France-Islande : Olivier Giroud, l’éloge de la persévérance

  • A
  • A
La joie d'Olivier Giroud après son but contre l'Islande, lundi soir.
La joie d'Olivier Giroud après son but contre l'Islande, lundi soir. © FRANCK FIFE / AFP
Partagez sur :
L’attaquant de Chelsea a marqué lors de la large victoire contre l’Islande (4-0) pour devenir le troisième meilleur buteur de l’histoire des Bleus. La récompense d’un état d’esprit irréprochable.
ON DÉCRYPTE

L’index pointé vers le haut, la tête levée vers le ciel, Olivier Giroud a savouré son bonheur. En marquant lors de la nette victoire face à l’Islande (4-0), l’attaquant de Chelsea est devenu lundi soir le troisième meilleur buteur de l’histoire des Bleus, évinçant David Trezeguet du podium.

"C'est une grande fierté sur le plan personnel, mais je retiendrai surtout le bon état d'esprit de l'équipe et l'envie de jouer au ballon, comme contre la Moldavie", a réagi modestement l’avant-centre, interrogé après la rencontre sur M6. Car Olivier Giroud le sait mieux que personne : sa carrière en équipe de France n’a jamais été simple.

Un match à son image

La rencontre face à l’Islande, comptant pour les qualifications à l’Euro 2020, a été un condensé de son histoire en Bleus. Pendant plus d’une heure de jeu, Olivier Giroud s’est battu pour exister face à une défense islandaise regroupée dans son camp. Il s’est, comme à son habitude, montré généreux dans ses efforts, n’hésitant pas à aller au duel dans les airs avec les rugueux "Vikings". Giroud a même été tout près de marquer dès le début de la rencontre, d’une tête magnifiquement claquée par le gardien islandais (16e). Mais il a aussi, comme le lui reprochent depuis des années ses détracteurs, manqué de vitesse sur une passe en profondeur de Kylian Mbappé (49e) et perdu plusieurs ballons par maladresse technique. Quelques murmures d’impatience se sont même fait entendre, lundi soir, dans certains coins du Stade de France. Pas de quoi décontenancer Giroud.

Seul dans la surface, il a poussé de la cuisse, avec autant de roublardise que de chance, un centre de Benjamin Pavard venu de la droite, pour inscrire son 35ème but en équipe de France. Peu importe la manière, les chiffres parlent d'eux-mêmes : au classement des buteurs en Bleus, il n’est plus devancé que par Thierry Henry (51) et Michel Platini (41). Pourra-t-il effacer "Platoche" des tablettes ? Giroud en a fait l’un de ses objectifs, comme il l’a avoué dimanche sur le plateau de Téléfoot.

Remplaçant en club, titulaire en sélection

Si l’ancien joueur de Montpellier a dépassé une à une plusieurs légendes du foot français - Zidane, Trezeguet ou Papin...- , il ne fait toujours pas l’unanimité. Sa Coupe du monde, lors de laquelle il n’a pas marqué, a fait resurgir le débat sur son avenir en Bleus. Lundi soir, Olivier Giroud a encore souffert de la comparaison avec Kylian Mbappé et Antoine Griezmann, dont la vitesse et la technique ont mis au supplice la défense islandaise. Mais en marquant pour la troisième fois consécutive avec l’équipe de France (après l’Uruguay et la Moldavie), "Oliv" a encore une fois fait taire les critiques. Il ne pourra pas, en revanche, s’épargner une réflexion sur son avenir en club.

Remplaçant depuis le début de la saison à Chelsea, Giroud n’a pas caché ses envies d’ailleurs afin de retrouver une place de titulaire. Le principal intéressé en est conscient : pour conserver son statut chez les Bleus en vue de l’Euro 2020, il ne pourra pas rester une année supplémentaire sans jouer. A moins qu’il ne déjoue, encore une fois, tous les pronostics.