JO de Tokyo : "Il faut accepter que ces Jeux seront différents", estime Tony Estanguet

, modifié à
  • A
  • A
Tony Estanguet est membre du CIO jusqu'à la fin des JO de Tokyo. 1:01
Tony Estanguet est membre du CIO jusqu'à la fin des JO de Tokyo. © Europe 1
Partagez sur :
Les Jeux olympiques de Tokyo vont débuter officiellement vendredi avec la fameuse cérémonie d'ouverture. Comme l'ensemble de la compétition, celle-ci se déroulera à huis clos à cause de l'épidémie de Covid-19. "Il faut accepter que ces Jeux seront différents", estime Tony Estanguet, le patron de Paris 2024, jeudi sur Europe 1.
INTERVIEW

Les Jeux olympiques débutent véritablement vendredi à Tokyo, au Japon, avec notamment la traditionnelle cérémonie d’ouverture. Mais en raison du Covid-19, qui a fortement bousculé la préparation des athlètes et l'organisation de l'événement, "il faut accepter que ces Jeux seront différents", estime Tony Estanguet, le président du comité d'organisation de Paris 2024 qui œuvre aussi au sein du CIO (Comité international olympique) jusqu'à la fin des JO de Tokyo.

"Une galère pour se qualifier" pour certains athlètes

Différents, ces Jeux le seront bien entendu dans les tribunes. Celles-ci ne seront pas remplies comme d'habitude, la compétition se déroulant à huis clos. Mais pour Tony Estanguet, ce sont surtout "les conditions dans lesquelles les athlètes ont dû se préparer qui ont été difficiles". "Beaucoup d’athlètes n’ont pas pas pu s’entraîner pendant plusieurs mois", rappelle ce triple champion olympique de canoë (2000, 2004 et 2012), qui souligne également que certains d'entre eux ont vécu "une galère pour se qualifier". "Les compétitions n’étaient pas organisées, reportées et les modes de sélection souvent un peu décidés sur le tard parce qu’il n’y avait pas d’autres solutions."

"Des tests tous les jours"

"On arrive ici finalement qualifiés dans des contions de préparation mentales difficiles", regrette Tony Estanguet. "Puis on est obligés d’avoir ce protocole sanitaire très lourd avec des tests tous les jours et des déplacements très limités."

Reste que pour Tony Estanguet, il y a tout de même "beaucoup d’excitation et d’enthousiasme" à l'idée de retrouver les JO. "C'est un très beau message d’espoirs."

Europe 1
Par Jonathan Grelier