OM : la situation "commence à être désespérante", déplore Pascal Olmeta

, modifié à
  • A
  • A
Pascal Olmeta est prêt à s'investir dans son ancien club, l'Olympique de Marseille 5:29
Pascal Olmeta est prêt à s'investir dans son ancien club, l'Olympique de Marseille © AFP
Partagez sur :
Gardien de but de l’Olympique de Marseille de la grande époque, entre 1990 et 1993, Pascal Olmeta était l’invité de Lionel Rosso sur Europe 1 Sport. Et ce qu’il voit en ce moment à l’OM ne lui plaît pas, à tel point qu’il propose ses services pour donner un coup de main à l’équipe dirigeante actuelle.
INTERVIEW

Du fin fond de sa Corse natale, Pascal Olmeta n’a rien perdu de son franc-parler. L’ancien gardien excentrique de l’Olympique de Marseille, Lyon ou Ajaccio, est revenu sur l'actualité du moment, et notamment les déboires de son club de cœur, l’OM, qui vient de se séparer de son directeur sportif Andoni Zubizarreta. "J’ai passé des années à soutenir, à aimer, à jouer pour ce club et jamais je ne le comprendrais. C’est particulier, mais là ça devient fatiguant, usant. De génération en génération, on reprend les mêmes choses, on les recommence, on rebâtit et tout s’effondre parce rien ne tient et ça c’est dommage. Là, ça commence à être désespérant, fait ch…", a-t-il pesté sur Europe 1. "On ne sait pas où on va."

"J'ai envie de m'impliquer dans l'OM"

L’ancien gardien sous l’ère Tapie (112 matches), n’en veut pas au président en poste, Jacques-Henri Eyraud. "Tu peux faire ce que tu veux, mettre qui tu veux…J’ai beaucoup de respect pour Jacques-Henri Eyraud, mais qui aimerait être à sa place ?" s’interroge-t-il. Marseille, deuxième de Ligue 1 et qualifié pour les phases de groupes de la Ligue des champions pour la première fois depuis 2013, doit trouver 60 millions d’euros d’ici la fin juin pour respecter les règles du Fair-play financier dictées par l’UEFA.

S’il n’a pas de solutions miracles, Pascal Olmeta a lancé un appel aux anciens sur Europe 1, pour tenter de redonner un peu de stabilité au club. "J’ai envie de m’impliquer dans l’OM. Car ce que j’ai connu pendant 3 saisons, c’était la simplicité, des hommes de cœur, de terrain, des papis Goethals (entraîneur belge qui remporté la Ligue des champions avec Marseille en 1993, ndlr) comme on n’en fera plus, mais toujours souriants, avec l’accent de Marseille même si tu ne l’a pas. Je suis sûr que certains anciens seraient prêts à revenir sans toucher des sommes astronomiques", avance-t-il.

Et de citer quelques anciennes gloires : "Des Papin, des Carlos (Mozer) des Basile (Boli) qui sont déjà en place. Il faut leur poser la question s’ils ont envie de venir. Moi le premier, je dirais oui, mais je ne parlerais pas d’argent, c’est un club de cœur." Pas sûr que l’OM, en quête d’un directeur du football - qui ne sera pas Antero Henrique - soit réceptif à ce genre d’appel. Le club pourrait aussi perdre son entraîneur André Villas-Boas dans les prochains jours.

Europe 1
Par Julien Froment