"Maintenant, on peut rêver de devenir footballeuse professionnelle", se félicite Julie Gayet

  • A
  • A
Partagez sur :
Les équipes féminines de football de l'OL et du PSG s'affrontent ce vendredi au Parc des Princes pour la première fois. L'actrice Julie Gayet, passionnée de ballon rond, raconte "sa fierté" et "son plaisir" d'assister à tel évènement. Et salue le changement de mentalité qui s'est récemment opéré sur le football féminin. 
INTERVIEW

C'est un évènement dans l'univers du football. Pour la première fois ce vendredi, les équipes féminines du PSG et de l'Olympique Lyonnais s'affrontent au Parc des Princes pour un match de championnat. Grande passionnée de football, productrice d'un documentaire sur les joueuses de l'OL, intitulé Les joueuses, et de portraits de célèbres footballeuses à l'occasion de la Coupe du monde féminine, l'actrice Julie Gayet raconte son "plaisir" et sa "fierté" d'assister enfin à un tel match dans ce stade mythique, sur Europe 1. 

Une mise en lumière depuis la Coupe du monde

"Maintenant, on peut avoir ce rêve de devenir footballeuse professionnelle", explique-t-elle, en soulignant l'impact positif de la Coupe du monde 2019 dans ce changement des mentalités. "Il a fallu attendre cette Coupe du monde féminine incroyable. On ne s'attendait pas du tout à l'époque. TF1 espérait peut être 4 millions de téléspectateurs et ça a été 12 millions", rappelle l'actrice.

Les résultats exceptionnels des joueuses de l'OL ont également contribué à mettre la lumière sur les équipes féminines de football. Elle salue d'ailleurs la "volonté politique" et "financière" de Jean-Michel Aulas, d'avoir investi sur le pôle féminin de son club. "Elles ont gagné sept fois la Champion's League, cinq fois d'affilée, ce sont des excellentes joueuses, mais il y a aussi quelque chose d'autre qui se passe dans la société, certainement en ce moment", assure Julie Gayet. 

"Quand j'étais jeune, je ne me rendais pas compte que finalement, je regardais les garçons jouer", assure l'actrice. "On ne connaissait pas les joueuses, on ne savait pas que cela existait." Depuis son plus jeune âge, Julie Gayet joue au football. "C'était du foot de cours de recréation, même si les garçons ne laissaient pas toujours la place aux filles. Je devais parfois me battre pour réussir à jouer", se souvient-elle. "Et puis, j'ai continué à jouer après mon adolescence. Et puis même un peu plus tard avec un club amateur, mais qu'on avait monté avec certains. On jouait le soir, plusieurs fois par semaine, une fois quelques matchs amicaux."

Europe 1
Par Mathilde Durand