette arrivée d’un bon œil. La tâche s’annonce pourtant difficile : les Parisiens ont réalisé un début de saison décevant, en coupe d’Europe comme en championnat. Pochettino devra marquer son empreinte sur le jeu parfois balbutiant de ce réservoir de stars du ballon rond. Leader dans le vestiaire comme joueur, l’Argentin aura également fort à faire pour gérer les égos de Neymar et ses compères.

Europe 1
Par Antoine Cuny-Le Callet